2 septembre 1897 Jean Chapas www.philippedelyon.fr jean-chapas-maitre-philippe-lyon2 septembre 2013, anniversaires de mariage de Victoire Philippe fille de Nizier Anthelme Philippe, de décès de Jean Chapas

2 septembre 2013, deux anniversaires sont à l’honneur en ce jour:
L’anniversaire de mariage de Victoire Philippe d’une part, l’anniversaire du décès de Jean Chapas d’autre part
81 ans pour le départ de ce plan, de M.Chapas décédé le 2 septembre 1932.
116 ans pour ce qui touche au mariage de Victoire Philippe avec Emmanuel Lalande -Marc Haven, célébré le 2 septembre 1897.

Victoire Philippe Lalande ou Jeanne Marie Victoire Philippe www.philippedelyon.frCe qui peut sembler un détail pour certains ne le sera pas forcément pour d’autres, mais nous avions les 108 ans d’anniversaire des obsèques de Maitre Philippe, le 5 aout 2013, nous avons les 81 ans du décès de M. Chapas. Peut-etre le chiffre 9 en additionnant 8+1=9 et 1+0+8=9 indique-t il une nouvelle façon d’appréhender de tels sujets de réflexions et d’admirations.

Il semble normal et légitime de rendre hommage à ces deux Etres, dont on peut considérer qu’il furent des plus proches du Maitre Philippe de Lyon. Plusieurs vidéos de l’orgue ayant été faites, qui se sont révélées etre des hommages de circonstances, il ne semble pas si hors de propos de les partager pour rendre un hommage appuyé à Victoire Philippe et Jean Chapas…
A chacun d’apprécier selon sa sensibilité.

Autres lectures sur ce même chapitre

2 septembre 2013, anniversaires

33 pensées sur “2 septembre 2013, anniversaires

  • 3 septembre 2013 à 8 h 41 min
    Permalien

    Je suis désolé pour l’organiste mais ma sensibilité s’exprime plus en regardant la photo de Victoire. Qu’elle est Belle!

    • 3 septembre 2013 à 8 h 47 min
      Permalien

      Victoire : depuis que j’ai découvert sa photo, je ne cesse de le répéter car je suis en admiration devant sa beauté !

      • 3 septembre 2013 à 9 h 12 min
        Permalien

        c’est un beau cadeau!

  • 3 septembre 2013 à 9 h 59 min
    Permalien

    Je suis quelqu’un qui attache beaucoup d’importance aux symbolismes des choses, des événements. Ce matin, non loin de l’arbresles, devant notre voiture a surgi une biche qui a traversé la route. Une sacré émotion !

  • 6 septembre 2013 à 18 h 58 min
    Permalien

    Bonjour
    Je souhaitais juste préciser ici, que Victoire PHILIPPE a épousé Marc LALANDE dans le 6ème arrondissement de Lyon, le 1er septembre 1897.
    il y avait également Gérard ENCAUSSE

  • 6 septembre 2013 à 19 h 33 min
    Permalien

    bonsoir,

    « Elle faisait preuve d’une sollicitude infinie pour les malheureux. Elle épousa le docteur Emmanuel Lalande le 2 septembre 1897. »
    Extrait de Vie et Paroles…..

    Merci de votre précision Thierry
    Alfred Haehl ne pouvait y être, puisque pas encore rencontré (1899), ni probablement Sédir, à peine connu (1897)

    Bien à vous

    • 6 septembre 2013 à 20 h 05 min
      Permalien

      Comme toujours le livre réédité de Serge Caillet sous le titre de Monsieur Philippe l’Ami de Dieu est une véritable mine d’or pour ceux qui le lisent. Il nous explique les circonstances de la rencontre entre Emmanuel Lalande et Victoire Philippe, celui-ci ayant été accueilli comme un fils par la famille Landar-Philippe, après qu’il eut installé son cabinet de médecin 11 rue Tronchet non loin de la maison de la Rue Tête d’or. On ne tarde pas à annoncer leurs fiancailles et le 26 aout 1897 un contrat de mariage est passé devant le notaire Claude-Marie Cozona de l’Arbresle.Le 2 septembre 1897, lors du mariage sont témoins le pharmacien Louis Viravelle qui prépare les médicaments de MP , Jules Boize, étudiant en médecine, André Lalande frère du marié et célèbre professeur d’Université et Gérard Encausse (Papus), tout cela selon les registres paroissiaux et d’état-civil. Emmanuel Lalande (Marc Haven) viendra par la suite prendre pension chez ses beau-parents rue Tête d’or, ne conservant son adresse de la rue Tronchet que pour ses consultations.

