Questions sur Victoire Philippe Lalande Philippe de Lyon www.philippedelyon.frVictoire Philippe Questions sur Victoire Philippe Lalande.
Victoire Philippe épouse Lalande, fille de Mr Nizier Anthelme Philippe de Lyon et de Jeanne Julie Landar, est, sur bien des points, un sujet de questionnements, voire d’anomalies de toutes sortes.

On ne peut de manière évidente, que constater un certain nombre d’interrogations, ou étonnements, suivant sur quels aspects l’on se penche, pour ce qui touche à la fille du Maitre Philippe.

Plusieurs exemples sont à avancer.
Nous tenons cependant à préciser que nous ne pouvons, cela va de soi, évoquer que les éléments connus, le plus souvent, comme nous allons le voir, par les documents administratifs mis en ligne, à disposition de tout un chacun.
Quelques uns ont fait l’objet d’un article, d’autres ont été abordés à divers degrés dans les commentaires ici et là sur le blog:

Nous avons dès la naissance, un étonnement, sur l’identité de Victoire, nous découvrons en effet que: Victoire Philippe s’appelle ….
On peut penser que la date de naissance est, éventuellement exacte…

Nous continuons avec la date de son mariage: 2 septembre 2013, anniversaires de… dont on finit par constater que la date a manifestement été biffée et qu’il faudrait la remplacer par le 1er septembre.

Nous avons ensuite un recensement, rue Tête d’or, à Lyon, de 1901, qui lui donne la qualité de……belle mère!!! Nous pouvons constater que nous allons d’étonnements en surprises…avec un âge des plus indéfinissable….Cette donnée pour le moins étonnante n’est, de surcroit pas la seule surprise de ce document…que voici, pour prouver le propos.

Victoire Philippe Lalande belle mere recensement-1901-rue tete dor

Dans la série, nous nous retrouvons avec la date de décès, qui, suivant que l’on se trouve à la tombe ou dans les documents, varie….sur quelques semaines d’écart entre deux dates. Nous avons la date du 24 aout 1904, dans la plupart des livres, mais la plaque tombale nous propose un 25 septembre 1904…
Le registre des convois, accessible en ligne, indique pourtant la date du 1er septembre 1904.

Dans un autre registre, nous avons les extraits de notes, dont nous n’avons pour l’heure trace(s), que dans les livres, par le biais d’illustrations, sur lesquelles même un graphologue ne pourrait confirmer, qu’il s’agit de l’écriture d’une très jeune femme.

A préciser qu’une observation attentive, de l’extrait de registre d’état civil établit à l’occasion du mariage, semble indiquer le mot « pour » devant la signature de Victoire….!
Elément très possible, et ceci, pour une raison: Victoire était mineure au moment de son union avec le Dr Emmanuel Lalande -Marc Haven…
La majorité donnant la liberté de convoler, était à 21 ans entre 1804 (par le code civil dit Napoléonien) et 1900.
Or Victoire s’est mariée en 1897….A l’age de 19 ans. Nous avancerons juste l’hypothèse, sur ce fait précis, que c’est probablement son père, Monsieur Philippe qui a signé à sa place. Napoléon, dans sa réforme des lois sociales créant ainsi le code civil de 1804, a en effet renforcé l’autorité du chef de famille, permettant le mariage à partir de 15 ans pour les filles, avec autorisation parentale.
Illustration du document:

signatures mariage Victoire Philippe Emmanuel Lalande Marc Haven www.philippedelyon.fr

Il semble, dans un tel contexte, et sans manquer aucunement de respect à Monsieur Philippe ou ses proches, délicat et cependant possible de pouvoir aborder le sujet de sa fille Jeanne Marie Victoire sans se poser de question(s)?
La recherche et le questionnement sur la Voie du Coeur ne semblent pas incompatibles.
Notons, s’il est utile de le rappeler, que nous nous trouvons dans une société du XIXe siècle, qui n’a plus grand chose à voir avec notre société civile actuelle…

