Philippe de Lyon Jean Chapas les tombes au cimetière de Loyasse

tombe Maître Philippe Jean Chapas Olga Chestakow, Berthe, Auguste

Au cimetière de Loyasse à Lyon, près de la basilique de Fourvière, visite guidée de la tombe d’un des plus célèbres lyonnais, Maitre Philippe, ou la tombe de Jean Chapas.

Pour savoir où se trouve la tombe, de Maitre Philippe ou du Caporal Jean Chapas……Suivez le « guide »…. Si j’ose ainsi m’exprimer.
Cette question est régulièrement posée, sous diverses formes:
Demandes reçues par email, de requêtes sur ce blog, du fait des allusions à la tombe de Monsieur Philippe, également trouvée sur Facebook, sans compter à diverses reprises sur internet.

Nous pourrions même intituler cet article:
La tombe de Monsieur Philippe au cimetière de Loyasse à Lyon.
Où sont les tombes d’Emmanuel Lalande, Victoire Philippe, Auguste Gauthier, de Berthe Matho(n)net, d’Olga Chestakow?….
Ne sont évoqués, le plus souvent, que le Maitre Philippe et, quelques fois, Jean Chapas….Mais peut-être des visiteurs voudraient-ils rendre visite à d’autres personnes?

Pour localiser le cimetière à Lyon, 43, rue du Cardinal-Gerlier, 69005 Lyon. voici une explication très bien faite. Je laisse la place à ce commentaire de Nepomucène reproduit:
« ……………Pour trouver le cimetière de Loyasse, il vaut mieux se situer par rapport à Fourvière, qui est plus facile à trouver ! Quand on est sur la colline devant la Basilique, on passe en direction du sud devant l’arrivée du funiculaire, on prend la seule rue autorisée permettant de sortir de Fourvière en voiture. En bas au carrefour avec en face les cirques romains on prend sur la droite, on va jusqu’au sens interdit, donc on tourne à droite et le cimetière de Loyasse est là. Quant à la tombe de maitre Philippe, le gardien l’indique directement à chaque groupe ou personne semblant chercher. De plus elle est très facile à trouver face à l’entrée centrale: toujours tout droit ! Et l’accueil du cimetière diffuse un plan très précis des personnalités marquantes qui y séjournent. »

Nombre de gens arrivent en effet au cimetière pour rendre visite aux tombes et de Philippe de Lyon ou de Jean chapas, ou de Jeanne Marie Victoire, la fille de Nizier Anthelme Philippe et de Jeanne Julie Landar… Sur place, on tourne, mais il est bien difficile de savoir où aller. De plus en plus difficile de lire les inscriptions sur les tombes.
La première est indiquée, sur plusieurs supports, à commencer par le net, et notamment par ce plan affiché en haut de cet article, composé initialement d’un point rouge….qui figure la tombe de la famille Philippe/Lalande/Regny/Landar.

Il semble plus aisé de trouver la tombe de Philippe de Lyon et de ses proches, que celle du Caporal. En effet, la tombe de Monsieur Philippe est indiquée à peu près clairement partout…y compris dans les livres……Et donc sur ce plan. Sans compter le parcours des tombes les plus célèbres…

Quelques mots de présentation de Jean chapas, avant de nous intéresser à sa sépulture:
Jean Chapas, le Caporal, disciple préféré du Maitre Philippe, et successeur des séances de guérisons…
Ceci pour un petit rappel de celui qui fut si proche de Monsieur Philippe. Quelques unes des dates importantes figurent dans la biographie de Nizier Philippe.

On ne peut pas exactement dire que les indications pour trouver sa tombe, soient très valables. Les livres, au moins pour le livre de Philippe Encausse, la situant derrière celle de la famille Philippe… Ce n’est pas tout à fait la bonne localisation…A une tombe près, ou une allée près, si je puis me permettre ….

Nous sommes tentés d’indiquer, sur ce plan, autant que faire se peut, les emplacements des tombes, les plus proches dirons-nous, de Philippe. Elles se trouvent toutes dans le meme espace. Est-ce voulu?
Nous ne saurions le dire, mais le fait est qu’il n’est pas nécessaire de traverser le cimetière dans tous les sens, pour les trouver.

