Rameaux une fête autour de Philippe de Lyon orgue rameaux wwwphilippedelyonfr site Maitre Philippe de LyonPour les Rameaux de 2014 , une fête a été donnée, dans le plaisir d’échanger, de partager autour et dans l’esprit de Philippe de Lyon

Le bonheur de se retrouver entre ami(e)s pour la fête des Rameaux, dans un esprit de convivialité, de gaité, à la date proposée par Maitre Philippe, ne s’est pas démentit.

Ce moment a même pris un aspect majestueux quand, de l’orgue, sont montées des mélodies, qui ont emportés dans un hommage aussi sobre et discret qu’agréable à l’oreille, les ami(e)s présents pour cet hommage.

C’est dans cet esprit de partage que le site est particulièrement heureux de proposer un petit extrait d’une visite improvisée dans l’église et le plaisir de s’asseoir sur la banquette de l’orgue…. pour un des visiteurs du site et de jouer et partager ce moment… en toute simplicité…entre amis. Filmé juste avec un téléphone mobile… Vous y êtes chaleureusement conviés….

Autres lectures sur ce même sujet

Rameaux, une fête autour de Philippe de Lyon

10 pensées sur “Rameaux, une fête autour de Philippe de Lyon

  • 5 mai 2014 à 17 h 46 min
    Permalien

    Une grande rencontre eut lieu ce jour-là pour fêter Nizier-Anthèlme Philippe, conformément à sa suggestion. Mais pendant que certains déambulaient tristement dans les cimetières, cette rencontre eut lieu dans un caveau …gastronomique, dans la joie, la paix et la convivialité. Et les échanges furent fort riches entre les convives présents en hommage à celui que certains appellent Maitre. Et furent couronnés par un concert d’orgue improvisé et autorisé dans cette église Saint Paul qui vit partir Monsieur Philippe et sa fille Victoire, sous l’égide de la colombe…

  • 5 mai 2014 à 18 h 06 min
    Permalien

    Ce fut un moment bien particulier, ce temps des Rameaux…

    • 6 mai 2014 à 6 h 29 min
      Permalien

      Célestes Orgues.

      Les Célestes Orgues célèbrent les Noces Mystiques des Elus.

      Souviens toi, Bien aimé… des siècles de nuit où nous nous sommes cherchés.
      Au dernier jour de nos vies, passées, nous fermions les yeux

      sur un rêve oublié…..

      Poignante nostalgie de nos âmes assoiffées d’ Amour,
      Nous délaissions nos vies usées, pour revenir Chérubins
      En berceau, reprendre l’aventure où nous l’avions laissée.

      Le temps a coulé, comme l’onde glisse en des poings fermés.

      Mais je vois le Ciel et la Terre Unis au fil d’Or d’un Nouvel Horizon
      L’ Azur déverse sur nos têtes un Torrent de Lumière.

      Lapidaires amoureux de Perfection, nous avons taillé
      Le Diamant à l’image de nos coeurs.

      Nos mains blessées ont laissé des traces de sang au portail du temps refermé.
      Dans un Palais de Cristal, au premier cri du Nouveau-né,
      Nous boirons à la coupe de l’ Immortalité.
      Célestes Orgues et Choeurs Triomphants vont célébrer en Divine Cathédrale,
      Les Noces de nos âmes qui se sont enfin retrouvées.

      Poème : Marie-Jeanne EDEL

      • 6 mai 2014 à 8 h 04 min
        Permalien

        Poème magnifique révélant nos nobles ambitions
        Musique des anges réveillant nos hautes aspirations

        Alors posons sur les autres un regard nouveau en ne les jugeant plus pour ce que nous faisons maintenant mais pour ce que tous, nous portons au fond de nous et que ces mots habillés de ces belles notes auront réveillés ce matin

        Merci à vous tous

      • 6 mai 2014 à 21 h 58 min
        Permalien

        J’ai rarement lu un si beau poème et je peux affirmer que c’est le premier qui me parle tant, phrase après phrase.

