signature Philippe de Lyon fleche fils du tonnerre mariage Jeanne Marie Victoire Philippe avec Emmanuel Lalande

Les mystères autour d’une signature se terminant par une ligne fléchie, touchent de près Maitre Philippe de Lyon, nourrissant alors une énigme d’un telle taille que même les livres ne l’abordent que très succinctement:
Serge Caillet, dans son livre, « Monsieur Philippe, l’Ami de Dieu« , rapporte « Edmond Dace, occultiste, qui nous dit: Monsieur Philippe dont la signature, se termine en zigzag et aboutit à une ligne fléchie était un « fils du tonnerre«  ». Justifiant son propos, en faisant référence à la foudre ainsi représentée, qui selon plusieurs textes sacrés dans lesquels elle est évoquée, y associe l’idée d’une paternité divine.

Nous découvrons cette signature, dont nous conviendrons que l’aspect si particulier, interpelle, et permet d’apprécier, que les pouvoirs maintes fois constatés de Monsieur Philippe, et ainsi représentés, par notamment les pouvoirs sur la foudre, ne peuvent etre que d’origine divine. Cette signature, ce glyphe si particulier, n’est de plus, pas à observer dans la seule signature de Monsieur Philippe.

Nous notons également, un fait plutôt troublant.
Nous retrouvons des éléments, dans le petit groupe, autour de Nizier Anthelme Philippe. Nous avons tout de même trace des signatures, aussi bien pour Gérard Encausse -Papus-, qu’Yvon Le Loup -Sédir-… Pour Emmanuel Lalande -Marc Haven-, nous observons un hiéroglyphe ésotérique. La signature d’Emmanuel Lalande apparaissant sur l’image du haut, sur l’acte d’état civil, établit au moment de son mariage avec Jeanne Marie Victoire Philippe.

Voici la signature de Sédir, en 1911

signature glyphe Sedir Yvon Le Loup site www.philippedelyon.fr

Voici la signature de Gérard Encausse -Papus-

signature Papus fleche fils du tonnerre sur le site www.philippedelyon.frou

signature Papus sous texte fleche fils du tonnerre sur site www.philippedelyon.fr

Ces documents étant affichés dans les livres, il ne nous semble pas incongru de poser la question.

Nous ne parlons, il faut évidemment le préciser, que de l’entourage occulte, hermétique… de Philippe.
Nous n’observons pas ces memes signatures, de la part des autres interventions nécessaires à l’établissement de lettres ou documents officiels. Donc la famille de Nizier Anthelme Philippe, composée de sa fille, de son épouse, de sa belle-mère, pour ne citer que les plus proches, ne paraphent pas du tout ces documents de la même manière, mais plutôt de la signature classique. L’image de l’acte du haut de page en est une illustration.
Nous pouvons aussi observer que dans la reproduction d’un écrit de Yvon Le Loup -Sédir dans le livre de Philippe Encausse, toutes les citation relatives à Monsieur Philippe, prennent la forme suivante:
MP—>

Un petit retour dans le passé, montre que nous pouvons avancer aussi que Philippe de Lyon n’a cependant, pas toujours utilisé cette signature. Pour illustrer cette notion, nous prenons pour source ce document déjà publié relatif à l’état civil de Jeanne Marie Victoire, fille de Monsieur Philippe, dont l’acte de naissance, de 1878 est un document numérisé, que voici.

Comme nous pouvons l’observer, la signature de Nizier Anthelme Philippe ne porte pas la particularité de l’extrémité en forme de flèche… Nous pouvons même dire qu’elle n’y figure pas encore!

acte naissance Jeanne Marie Victoire Philippe de Lyon wwwphilippedelyonfr acte naissance Jeanne Marie Victoire Philippe

En continuant de remonter dans le passé…. Un siècle plus tôt.
Nous finirons sur une autre signature, elle aussi, d’un Fils du Tonnerre!!…
Je vous laisse observer le nom qui l’utilisait….Le comte de Cagliostro…
Cette signature est, précisons-le, présentée par Emmanuel Lalande -Marc Haven, gendre de Philippe de Lyon ! dans son livre « Le Maitre Inconnu, Cagliostro ».

site Maitre Philippe Philippe de Lyon signature Cagliostro non conforme

Cela donne à réfléchir….?

