Maitre Philippe évoquait très souvent La prière du Je vous Salue Marie à laquelle il ajoutait « Reine du Ciel »… Ce fut l’un des éléments qui me conduisit au texte de cette priere figurant en bas de cette publication

Le Vatican étudie depuis paraît-il longtemps l’appellation « Reine de l’Univers » de Marie.
Ils sont au moins encore plus longs pour le mettre en pratique dans la prière dite dans la messe.
Philippe de Lyon a toujours dit que Marie ne reçoit pas l’hommage qui lui est dû. Cet hommage a pourtant été demandé, expliqué…..mais jamais mis en pratique.
Marie n’a donc jamais reçu l’hommage qui devrait lui être rendu, tout comme est célébré son fils Jésus dans n’importe quelle messe. Jésus avait demandé un hommage appuyé à sa mère à la fin de chaque célébration…….on en est très loin, pour ne pas dire qu’on ne s’en est jamais approchés….

BENOÎT XVI

AUDIENCE GÉNÉRALE

Castel Gandolfo
Mercredi 22 août 2012

Chers frères et sœurs,

c’est aujourd’hui la mémoire liturgique de la Bienheureuse Vierge Marie invoquée sous le titre de «Reine». C’est une fête d’institution récente, même si l’origine et la dévotion en sont anciennes: elle fut établie en effet par le vénérable Pie XII, en 1954, au terme de l’Année mariale, et sa date fut fixée au 31 mai (cf. Lett. enc. Ad caeli Reginam, 11 octobris 1954: AAS 46 [1954], 625-640). En cette circonstance, le Pape déclara que Marie est Reine plus que toute autre créature par l’élévation de son âme et par l’excellence des dons reçus. Elle ne cesse d’offrir tous les trésors de son amour et des attentions à l’humanité (cf. Discours en honneur de Marie Reine, 1er novembre 1954). A présent, après la réforme post-conciliaire du calendrier liturgique, elle a été placée huit jours après la solennité de l’Assomption pour souligner le lien étroit entre la royauté de Marie et sa glorification corps et âme à côté de son Fils. Dans la Constitution sur l’Eglise du Concile Vatican II nous lisons: «Marie fut élevée corps et âme à la gloire du ciel, et exaltée par le Seigneur comme la Reine de l’univers, pour être ainsi plus entièrement conforme à son Fils» (Lumen gentium, n. 59).

Telle est l’origine de la fête d’aujourd’hui: Marie est Reine parce qu’elle est associée de façon unique à son Fils, tant sur le chemin terrestre, que dans la gloire du Ciel. Le grand saint de Syrie, Ephrem le Syrien, affirme, à propos de la royauté de Marie, qu’elle découle de sa maternité: Elle est Mère du Seigneur, du Roi des rois (cf. Is 9, 1-6) et elle nous indique Jésus comme notre vie, notre salut et notre espérance. Le serviteur de Dieu Paul VI rappelait dans son exhortation apostolique Marialis Cultus: «Dans la Vierge, tout se rapporte au Christ et tout dépend de lui: c’est pour lui que Dieu le Père, de toute éternité, l’a choisie comme Mère toute sainte et l’a parée de dons de l’Esprit à nul autre consentis» (n. 25).

Mais demandons-nous à présent: que veut dire Marie Reine? Est-ce seulement un titre uni aux autres, la couronne, un ornement parmi d’autres? Qu’est-ce que cela veut dire? Qu’est-ce que cette royauté? Comme on l’a déjà dit, c’est une conséquence du fait qu’elle est unie au Fils, qu’elle est au Ciel, c’est-à-dire en communion avec Dieu; elle participe à la responsabilité de Dieu pour le monde et à l’amour de Dieu pour le monde. Il y a une idée vulgaire, commune, de roi ou reine: ce serait une personne ayant du pouvoir, de la richesse. Mais ce n’est pas le type de royauté de Jésus et de Marie. Pensons au Seigneur: la royauté et le fait d’être roi pour le Christ est mêlé d’humilité, de service, d’amour: c’est surtout servir, aider, aimer. Rappelons-nous que Jésus a été proclamé roi sur la croix avec cette inscription écrite par Pilate: «roi des juifs» (cf. Mc 15, 26). A ce moment-là sur la croix, il est montré qu’Il est roi; et comment est-il roi? En souffrant avec nous, pour nous, en aimant jusqu’au bout, et ainsi, il gouverne et crée la vérité, l’amour, la justice. Ou pensons aussi à cet autre moment: lors de la Dernière Cène il se penche pour laver les pieds des siens. Donc la royauté de Jésus n’a rien à voir avec celle des puissants de la terre. C’est un roi qui sert ses serviteurs; ainsi l’a-t-il démontré pendant toute sa vie. Et il en est de même pour Marie: elle est reine dans le service à Dieu à l’humanité, elle est reine de l’amour qui vit le don de soi à Dieu pour entrer dans le dessein du salut de l’homme. A l’ange elle répond: Me voici, je suis la servante du Seigneur (cf. Lc 1, 38), et dans le Magnificat, elle chante: Dieu a vu l’humilité de sa servante (cf. Lc 1, 48). Elle nous aide. Elle est reine précisément en nous aimant, en nous aidant dans chacun de nos besoins; elle est notre sœur, humble servante.