        Il existe nombre de jolis poèmes, qui sonnent bien, de belles images, de bons rythmes….

        Ici, je m’élève. L’Homme est bien la passerelle entre Ciel et terre.
        Les Noces ne sont pas célébrées une fois pour toute mais à chaque fois que l’homme remplit sa fonction de pont en devenant Homme. Nous sommes attendus pour cela.
        Karlito, dans son commentaire a mentionné « regard nouveau ». C’est cela la clé. Cela correspond dans le poème au fait de « délaisser nos vies usées » mais aussi, chaque instant passé, aussi court soit-il. Seul un regard neuf peut faire l’Homme nouveau.

      • 6 mai 2014 à 22 h 26 min
        Permalien

        Magnifique, Superbe…..Et je rejoins chaque ressentis de chaque phrase de ce poeme et des commentaires de Karlito et Jean-Pierre
        Merci Lucie d’avoir partagé un tel morceau
        il y a des poemes en ligne:Vers en poèmes (pour) Philippe de Lyon

        • 10 juin 2014 à 12 h 23 min
          Permalien

          Merci de vos louanges pour ce poème que j’ai choisi pour accompagner l’orgue de St Paul.
          Marie-Jeanne EDEL Messagère d’Ailleurs, est partie « De l’autre côté » tôt matin, en ce lundi de Pentecôte, 9 Juin.
          Marie-Jeanne avait en elle le feu de la passion de la Mère, l’ Amour du Christ, le combat des Guerriers de la Justice, pour les Pauvres de l’Humanité.
          Cet autre poème que vous aimerez peut-être…
          Dernier hommage et paix à son âme.

          L’ Epée Flamboyante.
          Son fil s’aiguise sur la Pierre Eternelle de toutes les vertus.
          Elle est un signe de Force et d’Humilité, de Pouvoir et de Service, de Gloire et de Sacrifice, d’ Honneur et d’intégrité.
          Elle est l’âme et l’arme qui puisent dans « la Source Divine » l’inépuisable énergie de la Création, les directives de l’ Amour et de la Sagesse.
          « Si malgré ta vaillance tu arrêtes le combat, c’est que tu n’es pas sûr de ton Epée.
          L’ Epée Flamboyante du Juste n’a même pas besoin d’un bras valide. »
          Réveillez les consciences endormies gardiennes de la dignité du Genre Humain.

          Marie-Jeanne EDEL (Vers l’universalité. Les Mutants de l’espoir.)

          • 11 juin 2014 à 18 h 57 min
            Permalien

            merci de cet apport Lucie……
            ces phrases ont toute leur place sur ce site
            la confiance donne la force nécessaire au bras pour accomplir ce qu’il peut, dans l’humilité et l’Amour
            …… »L’ Epée Flamboyante du Juste n’a même pas besoin d’un bras valide« …….

            • 12 juin 2014 à 6 h 51 min
              Permalien

              En effet, ce poème est lumineux !
              Comment douter qu’il provient de la Lumière.
              …….  » L’ Epée Flamboyante du Juste n’a même pas besoin d’un bras valide »…….

  • 5 mai 2014 à 21 h 33 min
    Permalien

    Bel article, sobre, lumineux, témoignage de ces moments partagés dans la joie et la sincère amitié.
    Il est des lieux qui s’y prêtent, lieux de convivialité pour les âmes, que l’on nomme églises, dont les énergies sonores de l’orgue les transportent pour un moment un peu plus haut encore.
    Et il est aussi d’autres lieux, plus « profanes » mais qui, dans la chaleur humaine d’une communion authentiquement partagée autour d’une table et d’un repas, apportent leurs lots d’amicaux ‘échanges.
    C’est ainsi que chacun, tour à tour, se faisant le plus petit parmi ses amis, ouvre ses oreilles et son cœur aux paroles bienveillantes et les dispense à son tour.
    Sans cela, à quoi bon s’intéresser à Monsieur Philippe?
    Cela n’aurait aucun sens.
    Bien amicalement,
    jean-Pierre

Commentaires fermés.