site Maitre Philippe de Lyon Paroles de Maitre Philippe de Lyon sur les Anges gardiensPourquoi avons-nous des anges gardiens ? Comment savoir si j’ai un ange gardien ? Peut-on voir son ange gardien ?

On le sait parce qu’on est guidés. On se sent alors absolument secondés.
Je peux vous affirmer que rien de ce que vous ferez ou direz, ne se fera sans son Aide. Rien.
Mais souvent, votre ange gardien n’est pas à vos côtés.
Non seulement parce que vous en êtes loin la plus grande partie du temps.
Mais surtout parce que vous estimez souvent que vous êtes très forts et que, avoir un ange, c’est pour les faibles, c’est pour les mauviettes
Avoir un Ange Gardien !! Pas pour moi, je m’en passe très bien, je vous remercie, je n’en ai pas besoin, comme vous pouvez le voir, tout va très bien, alors vos BonDieuzeries….
Que vous, vous pouvez très bien vous en passer, vous vous débrouillez très bien tous seuls.
Si vous pouvez vous débrouiller tous seuls, sans Son Aide, il a mieux à faire ailleurs ou quelqu’un a vraiment besoin de Lui.
Les Guides que sont les Anges Gardiens sont un peu comme des parents.
Tant que nous sommes tous petits, ils sont tout le temps là.

Mais comme un enfant, plus il grandit, plus il s’assume et s’éloigne. Comme un enfant avec ses parents.
Un enfant qui grandit estime qu’il a moins besoin de ses parents.
L’enfant alors, n’appelle plus ses parents que quand il en a besoin.
Votre Ange Gardien ou vos Anges Gardiens interviendront alors un peu plus vite que vos parents ne le feraient.
On peut en effet avoir plusieurs Aides……

Paroles de Monsieur Nizier Anthelme Philippe, de Lyon sur les Anges gardiens:
« Demande. – Pourquoi avons-nous des anges gardiens ? :
Si vous compreniez ce qu’est l’âme, vous ne poseriez pas cette question. Imaginez que vous avez un tout petit enfant. Le laisserez-vous aller seul, ou mettrez-vous auprès de lui des personnes plus âgées pour le conduire ?
— Change-t-on d’ange gardien ? :
Oui, mais il faut avancer, et quelquefois au contraire, si notre ange gardien voit que nous
ne suivons pas ses conseils, il nous laisse.
— Les anges du tombeau étaient des esprits divins qui, pour se rendre visibles, utilisèrent la vie du Christ encore flottante autour du corps.
— Peut-on voir son ange gardien ? :
C’est très rare. Celui qui a ce don a de grands comptes à rendre, car il est dit dans l’Ecriture : « Il doit beaucoup donner celui qui a beaucoup reçu ». Il ne doit jamais manquer de faire le bien et de remplir son devoir.
De même, il est du devoir du riche de donner au pauvre, et de celui qui n’a rien, de ne pas envier le riche, car l’un et l’autre manqueraient à la charité, et personne n’entrera dans le royaume du Ciel s’il n’a la CHARITE.
— Je vous atteste que je n’ai jamais rien demandé pour moi-même à mon ange gardien, et que je ne l’ai entendu que deux fois, une fois pour me dire « oui », en réponse à ce que je lui demandais, une autre fois pour me réprimander, et cette réprimande n’a été qu’un seul mot : « vous », au lieu de : « toi », qui devait m’être toujours dit.
— Entre l’Homme et les anges il y a Dieu, car Dieu est partout. Mais il y a aussi les dieux ; et parmi les dieux il y en a qui se croient très grands et qui ne sont rien.
— Sur la terre, nous progressons tous vers le bien, et, à chaque période où notre âme se perfectionne et fait un pas pour notre avancement, nous changeons de guide et celui qui vient à nous est plus avancé que le précédent.
— Celui qui nous a envoyés sur la terre sait ce qu’il nous faut, et il ne faut pas croire, lorsque nous avons de grandes peines, que nous sommes abandonnés. Nous ne sommes jamais seuls. Nous avons toujours près de nous notre ange gardien qui demande la résignation et la force qui nous sont nécessaires, et il ne réclame de nous qu’un peu de bonne volonté. De tout temps, et bien avant l’Histoire Sainte, il a été dit : Demandez et vous recevrez. Et pour recevoir, c’est bien simple. Vous n’avez qu’à changer d’« appartement », en prendre un qui ne vous coûtera pas cher. Je vous ai dit souvent qu’une seule chose suffisait pour être écouté de Dieu : la CHARITE.
— Pensez-vous que lorsque Dieu vous a envoyés en ce monde II vous a envoyés seuls ? Non. Lorsque Dieu a créé l’Homme il l’a créé simple et ignorant toute chose. Nous sommes suivis depuis notre plus tendre enfance jusqu’au-delà de la tombe (Anges gardiens).
— Nous ne sommes jamais seuls ; nous avons toujours avec nous notre guide, notre ange gardien. Il est notre conseiller. Lorsque nous sommes tentés par le mal il emploie tous les moyens possibles pour nous en détourner. C’est la voix qui nous dit : « Ne fais pas cela, c’est mal ! » Il ne réclame de nous qu’un peu de bonne volonté. Il préside à notre naissance ; il est à notre chevet et il nous suit de notre naissance à notre mort.
— Les anges, les chérubins, les séraphins ont été créés au début, avant l’Homme. Ils existent réellement, ainsi que bien d’autres êtres encore.
— Voici la succession, par ordre décroissant, des chœurs célestes : Séraphins, Chérubins, Trônes, Dominations, Vertus, Puissances, Principautés, Archanges et Anges.
— Vous vous étonnez que, malgré l’existence et la protection de notre ange gardien, nous commettions encore des fautes. Supposez que vous soyez un tout petit enfant et que l’on vous confie aux soins d’une bonne ; elle vous conduit en cours de promenade dans un terrain accidenté où se trouvent des pierres et des ronces. Bien qu’elle vous donne la main vous trébucherez, parfois même vous tomberez et vous vous piquerez… Mais ne sera-ce pas là le seul moyen que vous réfléchissiez, que vous appreniez à bien marcher et que vous vous fortifiiez ? »