Autres lectures sur ce même sujet

Questions sur Victoire Philippe Lalande
Retrouvez ces themes sur philippedelyon.fr :                 

11 pensées sur “Questions sur Victoire Philippe Lalande

  • 22 février 2014 à 12 h 27 min
    Permalien

    Je suis en admiration devant cet article et je dois reconnaitre qu’il est très bien construit, preuves à l’appui. Et j’en parlais justement vendredi dans une librairie du quartier St Jean à Lyon : cette très jolie jeune femme semble avoir été la cible de toutes les manipulations et erreurs voulues ou non.
    On nous dira : et alors ? Cela change quoi ?
    Et bien cela change beaucoup de choses quant à la crédibilité des faits qui ont été assénés, repris, modifiés depuis plus de 110 ans. Seuls les documents ont valeur officielle quand justement jusqu’à ces documents officiels (émargement dans l’acte de naissance) qui ont même été trafiqués pour faire disparaitre la date de son mariage ! Mais que nous retrouvons heureusement en totalité lors de l’acte du-dit mariage.
    Plusieurs éléments sont donc en cours de vérification quant à d’autres faits, témoignages ou paroles de Nizier-Anthèlme Philippe. En effet je n’accepte pas les « on dit que », les « il parait », en un mot le conditionnel. Ni je n’accepte le refuge trop facile derrière des documents ou archives secrètes : à partir du moment qu’ils ne sont pas publics, il n’existent pas. Les tenants de cette gymnastique feraient bien d’étudier un peu les théories de la méthode quantique à ce sujet.
    De même, on peut constater que d’autres documents, publiés ceux-là, ont été modifiés pour les besoins de la cause. Quelle cause ? Celle de Monsieur Philippe qualifié de Maitre ou celle des auteurs de modifications ?

  • 2 avril 2014 à 15 h 29 min
    Permalien

    A partir de leur mariage du 1er septembre 1897, a-t-on la certitude que les jeunes époux Lalande n’ont pas eu d’enfants ?

  • 3 avril 2014 à 16 h 23 min
    Permalien

    Pour revenir sur les drôles d’anomalies concernant les époux Lalande/Philippe, on découvre par exemple lors du recensement de 1901 au 11 Rue Tronchet que la famille Lalande s’y compose de :
    -Lalande Emmanuel 33 ans, chef de famille
    -Lalande Marguerite 66 ans, mère
    On peut s’étonner de la résurrection de Mme Lalande mère (peut être grace à Monsieur Philippe ?) prénommée Marie-Julie-Amanda lors de l’acte de mariage des jeunes époux le 1er septembre 1897 et déclarée déjà décédée à cette date…
    Où est passée Victoire ? Nous la retrouvons à la même date au 35 Rue Tête d’Or agée de 71 ans et qualifiée de belle-mère !!!
    Cela pourrait donner lieu au tournage d’un sketch comique …

    recensement rue tete d'or 1901 www.philippedelyon.fr

    recensement 1905 11 rue Tronchet www.philippedelyon.fr

    • 3 avril 2014 à 16 h 34 min
      Permalien

      Merci beaucoup Nepomucène de tels apports
      Nous ne sommes pourtant plus le 1er avril!!
      Pourtant ce scénario en est digne
      Cela va devenir un article

      Nous notons en plus, que la donnée concernant Jeanne Marie Victoire n’est jamais que la notification du 2e recensement lui donnant la qualité de belle-mère!!
      Une fois, une erreur, le recenseur se serait mélangé les pinceaux…..Eh bien, deux recenseurs ont fait la meme erreur, dans deux villes différentes!!
      Eh bien voyons
      Et en plus là, elle a 71 ans

      …..Je m’excuse, mais là, je ne peux faire autrement que de rire
      C’en est….
      Oui, cette histoire releve d’un scénario de long métrage…..Il y en a en effet à tous les niveaux, des scènes aussi spectaculaires!