Nous avons donc les emplacements, les plus proches possibles de la réalité des lieux….Mais il n’est pas évident de localiser 3 ou 4 m2 que représentent les autres tombes, indiquées ici par des couleurs. En effet, l’emplacement de la sépulture Philippe-Lalande-Regny-Landar, est bien plus grand que les autres monuments, que l’on peut peut-être qualifier de, plus intimes.
Ces dernières sont de ce fait, bien moins visitées, alors qu’elles méritent, elles aussi, une attention particulière.

Ainsi, nous avons un tracé bleu derrière le point rouge, et, un peu à l’écart, un tracé turquoise.
Le point rouge est donc l’emplacement de la tombe de Maitre Philippe de son épouse Jeanne Julie Landar, Victoire Philippe, Albert Philippe/famille Landar/famille Regny (ascendants de Mme Landar mere)
Le tracé bleu est le « double emplacement », face à face, des emplacements respectifs de Jean Chapas, qui se trouve, non pas une allée derrière, mais deux allées derrière la tombe de Philippe de Lyon. En face de celle du Caporal, nous avons la tombe de la si fidèle « Berthe » Josette Mathonnet. Il ne faudrait pas oublier la tombe d’Olga Chestakow, mère de Marie Marshall/Lalande néé Olga Chestakow, qui se trouve voisine de celle de Jean Chapas…Donc également concernée par le repère bleu.
L’espace est petit sur ce plan, mais néanmoins exploitable pour des indications que nous espérons à peu près claires.
Le tracé turquoise représente lui l’emplacement de la tombe d’Auguste Gauthier. Préciser que Mr Gauthier était, selon un livre, la personne indiquée par Mr Chapas pour lui succéder.

Ces couleurs ont été préférées à d’autres, pour leur visibilité.

Deux personnes, dans l’état actuel de nos connaissances, ne reposent pas auprès de leurs proches. J’ai en effet lu dans « Vie et Enseignements de Jean Chapas« , que Madame Chapas, Louise, née Louise Grandjean, ne repose pas auprès de son mari, Jean Chapas, parce que les Pompes Funèbres étaient en grève le jour de ses obsèques. Louise Chapas repose au cimetière de l’Arbresle, aux côtés de Melle Santa Maria….Toujours selon le livre « Vie et Enseignements de Jean Chapas », répertorié dans la bibliographie

A préciser, que l’if qui ornait la tombe de la famille Philippe-Lalande-Landar-Regny, a été coupé à la base. Ce sont des massifs de lauriers à fleurs, et un mimosa, qui ont été plantés, peut-être pour remplacer le célèbre if, qui fut coupé pour des raisons, si variées selon les sources, que nous ne pensons retenir que le fait de sa coupe.
Détail d’internet, si on cherche une vue globale du cimetière depuis Google map (en 2014), on trouve encore l’if….

Des travaux semble-t’il ont été effectués sur la tombe d’Auguste Gauthier, occasionnant le déplacement momentané de la sépulture, pendant quelques semaines, entre fin 2013, début 2014, à côté de la dernière demeure de « Berthe » Mathonet, se trouvant ainsi, très momentanément en face de la sépulture de Jean Chapas….
Peut-être aurons-ils eu le temps de converser un peu…?

D’autres tombes de personnalités célèbres sont également au cimetière de Loyasse à Lyon. Une en particulier se situe elle aussi très près, à quelques mètres seulement de celle de Philippe de Lyon: un des personnages les plus étonnants de l’ésotérisme du siècle des Lumières….Jean-Baptiste Willermoz (1730-1824)

Si vous connaissez des proches de Monsieur Philippe reposant dans ce cimetière ou dans un autre, les indications peuvent donner la possibilité de leur rendre visite.
Un détail, est à préciser, que selon les sources, le nom de Mathonet Josette « Berthe » jusque sur la tombe, prend un N ou deux NN.

Voici des illustrations des tombes, prises en 2014.