      • 7 septembre 2013 à 9 h 33 min
        Permalien

        pourquoi figure sur ce très récent livre de M.Caillet, la date du 2 septembre?:
        « ….Le 2 septembre 1897, lors du mariage sont témoins le pharmacien Louis Viravelle qui prépare les médicaments de MP……. »
        si la date exacte est le 1er septembre
        Certes c’est un détail qui ne gène en rien notre quête intérieure, mais tout de même
        Mais peut-etre est-ce une coquille
        Un féru d’histoire doit avoir du mal à s’y retrouver
        tout le monde n’ayant pas la meme motivation.

        • 7 septembre 2013 à 9 h 50 min
          Permalien

          Tout simplement parce que le 2 septembre 1897 est la date exacte du mariage !!! Et cela est confirmé partout : Philippe Encausse dans le Maitre Philippe de Lyon, Philippe Collin dans les carnets de Victoire Philippe.
          Il n’y a donc aucun doute et la parution de Serge Caillet est exacte.

  • 7 septembre 2013 à 10 h 32 min
    Permalien

    heu, dans l’édition de l’album souvenir que j’ai, la date du mariage indiquée sous une photo à la page 64, est du 1er septembre 1897…

    • 7 septembre 2013 à 10 h 42 min
      Permalien

      Et bien le même auteur écrit dans la présentation des carnets de Victoire page 8 que le mariage eut lieu le 2 septembre 1897. Confirmant en cela les propos de Philippe Encausse page 30 de son livre (édition 1966) et ensuite confirmé par Serge Caillet page 103 avec consultation des Archives municipales de Lyon registres paroissiaux et d’état-civil référence côte 2E1829.

      • 7 septembre 2013 à 10 h 52 min
        Permalien

        la situation se complique quelque peu:
        dans mon exemplaire, de l’album souvenir, j’ai à la page X, de l’intro:
        « ….Plus connu en ésotérisme, sous le nom de Marc Haven – qui épousa sa fille Jeanne Victoire Philippe, le 1er septembre 1897…… »
        que va en dire Thierry?

        • 7 septembre 2013 à 11 h 23 min
          Permalien

          Et bien NON la situation ne se complique pas du tout ! L’album souvenir a été édité pour la première fois en 2005 (mon exemplaire date de janvier 2007), les carnets ont été publiés en 2006 (mon exemplaire date de décembre 2012) : il s’agit tout simplement comme cela est fait souvent, d’une discrète rectification d’une erreur préalable par le même auteur, compte-tenu de la réalité des faits.

          • 7 septembre 2013 à 11 h 36 min
            Permalien

            Mon exemplaire de l’album souvenir fraichement reçu, date d’avril 2010
            Il se distingue de l’édition précédente par une bande blanche sur la gauche de la couverture
            j’espère revoir la précédente édition, pour comparer.
            Il y avait dû y avoir des retours pour le moins critiques. Certains commentaires et avis figurent encore en ligne tant les lecteurs n’ont pas du tout apprécié, et j’en étais, de voir une si mauvaise qualité de reproductions d’images.
            j’avoue que j’avais plus fais attention aux illustrations qu’aux dates.
            Maintenant, je regarde tout, et surtout avec un oeil plus critique.

          • 12 septembre 2013 à 13 h 39 min
            Permalien

            Monsieur, je n’ai fait personnellement, n’en ayant pas le temps, aucune rectification dans l’album que vous citez, même discrètement. l’éditrice faisant ses arrangements elle-même. L’acte d’état civil que vous citez pour le mariage de Victoire étant daté du 1 septembre.
            Vous n’avez pas idée sur le nombre de ces arrangements d’éditeurs pour arranger l’histoire…

        • 7 septembre 2013 à 16 h 49 min
          Permalien

          La date est bien le 1er septembre, vu les documents de la mairie. En plus il y a d’autres erreurs de dates aussi sur Jean Chapas au éditons du Mercure dauphinois, ce qui tient plus de la patate dans ces éditions tellement les erreurs sont nombreuses et lourdes jusqu’au titre des  »carnets de Victoire »…

          • 7 septembre 2013 à 18 h 20 min
            Permalien

            Comme il y a sans doute des erreurs dans Serge Caillet et Philippe Encausse.
            Ce qui n’empêche pas que ces livres puissent avoir leur intérêt.

            Bien à vous

            Olivier

            • 7 septembre 2013 à 19 h 54 min
              Permalien

              En plus même Alfred Haehl donne la date apparemment fausse du 2 septembre : citation faite par LN
              ******************************************
              Elle faisait preuve d’une sollicitude infinie pour les malheureux. Elle épousa le docteur Emmanuel Lalande le 2 septembre 1897. »
              Extrait de Vies et Paroles…..
              Et il faut remarquer que l’annotation de mariage portée en marge de l’acte de naissance de Victoire (réf/2297) a visiblement été trafiquée !