  • 7 mai 2014 à 10 h 47 min
    Permalien

    Et bien voilà une question supplémentaire : qu’en est-il du voyage que Victoire fit en Angleterre ? A quel âge, dans quelles circonstances, avec qui (mais sans son père) ?

    • 7 mai 2014 à 15 h 48 min
      Permalien

      L’a-t-elle réellement fait?
      Ce voyage est-il décrit ailleurs que dans le Encausse? Basé apparemment sur le témoignage de Marie Lalande.
      Pour l’instant, je n’ai pas le souvenir de l’avoir lu ailleurs…
      Et vu de quelle façon Victoire était protégée par ses parents, je les imagine mal la laissant voyager toute seule.
      Mais je me garderai bien d’affirmer quoi que ce soit…

  • 10 mai 2014 à 16 h 34 min
    Permalien

    En effet, et cette remarque n’est pas valable seulement pour Victoire, beaucoup de questions n’ont jamais été posées, et pourtant elles paraissent logiques, même pour qui ne fonctionnerait qu’avec un neurone. Et quand on les pose, on n’obtient aucune réponse directe, si ce n’est de développements sur tout autre sujet.
    Que personne ne vienne prétendre que cela n’est pas important car, par là, la vérité des affirmations quant à Monsieur Philippe, sa vie, ses paroles est remise en question.

    • 10 mai 2014 à 20 h 41 min
      Permalien

      Cette constatation est malheureusement bien vraie
      A tel point que dans des échanges actuellement avec des personnes aussi en recherches, nous en arrivons à établir ce type de constat:

      On n’entend jamais parler non plus, ni de Golfin mis à part pour le décès, ni de Gendron devenant Genton dans le rapport de police. Pour ce dernier, juste nommé dans « Confirmation des Evangiles » parmi trois noms de personnes sensées être proches de Monsieur Philippe.

      Il me revient d’ailleurs que pour Golfin, on ne se demande du coup pourquoi il est là pour le décès… On ne sait pas d’où il sort.
      Dans « Vies et paroles » il fait partie des témoins
      Dans « Maitre Philippe de Lyon Thaumaturge et Homme de Dieu« , il semble avoir côtoyé Philippe, notamment dans au moins une sortie:
      « Prédiction faite à M. Golfin en 1903 : « Tu vois, ce pont Morand (à Lyon) ; il est
      solide ? Eh bien ! Dans 40 ans il n’en restera rien »
       »
      Il est, sur cette source, également cité dans les témoins ayant reçu des phrases de Philippe…..

      Juste pour dire que dans ce …, même une poule ne retrouverait pas ses petits
      Il y en a là-haut qui rigolent et d’autres qui pleurent…

      • 10 mai 2014 à 21 h 02 min
        Permalien

        Les livres sont loin d’être omniscients, ils ont même tendance à oublier des faits, surtout dans le cas du dossier Philippe. Ainsi on constate dans les recensements de 1911 et 1921 (recherches non faites sur les années précédentes) que François Golfin y Murcia (avec le nomen de Paccot et avec le grade Philippe de commandant selon l’album photos du Mercure dauphinois), habitait …au Champ d’Asile, la propriété située au dessus du Clos dit Landar et que Olga Chestakow veuve Marshall céda à la Société de Protection de l’Enfance en tant que veuve Lalande.

      • 11 mai 2014 à 8 h 58 min
        Permalien

        Besoin d’une petite précision (qui a son importance) : cette phrase sur le Pont Morand a-t-elle été connue et même publiée en 1903 ou après, ou alors a-t-il fallu attendre 42 ans pour le savoir ?
        Car il est fort facile de faire des prédictions…à postériori…

        • 11 mai 2014 à 11 h 35 min
          Permalien

          Oui alors heu….
          Un, pourquoi je ne suis pas surprise du tout de cette question
          Deux, pour l’instant, la seule source est cette seule et unique insertion…….
          Lui aussi a apparemment, tout comme Alfred Haehl, noté immédiatement les échanges avec Philippe…..
          Donc, affirmer……ne me viendrait plus à l’idée

Commentaires fermés.