Tombe de la famille Philippe, de Victoire Philippe -fille de Nizier Anthelme Philippe, d’Emmanuel Lalande -gendre de Philippe et mari de Jeanne Marie Victoire, de Jeanne Julie Philippe née Landar, épouse de Monsieur Philippe, Marie Lalande née Olga Chestakow -fille d’Olga Chestakow, épouse Marchall en première noce, d’Emmanuel Lalande en deuxièmes noces…A noter, qu’Albert Benoit Philippe, fils de Philippe, ne figure pas sur la plaque, mais fait partie des inscriptions sur le côté droit de la stèle ; difficilement visible depuis l’extérieur de la sépulture, mais que nous avons pu vérifier personnellement…

Tombe Maitre Philippe de Lyon cimetiere Loyasse www.philippedelyon.fr

Les sépultures suivantes sont au moins deux allées (et non une allée comme il est indiqué dans les livres) derrière la tombe de Philippe de Lyon

Sépulture de Jean Chapas, avec l’épitaphe « Veillez et priez, le Ciel peut tout », à côté de la tombe où repose notamment Olga Chestakow -écrit sur la tombe, mère d’Olga Chestakow devenue Marie Lalande en épousant Emmanuel Lalande, reposant dans la sépulture de la famille Philippe, et grand-mère de Victoire Marshall née en 1905 décédée en 1943…

 

tombes Jean Chapas Olga Chestakow cimetiere loyasse philippedelyon-fr

Tombe dans laquelle repose notamment Auguste Gauthier

Tombe Auguste Gauthier cimetiere Loyasse www.philippedelyon.fr

Sepulture de « Berthe » Josette Mathonet en face des tombes de Jean chapas et d’Olga Chestakoff

tombe Berthe Josette Mathonnet cimetiere Loyasse philippedelyon.fr

Sépulture d’Olga Chestakow ou Chestakoff

tombe Olga Chestakow Chestakoff cimetiere Loyasse philippedelyon.fr

Des demandes sont faites de savoir où se trouve le cimetière de Loyasse à Lyon…Dont on peut presque dire qu’il est devenu cousin du célèbre, par ses « habitants », cimetière du Père Lachaise de Paris, tant il tient lieu de dernière demeure à quelques illustres personnalités ayant marqué d’une manière ou d’une autre la vie lyonnaise.

Modification avril 2015: un if a été replanté, à main gauche en regardant la tombe en face.

Modification 2017: L’if pousse très lentement.
La tombe a fait son apparition dans un guide très célèbre pour les voyageurs… eh si, listé dans la les livres faisant allusion
Un jour, on apprendra qu’un magasin a ouvert, de préférence, près de la tombe, servant de support publicitaire, pour vendre des produits de la marque Maitre Philippe Nizier… des onguents… des farines… des liquides de toutes sortes, des soins contenant les pouvoirs du guérisseur Philippe.
Des livres aux intentions particulièrement indécentes, quand ce n’est pas carrément choquantes, ont bien eux aussi récupéré le sujet… Il y en a qui osent vraiment tout.

Victoire Philippe Lalande en questions

Victoire Philippe Lalande en questions Philippe de Lyon www.philippedelyon.frQuestions sur Victoire Philippe Lalande.
Victoire Philippe épouse Lalande, fille de Mr Nizier Anthelme Philippe de Lyon et de Jeanne Julie Landar, est, sur bien des points, un sujet de questionnements, voire d’anomalies de toutes sortes.

On ne peut de manière évidente, que constater un certain nombre d’interrogations, ou étonnements, suivant sur quels aspects l’on se penche, pour ce qui touche à la fille du Maitre Philippe.

Plusieurs exemples sont à avancer.
Nous tenons cependant à préciser que nous ne pouvons, cela va de soi, évoquer que les éléments connus, le plus souvent, comme nous allons le voir, par les documents administratifs mis en ligne, à disposition de tout un chacun.
Quelques uns ont fait l’objet d’un article, d’autres ont été abordés à divers degrés dans les commentaires ici et là sur le blog:

Nous avons dès la naissance, un étonnement, sur l’identité de Victoire, nous découvrons en effet que: Victoire Philippe s’appelle ….
On peut penser que la date de naissance est, éventuellement exacte…

Nous continuons avec la date de son mariage: 2 septembre 2013, anniversaires de… dont on finit par constater que la date a manifestement été biffée et qu’il faudrait la remplacer par le 1er septembre.