Les décors que sont les images sont de:
Photos des documents numérisés
La signature de Papus en gros plan, est une photo venant de l’édition 1966 du livre de Philippe Encausse « Maitre Philippe, thaumaturge et Homme de Dieu »
La signature de Sédir vient du même livre précédemment cité
La signature de Papus au bas du texte vient du livre « Enseignements oraux de M.Philippe de Lyon » de Arqa
Tous les livres cités sont répertoriés dans la bibliographie
L’image sur fond transparent de la signature du Comte de Cagliostro vient de Google images
Précision à apporter aussi sur la libre interprétation de la phrase extraite du livre de Serge Caillet.
Un Merci tout particulier à un Ami sans lequel cet article n’aurait pu voir le jour…..

edit 7 février 2014
Le glyphe du Comte de Cagliostro est remis en cause sur:
https://www.philippedelyon.fr/philippe-de-lyon-signature-cagliostro-non-conforme-induit-erreur-3057/

Mystères autour de la signature glyphe de M.Philippe

36 pensées sur “Mystères autour de la signature glyphe de M.Philippe

  • 31 janvier 2014 à 17 h 21 min

    Mais alors, sciouze mi si ma question est niaise, si j’en crois les affirmations et certitudes déjà publiées sur le site, Cagliostro connaissait la ferme du Clos Landar puisque c’était le signe de reconnaissance de ceux qui la fréquentaient ?

  • 31 janvier 2014 à 17 h 48 min

    Cette supposition ne semble guère correspondre aux lois de la Nature…
    Si l’on remet de l’ordre, le respect…Ect,
    Ne sont-ce point ceux du Clos qui « connaissaient » Cagliostro ?
    Une question me vient :
    Oui, mais…
    Avant Cagliostro ?
    Pardon…Si je suis bête comme une oie !
    Tiens, ça on dirait que ce n’est pas de moi…

    • 31 janvier 2014 à 18 h 02 min

      Il serait très interessant de remonter à la source de cette histoire là…
      Connaitre le sens …
      La nuit des temps ne commence pas à ces derniers siècles, pour finir .

      • 31 janvier 2014 à 19 h 46 min

        en effet, mais nous n’avons pas la place ici pour remonter dans la nuit des temps, au moment où le sacré commencait à prendre place dans la symbolique humaine. On pourrait cependant évoquer les Fils d’Héliopolis

  • 31 janvier 2014 à 19 h 28 min

    Un rapport avec le chapître 3 de l’Évangile selon Saint-Marc ?

  • 1 février 2014 à 7 h 02 min

    Elle est où la signature ou la glyphe de Jean Chapas?;):)

    • 1 février 2014 à 18 h 04 min

      Je n’avais pas d’illustration du paraphe sous la main…..J’ai vu pas mal de documents et je suis persuadée de l’avoir vue.
      mais je n’en ai plus trace
      je ne peux avancer que Jean Chapas en avait également une, sans l’illustrer.
      je complèterai l’article dès que j’en aurai un exemplaire.
      Au passage, il en figure une sur le bas de la photo de la page 81 de l’album souvenir, mais elle est si petite qu’on ne la verrait pas sur cet article.
      si quelqu’un en a une, en plus grand format, elle sera évidemment ajoutée.

  • 1 février 2014 à 8 h 25 min

    Ce matin mon diablotin me titille, Il me dit :

    Tu devrais un peu énerver les puristes et leur dire que Nizier Philippe n’est pas l’homme Divin que l’on croit mais simplement un homme spectateur de ce que Dieu a mis entre ses mains, ni plus ni moins.

    Comme je suis un homme très courageux ;):) je me dédouane de ces propos !

  • 1 février 2014 à 12 h 13 min

    Un farfadet murmure à mon oreille…
    Nizier Anthelme Philippe était un humain hors du commun, certes, mais un Humain.