Et ainsi, nous sommes déjà parvenus à ce point: comment Marie exerce-t-elle cette royauté de service et d’amour? En veillant sur nous, ses fils: les fils qui s’adressent à Elle dans la prière, pour la remercier ou pour lui demander sa protection maternelle et son aide céleste, peut-être après avoir égaré la route, opprimés par la douleur ou par l’angoisse à cause des tristes et durs événements de la vie. Dans la sérénité ou dans l’obscurité de l’existence, nous nous adressons à Marie, en nous confiant à son intercession constante, afin qu’elle puisse nous obtenir de son Fils toutes les grâces et miséricordes nécessaires dans notre pèlerinage le long des chemins du monde. Nous nous adressons avec confiance à Celui qui gouverne le monde et a en main les destins de l’univers, au moyen de la Vierge Marie. Depuis des siècles, elle est invoquée comme céleste Reine des cieux; huit fois, après la prière du saint Rosaire, elle est implorée dans les litanies de Lorette comme Reine des anges, des patriarches, des prophètes, des apôtres, des martyrs, des confesseurs, des vierges, de tous les saints et des familles. Le rythme de ces antiques invocations et prières quotidiennes, comme le Salve Regina, nous aident à comprendre que la Sainte Vierge, comme notre Mère auprès de son Fils Jésus dans la gloire du Ciel, est toujours avec nous, dans le déroulement quotidien de notre vie.

Le titre de Reine est donc un titre de confiance, de joie, d’amour. Et nous savons que celle qui a en partie en mains les destinées du monde est bonne, nous aime et nous aide dans nos difficultés.

Chers amis, la dévotion à la Vierge est un élément important de la vie spirituelle. Dans notre prière, nous ne manquons pas de nous adresser à Elle avec confiance. Marie ne manquera pas d’intercéder pour nous auprès de son Fils. En tournant notre regard vers Elle, imitons sa foi, sa pleine disponibilité au projet d’amour de Dieu, son accueil généreux de Jésus. Apprenons à vivre de Marie. Marie est la Reine du ciel proche de Dieu, mais elle est également la mère proche de chacun de nous, qui nous aime et écoute notre voix. Merci pour votre attention.

* * *

Chers pèlerins de langue française, en ce jour où la liturgie fait mémoire de la Vierge Marie, invoquée sous son titre de Reine, je vous invite à faire de la dévotion envers elle un élément important de votre vie spirituelle. Adressez-vous à elle avec confiance! Imitez sa foi et sa générosité pour accueillir Jésus dans votre vie! Elle est la Reine du ciel, proche de Dieu, mais elle est aussi la mère qui est proche de chacun et de chacune de nous, qui nous aime et qui nous écoute. À tous, et particulièrement aux servants d’autels et au groupe de prière Padre Pio, venus de Nancy, je souhaite un bon séjour et une bonne fin de vacances!