          • 12 septembre 2013 à 13 h 45 min
            Permalien

            Michel, les titres des ouvrages ne sont pas choisis pas les auteurs mais par les éditeurs. Donc il est ma foi normal (enfin normal, je me comprends) qu’il y ait des décalages.

            • 12 septembre 2013 à 14 h 30 min
              Permalien

              Cela est il un début d’erratum? Ou remettre la faute sur le dos de l’éditeur. C’est vrai que P. Collin a choisi au moins un titre contre le gré d’un écrivain. Ne me demandez pas lequel, mais plutôt à lui.

              • 12 septembre 2013 à 14 h 34 min
                Permalien

                On peut remarquer dans la liste de Népomucène que P. Collin écrit deux dates différentes pour le même événement et ce sans confirmer ou infirmer l’une ou l’autre. Au lecteur de se débrouiller avec.

              • 12 septembre 2013 à 14 h 50 min
                Permalien

                Oui, il s’agit du Phaneg et c’est écrit dans l’ouvrage concerné. C’est l’éditeur qui décide du titre, contre le gré des auteurs. C’est l’éditeur aussi parfois, pas toujours, qui décide des annotations ou des commentaires. Mais ça, vous le saviez déjà.

              • 12 septembre 2013 à 15 h 09 min
                Permalien

                réponse à Michel sur la date : en effet quand on est face à deux hypothèses, il vaut mieux les indiquer toutes deux, comme ça on n’est sûr de ne pas se tromper.

              • 12 septembre 2013 à 15 h 33 min
                Permalien

                Pour répondre à Ludovic en dessous, ce n’est pas de ce livre que je parlai mais d’un autre dont P. Collin a choisi le titre contre le gré de l’auteur.

  • 8 septembre 2013 à 8 h 54 min
    Permalien

    Comme ce problème du mariage de Victoire Philippe et de Emmanuel Lalande devient complexe, il est peut être nécessaire de faire en un seul endroit le point des chapitres précédents.
    – Philippe Encausse dans Le Maitre Philippe de Lyon : 2 septembre 1897
    – Alfred Haehl dans Vie et paroles du Maitre Philippe : 2 septembre 1897
    – Philippe Collin dans Album souvenir 1905/2005 : 1er septembre 1897
    – Philippe Collin dans Les carnets de Victoire Philippe : 2 septembre 1897
    – Serge Caillet dans Monsieur Philippe l’Ami de Dieu : 2 septembre 1897

    Or il apparait bien dans les documents que j’ai consultés ( registre des mariages et liste annuelle du 6ième arrondissement de Lyon) que l’acte de mariage civil est daté du 1er septembre 1897. Cependant, lorsque l’on consulte le certificat de naissance de Victoire, toujours dans les registres officiels (2ième arrondissement de Lyon le 11 novembre 1878) il apparait que l’annotation de mariage portée en marge a eu sa date trafiquée, ce qui devient une incertitude !
    De plus nous parlons du mariage civil : le mariage religieux a eu lieu quand et où ? Rappelons-nous qu’il ne peut avoir eu lieu qu’après le mariage civil.
    Et pour revenir au titre de ce chapitre avec un peu d’humour : au fait, Jean Chapas quant à lui…est il vraiment mort ?

    • 10 septembre 2013 à 8 h 37 min
      Permalien

      Suite à une demande que j’ai adressée à Serge Caillet, celui-ci- me répond qu’en effet la date réelle du mariage est le 1er septembre 1897 et que cela est une correction qui sera apportée lors de la prochaine édition de son livre.
      Il faut remarquer qu’auparavant partout sauf une fois (reprise ensuite fausse par son auteur) cette date erronée du 2 septembre apparait et, comme je l’ai fait remarquer, la date de mariage portée en marge de l’acte de naissance de Victoire Philippe a été trafiquée, ce qui peut porter à confusion.

  • 8 septembre 2013 à 13 h 30 min
    Permalien

    Que ce soit le 1er ou le 2 septembre 1897 tout le monde est d’accord sur ces dates pour le mariage de Victoire Philippe avec Emmanuel Lalande.
    Et bien Yvon le Loup (que ses adeptes connaissent sous le nomen de Sédir bien qu’il ait renoncé à toute notion d’Initiation) est un grand devin : en effet selon le rapport qui en est fait par Philippe Encausse (page 162 édition 1966 de son livre) Le Loup écrit …
    …En juillet 1897 M.Philippe était venu à Paris avec son gendre le Dr.Lalande et sa fille Victoire (toute nouvellement mariée) et sa femme née Jeanne Landar. C’était un dimanche après-midi : j’étais chez Chamuel…
    Voilà donc des jeunes mariés qui se marieront …2 mois après !