    • 1 février 2014 à 12 h 30 min

      d’où ma réponse précédente à Philippe D. : rien de ce qui est humain ne nous est étranger…

  • 2 février 2014 à 8 h 42 min

    Et pour conclure provisoirement ce chapitre, nous finirons par un bouquet final…
    En effet cette utilisation et connaissance des glyphes a un nom …qui est justement la Cosmoglyphie ! Tel est le nom de cette véritable Science qui fut l’objet d’un ouvrage monumental en 9 volumes écrit par Emile Soldi-Colbert de Beaulieu (et oui !) et dont le tome 1 (numérisé sur internet en provenance d’Universités étrangères, américaines et allemandes) publié en 1897 comporte à lui seul 709 pages et plus de 900 illustrations !
    Et chose surprenante, il aborde dans l’un de ses volumes le glyphe que nous connaissons maintenant bien. Et l’ensemble figurait, comme par hasard, dans la bibliothèque de…PAPUS (dixit Arqa in Sur les remparts de Saint Jean d’Acre et …Enseignements oraux de M.Philippe de Lyon !), tout simplement.
    Nous sommes donc là bien loin de l’assertion qui a été faite ici, voulant nous faire croire qu’il s’agissait d’un signe de reconnaissance entre ceux qui fréquentaient la ferme.
    Nous considérons (l’auteur de ces lignes) que la connaissance et l’utilisation d’un tel glyphe est le signe de Connaissances antiques, venant du fin fonds des âges, et représentant le symbolisme du Sacré tel que le concevait les Etres humains.
    Et nous n’aborderons pas ici les groupements utilisant de tels signes au début du XXième siècle et dont nous possédons un témoignage ultime par le texte manuscrit rédigé par Yvon Leloup alias Sédir en 1911 et cela sans parler non plus de Joseph Balsamo dit Comte de Cagliostro.

    origine du glyphe utilisé par Philippe de Lyon

    • 2 février 2014 à 9 h 51 min

      Je précise le titre exact de l’oeuvre de Emile Soldi-Colbert de Beaulieu : la langue sacrée, la Cosmoglyphie en 9 volumes. le premier volume est paru avec le sous-titre Le mystère de la création en 1897 chez Achille Heymann à Paris. On trouve certains volumes vendus séparément à des prix allant de 200 à 600 euros : attention, il s’agit bien chaque fois que du prix d’un seul volume.

      • 2 février 2014 à 13 h 42 min

        Cette importante recherche menée par Népomucène Landarosa nous offre un faisceau d’indices plutôt… éclairants ! A chacun d’ouvrir son coeur et son esprit à d’autres aspects de la vie de Monsieur Philippe, aspects peut-être restés dans l’ombre jusqu’ici. Et le plus difficile n’est-il pas justement de ne pas rester figé dans ces archétypes de pensée qui nous constituent et que nous considérons devoir préserver, car reflets de notre identité… du moment ?

        Affectueusement

        Philippe D

    • 2 février 2014 à 11 h 53 min

      Il me parait évident et je le partage, que, comme l’écrit Népomucène, ces signatures, ces glyphes utilisés en commun par Monsieur Philippe, Sédir, Papus…. ne sont pas qu’un signe de reconnaissance mais de Connaissance et d’appartenance (…ça ressemble à appartement…). Comment imaginer que les rencontres de Monsieur Philippe avec Sédir, Papus, Marc Haven, aient pu se faire de manière fortuite, eux faisant tous parti d’un nombre parfois important de Groupements initiatiques…. à suivre…

  • 4 février 2014 à 10 h 46 min

    Je propose ce court commentaire quant à la signature du Comte de Cagliostro : nous pouvons dire que nous avons tous été abusés (de même que les éditeurs, les sites, ou les groupements initiatiques) car celle publiée partout et que j’ai reprise ici N’EST PAS CONFORME A LA REALITE. Et cela avec des preuves formelles à l’appui.
    Et donc on ne peut revendiquer le parrainage du Comte de Caglisotro en ce qui concerne les glyphes fourchus. Ce qui n’enlève rien à l’étude de ces glyphes qui eux existent bien mais le parrainage prestigieux n’existe pas.
    Je pense que ce blog vous en dira plus prochainement.
    J’ai dit.

    • 4 février 2014 à 23 h 30 min

      Cet état de fait est en cours et rejoint une découverte de ce jour qui m’a poussée à éditer l’article sur les escrocs, parce qu’il est à craindre que des gens sans scrupules, n’aient déposé une marque…Autant donner le qualificatif adéquat et le plus adapté à la situation, qui se déroule via des sites internet répartis sur une véritable toile d’araignée.