Nous avons ensuite un recensement, rue Tête d’or, à Lyon, de 1901, qui lui donne la qualité de……belle mère!!! Nous pouvons constater que nous allons d’étonnements en surprises…avec un âge des plus indéfinissable….Cette donnée pour le moins étonnante n’est, de surcroit pas la seule surprise de ce document…que voici, pour prouver le propos.

Victoire Philippe Lalande belle mere recensement-1901-rue tete dor

Dans la série, nous nous retrouvons avec la date de décès, qui, suivant que l’on se trouve à la tombe ou dans les documents, varie….sur quelques semaines d’écart entre deux dates. Nous avons la date du 24 aout 1904, dans la plupart des livres, mais la plaque tombale nous propose un 25 septembre 1904…
Le registre des convois, accessible en ligne, indique pourtant la date du 1er septembre 1904.

Dans un autre registre, nous avons les extraits de notes, dont nous n’avons pour l’heure trace(s), que dans les livres, par le biais d’illustrations, sur lesquelles même un graphologue ne pourrait confirmer, qu’il s’agit de l’écriture d’une très jeune femme.

A préciser qu’une observation attentive, de l’extrait de registre d’état civil établit à l’occasion du mariage, semble indiquer le mot « pour » devant la signature de Victoire….!
Elément très possible, et ceci, pour une raison: Victoire était mineure au moment de son union avec le Dr Emmanuel Lalande -Marc Haven…
La majorité donnant la liberté de convoler, était à 21 ans entre 1804 (par le code civil dit Napoléonien) et 1900.
Or Victoire s’est mariée en 1897….A l’age de 19 ans. Nous avancerons juste l’hypothèse, sur ce fait précis, que c’est probablement son père, Monsieur Philippe qui a signé à sa place. Napoléon, dans sa réforme des lois sociales créant ainsi le code civil de 1804, a en effet renforcé l’autorité du chef de famille, permettant le mariage à partir de 15 ans pour les filles, avec autorisation parentale.
Illustration du document:

signatures mariage Victoire Philippe Emmanuel Lalande Marc Haven www.philippedelyon.fr

Il semble, dans un tel contexte, et sans manquer aucunement de respect à Monsieur Philippe ou ses proches, délicat et cependant possible de pouvoir aborder le sujet de sa fille Jeanne Marie Victoire sans se poser de question(s)?
La recherche et le questionnement sur la Voie du Coeur ne semblent pas incompatibles.
Notons, s’il est utile de le rappeler, que nous nous trouvons dans une société du XIXe siècle, qui n’a plus grand chose à voir avec notre société civile actuelle…

La signature glyphe

signature Philippe de Lyon fleche fils du tonnerre mariage Jeanne Marie Victoire Philippe avec Emmanuel Lalande

Mystères autour de la signature en glyphe de Mr Philippe. La signature de Maître Philippe se terminait en effet de façon particulière.
Les mystères autour d’une signature se terminant par une ligne fléchie, touchent de près Maitre Philippe de Lyon, nourrissant alors une énigme d’un telle taille que même les livres ne l’abordent que très succinctement:
Serge Caillet, dans son livre, « Monsieur Philippe, l’Ami de Dieu« , rapporte « Edmond Dace, occultiste, qui nous dit: Monsieur Philippe dont la signature, se termine en zigzag et aboutit à une ligne fléchie était un « fils du tonnerre«  ». Justifiant son propos, en faisant référence à la foudre ainsi représentée, qui selon plusieurs textes sacrés dans lesquels elle est évoquée, y associe l’idée d’une paternité divine.

Nous découvrons cette signature, dont nous conviendrons que l’aspect si particulier, interpelle, et permet d’apprécier, que les pouvoirs maintes fois constatés de Monsieur Philippe, et ainsi représentés, par notamment les pouvoirs sur la foudre, ne peuvent etre que d’origine divine. Cette signature, ce glyphe si particulier, n’est de plus, pas à observer dans la seule signature de Monsieur Philippe.