  • 9 octobre 2013 à 16 h 14 min
    Permalien

    Mais qui sont ces deux personnes? Est-ce que vous pouvez mettre une biographie sommaire qui accompagne les articles si possible? En tout cas, les aires des gens de cette époque me sont plutôt agréables à regarder et j\’aurais aimé vivre en ce temps.

    • 9 octobre 2013 à 17 h 14 min
      Permalien

      Je prends l\’un de mes plumes pour donner une explication certes non suffisante : Victoire était la fille du couple Philippe née en Novembre 1878, mariée le 1er septembre 1897 (polémiques sur la date mais confirmée par les actes officiels) au docteur Emmanuel Lalande (au nomen, nom initiatique de Marc Haven), et décédée tragiquement en Aout 1904 (il semblerait que cela ait miné Monsieur Philippe qui partira un an après).
      Victoire bénéficia dans ses études d\’un précepteur à domicile, puis assista au séances de guérison de son père dans la maison de la Rue Tête d\’Or (les carnets dits de Victoire font polémique, un ouvrage récent déjà cité ici, édité par Arqa, aborde ce sujet).
      Personnellement, et je ne suis pas le seul, j\’ai été toujours ébloui par la beauté de cette jeune femme, différentes photographies la représentant existent. Autre détail la concernant : la date de son décès inscrite sur la stèle de la tombe familiale au cimetière de Loyasse, est fausse.
      Quant à Jean Chapas, né en février 1863, il devint officiellement en 1894 le collaborateur des soins prodigués par Nizier-Anthèlme, présenté comme tel par ce dernier ; il se marie et vient s\’installer non loin du Clos Landar à l\’Arbresle, prodiguant des soins au clos Santa Maria qui deviendra hopital de soins militaire lors de la guerre de 14/18, il continue d\’officier à Lyon jusqu\’en 1922 et meurt en 1932. Sa tombe est située également à Loyasse, derrière la tombe des Philippe.
      On peut trouver à travers les articles et commentaires du site différents passages concernant ces deux personnes.

  • 18 décembre 2013 à 17 h 08 min
    Permalien

    On a plusieurs fois sur le site attiré l’attention sur des anomalies constatées dans les dates, dans les évènements, dans les noms. Concernant la fille des Philippe, son acte de naissance figurant dans les registres d’état-civil déclare dans l’ordre les prénoms suivants : Jeanne, Marie, Victoire. Cet ordre de prénoms figure également sur son acte de mariage avec Emmanuel Lalande (documents numérisés le prouvant).
    Victoire est donc son troisième prénom et c’est par celui-ci qu’elle est connue
    La question se pose de savoir à partir de quand elle est nommée ainsi : y a-t-il un jour quelqu’un, un auteur, qui l’a présentée ainsi et qui a ensuite été repris par tous ?

    acte de naissance Jeanne Marie Victoire Philippe sur le site www.philippedelyon.fr https://www.philippedelyon.fr/wp-content/uploads/url-acte-naissance-Jeanne-Marie-Victoire-Philippe.jpg
    acte de naissance Jeanne Marie Victoire Philippe

    • 18 décembre 2013 à 19 h 48 min
      Permalien

      Merci de cette question Nepo!!

      Personnellement, la question se pose depuis longtemps, d\’autant que les différentes lectures mettent aussi en valeur la nette préférence de Philippe de Lyon pour le prénom féminin de Jeanne.
      On retrouve meme ce prénom au masculin, avec Jean Chapas.

      Cette question va aboutir en article parce qu\’il ne me semble ni maladroit, ni malhonnête d\’oser poser ce sujet. Nous ne pensons pas non plus être les seuls à l’évoquer.

      Ce qui touche à la fille de Monsieur Philippe semble être on ne peut plus délicat. Nous allons donc aborder le sujet de façon tout aussi respectueuse que tout autre question ou sujet touchant de très près ou de plus loin au Maitre Philippe.

      Donc, grand merci Nepo, de cette question
      Peut-être celle-ci aura-t\’elle une réponse…

  • 7 juillet 2014 à 20 h 23 min
    Permalien

    Annonce d’une messe anniversaire pour les 30 ans du décès de Philippe Encausse

    ÉTERNELLE MÉMOIRE

    La messe anniversaire à la mémoire du

    Dr Philippe Encausse
    entré, le 22 juillet 1984, dans la Lumière sans déclin,
    sera célébrée le mardi 22 juillet 2014, à 18 h 30,
    en l’église Saint-Roch, 296 rue Saint-Honoré, Paris Ier

    Vous êtes invités à venir prier pour Philippe et avec lui.

    ÉTERNELLE MÉMOIRE ÉTERNELLE MÉMOIRE ÉTERNELLE MÉMOIRE

Commentaires fermés.