© Copyright 2012 – Libreria Editrice Vaticana

Source : vatican.va/holy_father/benedict_xvi/audiences/2012/documents/hf_ben-xvi_aud_20120822_fr.html
site Maitre Philippe Philippe de Lyon medaille miraculeuse de la viergeJe vous salue Marie
Pleine de Grâces
Le Seigneur est avec vous
Vous êtes bénie entre toutes les femmes, entre tous les hommes
Vous êtes la Reine du Ciel et de la Terre
Vous êtes la Reine des Anges
Vous êtes la Reine de tous les saints
Vous êtes la Reine de l’Univers
Vous êtes la Reine du Visible et de l’Invisible
Vous êtes la Reine de toutes choses
Vous êtes la Reine de la Paix, la Reine de la France
Et Yeshouah, le Fruit de votre Sein est béni
Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pêcheurs
Maintenant et à l’heure de notre Mort
Amen

2017: Mais manifestement il n’y a aucune suite dans les célébrations. Aucune priere dite dans les messes ne rend cet hommage à la Vierge Marie. Cette prière est complètement baclée, et ce, dans n’importe quel édifice. C’est simplement honteux. Cet édifice est sclérosé par des traditions ancestrales qui ne se sont à peu près jamais mises à jour. Le rapprochement au Divin n’y a plus court depuis longtemps. C’est plus que navrant. Là aussi, il y aurait lieu de nettoyer le devant de porte avant de prétendre nettoyer celui des voisins. Bien des humains se comportent bien mieux que ce qui est édicté mais pas du tout mis en place dans ce palais de marbre et d’or qu’est le Vatican.

Je n’attends pas le bon vouloir du Vatican pour la mettre en pratique! sauf qu’evidemment je ne la dis que pour moi, dans le privé.

Votre opinion, votre commentaire, votre pensée, votre avis, votre réflexion, votre sentiment spirituel……
Ne vous gênez pas.
2000 ans d’attente…..

Autres lectures sur ce même sujet

Le je vous salue Marie reine de l’univers par le Vatican

30 pensées sur “Le je vous salue Marie reine de l’univers par le Vatican

  • 21 mai 2013 à 16 h 50 min

    Et bien justement parlons de Marie au sujet …de l’Europe ! Au départ, avant le grand bazar actuel, les membres de l’Union furent 6 puis 12. On chargea le directeur du Service de Presse du Conseil européen de créer un drapeau ; il s’associa dans sa réflexion à un artiste de ses services, Arsène Heitz.
    Et c’est ainsi que ces deux Catholiques discrets utilisèrent le bleu du vêtement de la Vierge ainsi que les douze étoiles provenant de la médaille miraculeuse de la Rue du Bac à Paris ! Et cela fut promulgué le 8 Décembre 1955 jour de la fête de l’Immaculée Conception !
    Et on dispose du témoignage direct à postériori de son créateur.
    Voilà une importance supplémentaire de Marie…

    • 21 mai 2013 à 17 h 44 min

      Très interessant de vous lire, Népomucène.
      Toujours très émouvant d’évoquer la Dame de tous les peuples.
      La petite Bernadette de Lourdes était tant déçue de découvrir le rendu de la description qu’elle avait donné, de la Dame.

      • 21 mai 2013 à 19 h 46 min

        Quant à Bernadette, il est facile d’aller lui faire coucou à partir de Lyon puiqu’elle a été « exfiltrée » de Lourdes vers le couvent Saint Gildard de Nevers où elle a passé toute sa vie adulte et où elle repose pour son éternité.
        C’est peut être le plus beau souvenir de ma vie ! Pour éviter la foule j’y suis allé tôt le matin, je me suis donc retrouvé seul en entrant dans l’église du couvent, une religieuse priait dans un coin. Et je me trouve immédiatement face à Bernadette allongée dans la chasse ! Une beauté extraordinaire ! Une Lumière qui vient de l’intérieur comme dans ce tableau du Christ de Rembrandt où la Lumière vient de nulle part.
        Je suis rempli de frissons en reconstituant cette scène.
        Et assis devant, longtemps, tout petit, là il n’y a plus rien à dire…
        On peut me reprocher, bien mal à propos, de ne pas parler ici de Nizier-Anthèlme Philippe, mais en cela peut importe.

        • 21 mai 2013 à 20 h 02 min

          En effet, quelle émotion…
          Je vous comprends, Népumocène.
          J’ai souhaité voir Bernadette à Nevers…
          Chemin faisant, je me suis retrouvée à Nohant…Va t’on savoir ?
          J’ai récidivé l’année d’après. Pour la sainte Bernadette, je voulais être à Nevers…
          Je me suis retrouver à Fatima !
          Où, j’ai perdu le chapelet qui m’était tant précieux… cadeau d’une religieuse, dans mon coeur, pour l’éternité.(ce chapelet était un cadeau quand elle a prononcé ses voeux…Elle avait 19 ans. Elle en a 93.)
          Pour finir…Irais je un jour à Nevers ?