  • 5 février 2014 à 10 h 00 min

    Une nouvelle fois, je citerai en toute indépendance les Editions Arqa dans Enseignements oraux de M.Philippe de Lyon (qui, avec le livre de Serge Caillet sur l’ami de Dieu) m’ont beaucoup apporté ; ces deux ouvrages m’ont permis d’aller faire des recherches directement au sources, et aux fils des lectures et des liens, m’ont amené à découvrir des textes d’une grande richesse. C’est pourquoi en cet apaprté je tenais à rendre hommage, en totale indépendance à ces deux livres.
    Voici donc un court extrait du livre des éditions Arqa :
    ainsi que sur une page le signe de la foudre (flèche brisée, pointe en bas) glyphe que l’on remarque dans plusieurs signatures de Monsieur Philippe de Lyon ainsi que de Papus
    Et dans un autre ouvrage des mêmes éditions (sur les remparts de Saint Jean d’Acre) on lit :
    et les inductions karmiques entre Philippe de Lyon et Apollonius de Tyane, entre autres, semblent accroire que quelques Adeptes possèdent bien une Connaissance Prométhéenne, c’est-à-dire d’avant la Sagesse
    Or, j’ignorai totalement ces deux passages lorsque j’ai établi mon étude sur les glyphes de Philippe, Papus et compagnie !!! Ce qui prouve bien que la force de l’Esprit permet de déceler les mêmes détails lorsque la démarche est sur une bonne voie, sans arrière-pensée, sans rien demander en retour.

    • 5 février 2014 à 13 h 42 min

      Lorsque l’on est dans une recherche dans laquelle on est sincèrement et viscéralement engagé, les portent s’ouvrent, les signes apparaissent et l’on nous sert sur un plateau bien au-delà de notre demande….

      • 5 février 2014 à 16 h 35 min

        Et comme le monde de la Tradition nécessite la clarté, j’ajouterai que Marc Haven (édition de 1912/réédition de 1964) précise au sujet de la signature du Comte de Caglisotro :
        Nous l’avons trouvée aux Archives Nationale, à la fin de l’interrogatoire de Cagliostro (Cote X²b, 1417). Le savant et très aimable directeur des Archives M.Déjean, a bien voulu nous autoriser à la reproduire et nous en faciliter la tâche : nous le prions d’accepter ici tous nos remerciements.

        • 5 février 2014 à 16 h 49 min

          En effet, cette signature clos donc le débat sur un héritage quelconque issu de ce personnage. Reste donc à savoir, avec confirmation documentée, le sens réel des signatures du « groupe » de Philippe de Lyon.

          • 5 février 2014 à 18 h 09 min

            En effet, on ne joue pas avec ces choses là, me semble t’ il .
            Il n’est même pas concevable de penser que ce groupe jouait…
            Et pourtant, on peut s’interroger ?

            • 5 février 2014 à 18 h 37 min

              Et en effet ce n’est pas un jeu : pour le comprendre il suffira de consulter les échanges des différents commentaires de cet article qui donnent des informations capitales, preuves à l’appui.
              Et le commentaire suivant résume bien les conclusions que l’on peut en tirer :

              dimanche ‎2 ‎février ‎2014, ‏‎11:53:41 | Jean-Pierre
              Il me parait évident et je le partage, que, comme l’écrit Népomucène, ces signatures, ces glyphes utilisés en commun par Monsieur Philippe, Sédir, Papus…. ne sont pas qu’un signe de reconnaissance mais de Connaissance et d’appartenance (…ça ressemble à appartement…). Comment imaginer que les rencontres de Monsieur Philippe avec Sédir, Papus, Marc Haven, aient pu se faire de manière fortuite, eux faisant tous parti d’un nombre parfois important de Groupements initiatiques…. à suivre…

    • 28 août 2014 à 11 h 40 min

      Pour revenir en complément de ces anciens commentaires, voici un nouvel élément publié sur un blog consacré à la Tradition.
      Des références ont été posées quant au livre de Jean-Louis Bernard consacré à l’Histoire secrète de Lyon et du Lyonnais, en voici nouvelle citation.
      . Je vais en citer quelques passages mais la lecture de l’ouvrage entier est indispensable notamment pour qui s’intéresse à Cagliostro, Martinez de Pasqually, Saint Martin, Allan Kardec et…Maitre Philippe de Lyon.
      Extrait concernant le quartier Saint Jean de Lyon :
      …Tous demeurèrent en ce secteur urbain et y dissimulèrent leurs travaux : en dernier lieu, Piquecry (après la seconde guerre mondiale), le Maitre Philippe de Lyon au début du siècle , Cagliostro au XVIII°. Et la chaine de ces compagnons du soleil d’or remonte à la nuit des temps. Place st jean s’éleva un temple païen étiré jusqu’à la rue Tramassac, qui est parallèle à la rue St Jean…la montée du chemin neuf où se réunissaient au XVIII° les francs-maçons lyonnais que visita Cagliostro, la rue Tramassac, la rue du boeuf où le Maitre Philippe eut un laboratoire de pharmacopée alchimique et le père Kovalewsky une chapelle…
      …au lendemain de la guerre de 1939, un pope russe, le père Kovalewsky se reférera à St irénée quand il fondera 16 rue du Boeuf une paroisse de son église catholique orthodoxe qui existe toujours sous le nom de Paroisse orthodoxe française de St jean le Théologien et qui rejette le schisme qui sépara Byzance et Rome au XI°…d’ailleurs un rite lyonnais se pratique encore à la cathédrale St Jean prônant également ces préceptes…