Nous notons également, un fait plutôt troublant.
Nous retrouvons des éléments, dans le petit groupe, autour de Nizier Anthelme Philippe. Nous avons tout de même trace des signatures, aussi bien pour Gérard Encausse -Papus-, qu’Yvon Le Loup -Sédir-… Pour Emmanuel Lalande -Marc Haven-, nous observons un hiéroglyphe ésotérique. La signature d’Emmanuel Lalande apparaissant sur l’image du haut, sur l’acte d’état civil, établit au moment de son mariage avec Jeanne Marie Victoire Philippe.

Voici la signature de Sédir, en 1911

signature glyphe Sedir Yvon Le Loup site philippedelyon.fr

Voici la signature de Gérard Encausse -Papus-

Papus signature fleche fils du tonnerre philippedelyon.frou

Papus signature Papus fleche fils du tonnerre

Ces documents étant affichés dans les livres, il ne nous semble pas incongru de poser la question.

Nous ne parlons, il faut évidemment le préciser, que de l’entourage occulte, hermétique… de Philippe.
Nous n’observons pas ces memes signatures, de la part des autres interventions nécessaires à l’établissement de lettres ou documents officiels. Donc la famille de Nizier Anthelme Philippe, composée de sa fille, de son épouse, de sa belle-mère, pour ne citer que les plus proches, ne paraphent pas du tout ces documents de la même manière, mais plutôt de la signature classique. L’image de l’acte du haut de page en est une illustration.
Nous pouvons aussi observer que dans la reproduction d’un écrit de Yvon Le Loup -Sédir dans le livre de Philippe Encausse, toutes les citation relatives à Monsieur Philippe, prennent la forme suivante:
MP—>

Un petit retour dans le passé, montre que nous pouvons avancer aussi que Philippe de Lyon n’a cependant, pas toujours utilisé cette signature. Pour illustrer cette notion, nous prenons pour source ce document déjà publié relatif à l’état civil de Jeanne Marie Victoire, fille de Monsieur Philippe et de Jeanne Julie Landar, dont l’acte de naissance, de 1878 est un document numérisé, que voici.

Comme nous pouvons l’observer, la signature de Nizier Anthelme Philippe ne porte pas la particularité de l’extrémité en forme de flèche… Nous pouvons même dire qu’elle n’y figure pas encore!

Jeanne Marie Victoire acte naissance

En continuant de remonter dans le passé…. Un siècle plus tôt.
Nous finirons sur une autre signature, elle aussi, d’un Fils du Tonnerre!!…
Je vous laisse observer le nom qui l’utilisait….Le comte de Cagliostro…
Cette signature est, précisons-le, présentée par Emmanuel Lalande -Marc Haven, gendre de Philippe de Lyon ! dans son livre « Le Maitre Inconnu, Cagliostro ».

Cagliostro signature non conforme philippedelyon.fr

Cela donne à réfléchir….? Modification 7 février 2014 …à lire avant de récupérer cette image…Le glyphe du Comte de Cagliostro est remis en cause sur : https://www.philippedelyon.fr/philippe-de-lyon-signature-cagliostro-non-conforme-induit-erreur-3057/

Les décors que sont les images sont de:
Photos des documents numérisés
La signature de Papus en gros plan, est une photo venant de l’édition 1966 du livre de Philippe Encausse « Maitre Philippe, thaumaturge et Homme de Dieu »
La signature de Sédir vient du même livre précédemment cité
La signature de Papus au bas du texte vient du livre « Enseignements oraux de M.Philippe de Lyon » de Arqa
Tous les livres cités sont répertoriés dans la bibliographie
L’image sur fond transparent de la signature du Comte de Cagliostro vient de Google images
Précision à apporter aussi sur la libre interprétation de la phrase extraite du livre de Serge Caillet.
Un Merci tout particulier à un Ami sans lequel cet article n’aurait pu voir le jour…..