Enseignements extraits d’un livre cité dans la bibliographie

Autres lectures sur ce même sujet

Paroles sur les Anges gardiens
Retrouvez ces themes sur philippedelyon.fr :

9 pensées sur “Paroles sur les Anges gardiens

  • 3 décembre 2012 à 5 h 47 min
    Permalien

    LA DEMANDE EST NECESSAIRE.
    SANS DEMANDE, NOUS NE POUVONS PAS DONNER.
    Demande !
    (Extrait: dialogues avec l’ange) Document recueilli par Gitta Mallasz.

    • 3 décembre 2012 à 9 h 19 min
      Permalien

      Pourquoi cette impression que ce message m’est adressé?
      Je connais, j’ai et j’ai lu le livre des dialogues avec l’ange…….nous avons tous les trois ce point en commun: lechercheur l’a aussi
      J’ai reçu cette même phrase, et elle figure sur le dernier article que j’ai fais sur Philippe de Lyon:
      https://www.philippedelyon.fr/obtenir-guerisons-par-priere-avec-anges-philippe-de-lyon-609/
      Elle est donc en page d’accueil du site.
      Il y a plein de façon de recevoir cette phrase manifestement.
      Mais, tout aussi manifestement, je me demande si on la met en pratique…….

      • 8 janvier 2014 à 22 h 20 min
        Permalien

        Bonsoir Lucie et Hélène,

        Un peu plus d’une année s’est écoulé depuis vos interventions et me voilà conduit ici à mon tour, en temps voulu. Dialogues avec l’ange, de Gitta Mallasz, voici qui ne me rajeunit pas… Elle avait sa manière à elle d’éveiller les êtres et de porter leur conscience vers l’attention; sa fameuse méthode « petite cuillère ! »

        Demandez et vous recevrez. C’est là un acte de foi incommensurable ou l’on redevient petit enfant. L’adulte lui, le moî sérieux ne demandera pas. Il sait ce qu’il a à faire… et fait fausse route (ne riez pas, je connais !) On retrouve chez Monseur Philippe cette « innocence » de l’enfant alliée à la maturité de l’Homme. Demander ainsi est bien plus qu’une demande, c’est un don de soi, une offrande au créateur, et il nous sourit en retour.