      Et Jean-Louis Bernard évoque la géographie solaire et lunaire du quartier Saint Jean/Saint Georges et je n’ai cité que des petits passages, le reste est encore plus énorme sur la géographie sacrée et solaire du quartier, qui remonte jusqu’à Fourvière et au plateau de la déesse Sarra-Cybèle (=cimetière de Loyasse) ; par exemple le café du soleil situé au départ de la montée du Gourguillon est installé à la place d’un couvent de moines trinitaires et encore avant à la même place se serait trouvé un petit temple de Mercure forme romanisée du temple du Lug gaulois,et le soleil enseigne du café est considéré comme un hiéroglyphe à la limite entre le plexus solaire du quartier st jean et le plexus lunaire du quartier st georges (qui maitrise le dragon).
      Puis le quartier solaire fut transporté aux Brotteaux par Cagliostro et ensuite activé par…Maitre Philippe ! (qui travaillait rue du boeuf et rue tête d’or !!!).Et n’oublions pas que la rue du boeuf porte ce nom en souvenir des grandes fêtes dédiées au taureau précipité chaque année dans la Saône à la suite du culte de Mithra.
      Revenons maintenant avec précisions sur les constatations des Fils du Tonnerre :
      …nous avons déjà placé côte à côte le curé d’Ars et Monsieur Philippe -comme le nommaient ceux qui le fréquentaient en accentuant la marque de respect. Malgré le demi-siècle qui les sépare, ils incarnèrent en effet ensemble le même mystère de Lyon. Ces deux hommes à pouvoirs étaient profondément chrétiens, le premier strictement romain, le second plus proche du christianisme grec des origines de la cité, voire d’un christianisme parallèle – celui d’Apollonius de Tyane auquel il s’apparente. Homme de mystère, Philippe le fut à ses propres yeux…Mais il n’est pas seulement un thérapeute. Il a d’autres pouvoirs et son autorité absolue se traduit sans aucun effort, sans la moindre mise en scène…Mais il a la foi qui soulève les montagnes et, devant lui,la nature semble s’incliner…
      « vous savez bien, écrira-t-il à ce même ami (Papus), que Dieu nous a remis pleins pouvoirs et qu’il arme notre main du vent, de la grêle, du feu, de la foudre… » …le pouvoir sur la nature, sur la foudre par exemple, la tradition romaine l’avait attribué aux fulgurators étrusques.
      L’écrivain gréco-romain Philostrate qui vivait sous le règne de Septime Sévère…laisse entendre que le thaumaturge Appolonius posséda aussi le pouvoir des fulgurators.
      Et suivent de nombreuses pages sur la vie et les actes de Nizier-Anthèlme Philippe.
      Et voilà ! La boucle est bouclée : nous avons ici un historien, que l’on ne peut pas soupçonner de faire partie de la mouvance Philippe, ni d’appartenir à un quelconque mouvement ou groupement, qui confirme exactement les propos déjà tenus, les miens et ceux d’autres comme Arqa. Et ce ne sont pas des délires : de nombreuses preuves ont déjà été publiées ici ou ailleurs. Et nous sortons là des affirmations légendaires orientées plus ou moins vers un catholicisme exacerbé, parallèle ou non, des affirmations qui tendent à imposer des vues sans preuves, uniquement basées sur des paroles prononcées réellement ou non et recopiées les unes sur les autres.
      Et, pour mémoire, nous avons vu que le blason de fantaisie apposé sur le prospectus de vente de l’eau philippine porte les foudres identiques à celles représentées à Rome pour Jupiter…

