Maître Philippe de Lyon

Philippe de Lyon né Monsieur Nizier Anthelme Philippe, le 25 avril 1849, se fait très vite remarquer, à la campagne, dans sa jeunesse, puis à Lyon. Arrivé chez un oncle boucher, qu’il guérit d’une blessure sérieuse, sa réputation va se répandre…. Il sera appelé. Maître Philippe, ou Monsieur Philippe, ou simplement Philippe, par un entourage, qui le considère comme un thaumaturge, un guérisseur hors du commun.

Personne, pas même le pouvoir médical de l’époque, qui dépêchera, sur requête du Tsar de Russie, le doyen de la Faculté de médecine de Paris, également membre de l’Académie de médecine et de l’Académie des sciences, ne parvient à comprendre comment Monsieur Philippe guérit sans aucun contact avec les malades, même à distance, quand ils sont chez eux, à l’autre bout de la ville, voire à l’étranger. Comme il le dit lui-même, il ne fait que Demander…. Certains lui attribuent des qualités de voyant avec des prédictions étonnantes, et autres pouvoirs troublants comme de faire tomber la foudre, dans le jardin de la maison louée 35 rue tête d’or, aux pieds de Gérard Encausse, ou de faire cesser la pluie, empêchant les gouttes d’atteindre les meubles de se belle-mère, un après-midi printanier, au clos Landar, à l’Arbresle.

Il sera affublé d’étiquettes et sobriquets en tous genre, par ses détracteurs. Les magnétiseurs, qui n’ont pas la popularité acquise à notre époque, et autres rebouteux, très courus, sérieux ou vus comme des charlatans, sont de plus en plus nombreux, notamment sur cette ville de Lyon. Certains ont même été formés par l’école de magnétisme ouverte sur quelques mois, à la fin du 19e siècle. Les médecins installés, dont le diplôme, va être officialisé, entre les premiers textes législatifs de 1884, et la loi du 30 novembre 1892, comme vous le découvrirez, sur « la thèse de Monsieur Philippe », ont peur de perdre de la clientèle, qui pourrait être tentée de partir vers ces métiers qui leur font une grande concurrence… sauf quand ils en ont besoin pour les cas les plus difficiles, alors ils font procès sur procès à tous ces guérisseurs, pour exercice illégal de la médecine…

Monsieur Philippe, décédé le 2 aout 1905, repose au cimetière de Loyasse à Lyon. La tombe est encore aujourd’hui, la plus visitée et la plus fleurie.

 www.philippedelyon.fr