        Affectueusement,

        Philippe D

        • 9 janvier 2014 à 5 h 32 min
          Permalien

          En effet, Philippe D s’applique à passer sous la loupe…
          Pourvu que certains posts restent en invisibles (les miens)… pas fière, mais j’assume .
          Aaaah…Ca oui !
          Nous savons tous trop bien ce que nous avons à faire : faire fausse route ! (rire)

          Très intéressant le thème de la DEMANDE .
          Je me demande si une vie suffit pour en comprendre tout le sens.
          Reprenons un exemple à méditer :

          Une mère explique à Philippe que son fils est en train de trépasser. Mais il va le sauver ?
          -Non, dit Philippe, ce n’est pas possible.
          -Maître, si vous le voulez, vous pouvez le guérir…
          -La guérison serait pire que la mort…
          -Je vous en supplie.
          -Puisque tu le veux…
          Quelques années plus tard, elle revient, désespérée : – Vous aviez raison. Il a tué son père !
          Extrait: Philippe de Lyon (Renée-Paule Guillot)

          Si nous ne savons pas ce qu’est la guérison…
          Toutefois, ne pas craindre d’être le serviteur inutile, en attendant de comprendre…
          A mesure que nous demandons et recevons, bien des leçons nous sont donner.
          Voilà sans doute pourquoi il est nécessaire de DEMANDER.
          Dans un premier temps : La certitude des aides invisibles.
          Dans un second temps : Faire très attention à notre DEMANDE.
          Quelle lourde responsabilité, pour finir.
          Eh bien, Philippe D…
          A cause de vous, je suis très bavarde ce matin !
          N’est-ce pas, Hélène ?
          Bonne nuit à vous deux, et au monde entier .
          Lucie

          • 9 janvier 2014 à 14 h 46 min
            Permalien

            J’en ai autant pour les miens Lucie, sans compter les articles

            l’extrait que tu évoques doit faire partie des phrases ou moments de séances qui ont dû être très marquants ; il figure dans le même temps, dans l’édition 1985 du livre de Philippe Encausse et du livre d’Alfred Haehl, Vies et Paroles de Maitre Philippe

            pour le bonne nuit, :o) je ne l’adresserais qu’à la moitié de la planète…l’autre partie est révéillée :)
            enfin, je crois :)
            tu es bavarde?
            pas plus que moi :)

          • 9 janvier 2014 à 15 h 00 min
            Permalien

            Chère Lucie,

            Puisque me voilà responsable de votre « bavardise », autant que j’assume ! Tout ce que vous dites sur « demander », je ne sais pourquoi sur l’instant, m’oriente vers ce pauvre Job. Il ne demandait rien, mais finalement il avait tout…

    • 12 août 2015 à 19 h 05 min
      Permalien

      En faut il de l’humilité pour demander…
      Les petits enfants demandent tout simplement :
      Et, ils reçoivent!
      Avec ou sans fôtes d’orthographes.
      LA DEMANDE EST NECESSAIRE.

  • 9 janvier 2014 à 15 h 29 min
    Permalien

    En effet, en aout, c’est probablement parce que nous ne demandions rien, que nous avons reçus les magnifiques cadeaux que la Providence nous a envoyés:
    l’épisode de l’orgue à l’église St Paul…
    C’est ce qui ressort des commentaires aussi
    Plus on reçoit, plus la responsabilité est grande….Oui, mais si on reçoit, c’est aussi parce que nous sommes sur la voie.
    Les Signes sont visibles de partout pour peu qu’on leur porte un peu d’attention :)

  • 13 janvier 2014 à 14 h 29 min
    Permalien

    L »attention, voilà également une pierre d’angle sur laquelle bâtir du solide. Sans elle, rien de possible, car nous serions telle une feuille au vent. Alors, imaginons un peu l’amour étroitement liée à l’attention, quel couple cela peut faire ! Et nous libérerions nos aides du Ciel qui pourraient se consacrer à d’autres en difficulté plus grande…

    Dans la paix du coeur,

    Philippe D

Commentaires fermés.