  • 22 février 2014 à 9 h 33 min

    Et dans l’épais volume de Philippe Encausse consacré à son père en 1949, il témoigne d’une lettre manuscrite de M.Philippe adressée à Papus (peut être republiée par la suite dans son livre sur Maitre Philippe, je ne sais pas, n’étant pas omniscient) dont il reproduit le fac-similé et qui se termine ainsi (suivie de la fameuse signature avec glyphe fourchu, mais ici pâteux)
    Vous savez bien, mon digne ami, que Dieu nous a remis plein pouvoir et qu’il arme notre main du vent, de la grêle, du feu, de la foudre, de la mort et de la vie. Qui peut nous faire trembler ? Rien à mon avis.

    • 22 février 2014 à 10 h 21 min

      Et comme on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même, je réponds à ma question : en effet cette lettre figure bien en fac-similé dans l’ouvrage de Philippe Encausse spécifique à Maitre Philippe. Nous avons la preuve supplémentaire que dans son hommage à Papus en 1949, il avait déjà rédigé bon nombre de pages qu’il repris ensuite, documents inclus, dans celui à Maitre Philippe à partir de 1954.

      • 22 février 2014 à 10 h 41 min

        Merci Népomucène, chercheur sur le Chemin …
        Il y a fort à parier, que nous ne sommes pas au bout de nos surprises !!!

  • 30 juillet 2014 à 21 h 10 min

    As-t-on une preuve que Monsieur Philippe n’a appartenu à rien…?….. alors que des indices argumentés poussent à penser le contraire… et quand bien même ses paroles (les siennes..? ou celles qu’on veut lui faire dire) voulaient mettre en garde contre les Ordres et groupements.
    On ne me fera pas croire qu’il tenait tout du Ciel et, je le répète, qu’il ait pu rencontrer tous ces ésotéristes constituant ses proches, de manière fortuite.

    • 15 avril 2015 à 17 h 09 min

      Patience, patience, tout arrivera un jour… Et ce n’est pas une hypothèse abracadabrantesque, tout arrivera en son temps…il faut bien que certains se rongent jusqu’au sang en attendant…cela rappelle les mystiques s’auto-flagellant pour connaitre la Vérité de Dieu.
      Quant à une éventuelle lettre de Philippe lui-même, il faut aussi prendre patience, elle sera aussi publiée…quand j’aurai fini de la rédiger…non mais ! Moi aussi je sais faire…

    • 16 avril 2015 à 6 h 31 min

      Il serait intéressant de savoir à quelle période de sa vie, Monsieur Philippe aurait mis en garde contre les sociétés secrètes.

      • 16 avril 2015 à 17 h 30 min

        Cette mise en garde contre les sociétés secrètes :

        Les sociétés secrètes ne valent rien. Elles n’ont jamais fait de bien qu’aux leurs.
        Elles vont toutes au despotisme (23-4-1902) Vie et Paroles.
        Monsieur Philippe aurait donc fait ce constat dans les dernières années de sa vie…
        Sans doute après avoir expérimenter.
        A méditer.

        • 16 avril 2015 à 17 h 42 min

          D’accord avec cette allusion, surtout si on se fie à un écrit plutôt mystérieux d’Yvon Leloup (Sédir), dont un extrait est relaté dans un des premiers livres sur le Maitre Philippe, faisant allusion à une écriture dite secrète, c’est écrit noir sur blanc, et comprenant en plus un glyphe…
          Pourquoi avoir mis de tels mots dans la bouche de Philippe de Lyon? Mystère(s)
          Cela rejoint les mots sur les décorations puisqu’il en était…..couvert, comme nous l’avons vu notamment dans l’étude de la thèse….
          Que de secrets, en société(s) ou non….que de mystères, initiatiques ou pas?….
          Pour aboutir à des mots, des paroles qui se contredisent
          Quand ce ne sont pas les dates auxquelles il ne faut donc pas se fier
          Est ce pour cette raison que certains auteurs ont choisit de classer les paroles en thème et non de façon chronologique…..?

          De qui se moque-t’on? De qui s’est-on moqué?

        • 16 avril 2015 à 17 h 55 min

          Si quelqu’un a écrit cela…encore une fois cela doit être vrai…………………………..

  • 30 juillet 2014 à 21 h 27 min

    Plusieurs enquêtes sont en effet en cours
    Dont certaines, un peu surprenantes…

Commentaires fermés.