          • 21 mai 2013 à 20 h 07 min

            Alors ça ! On peut utiliser le qualificatif « marrant » !
            Bon d’accord Nohant pour la bonne dame et Fatima pour l’autre dame, sont des lieux aussi exceptionnels…
            Cela voudrait dire que Bernadette elle aussi fait des farces ? Ou c’est une question de boussole ?
            Et bien souhaitons que la prochaine sera la bonne…de toute façon rien ne presse : elle est à Nevers pour l’éternité.

            • 21 mai 2013 à 20 h 25 min

              En effet…
              Bernadette est indulgente…
              Rien ne presse.
              Je n’ai toujours pas compris comment souhaitant me rendre à Nevers…
              Je me suis retrouver à Fatima.
              Et, je ne raconterais pas ce séjour au Portugal… Absolument magnifique !
              Sauf que…
              La Vierge de Lourdes me parle mieux.

            • 23 avril 2014 à 5 h 57 min

              Bonjour Népomucène,

              Comme elle belle, Bernadette !
              Toute minuscule et si rayonnante.
              A haute voix je l’ai remercié…
              Messagère de la Dame pour l’ éternité.
              Par les Grâces reçues, la certitude d’avoir été
              entendue.
              Inéffable.

        • 21 mai 2013 à 20 h 53 min

          Népomucène… le Ciel n’est il pas indulgent avec les enfants, et ceux qui le sont restés.

    • 9 décembre 2013 à 5 h 37 min

      Eh bien, justement…
      Parlons-en du 8 Décembre :
      Lyon ville mariale…La chose est entendue. L\’hommage à Notre Dame existe encore, pour combien de temps encore ?
      L\’immense carnaval de la fête des Lumières… Des milliers de personnes
      déambulent, envahissent la ville juste pour « VOIR »…

      Le « Petit » curé d\’ARS doit être content que son petit village demeure épargné
      de ce Carnaval, en ce jour de l\’Immaculée Conception.
      Pour combien de temps encore ?

  • 21 mai 2013 à 22 h 05 min

    Je viens de ressortir d’un endroit bien fermé deux livres anciens que j’ai reçus en héritage et venant justement de la région de l’Arbresle (Savigny sur la route où habitait Emile Besson, adresse donnée pour les abonnemments au bulletin des Amitiés spirituelles). Je vais m’y plonger car ils peuvent donner des indications sur la Religion telle qu’elle était vécue avant et à l’époque de Nizier-Anthelme Philippe et qu’il pouvait peut-être exprimer. L’un date de 1828, l’histoire de la Religion signée Lhomond et l’autre un missel de première communion de 1900. Si cela permet d’éclairer les données, je ne manquerai pas d’en parler.

    • 15 août 2013 à 5 h 21 min

      Culte de la Sainte Vierge : Il est bon que certaines âmes, ne pouvant s’adresser à Dieu, s’adressent à des âmes supérieures qui deviennent des intermédiaires.
      Pourquoi ne s’adresserait-on pas à la « Reine du Ciel » ?
      C’est l’esprit le plus élevé du genre humain.
      (Philippe de Lyon)
      La Vierge de L’Ile Bouchard : « Oui je suis votre Maman du Ciel »

  • 19 décembre 2013 à 21 h 44 min

    Blanche, Diaphane, Elle s’avance,
    Gracieuse, Elle caresse la Terre ;
    De la voir ainsi mon âme danse
    Joyeuse de revoir enfin sa Mère.

    Elle porte au fond de son cœur
    Le pardon à ceux qui ont oublié
    Qu’elle a donné pour notre salut
    Son fils, l’Elu supplicié.

    Elle ne voile pas son regard sous quelque fard,
    Il est comme une caresse
    Qui, de nos peines, nous délaisse,
    C’est un feu brulant
    Qui rallume notre amour d’enfant.

    Ses mains sont tendues sur nos têtes
    Pour éteindre nos idées tentatrices
    Bénédictions consolatrices
    Pour que pures nos pensées fleurissent

    Ô, Marie, puisse ton regard être une caresse
    Qui, de nos peines nous délaisse
    Que le rayon de ton regard si plein d’amour
    Touche notre âme en plein cœur chaque jour.

    Karlito

    • 19 décembre 2013 à 22 h 07 min

      c’est splendide Karlito….

      • 21 décembre 2013 à 9 h 02 min

        Touchée en plein coeur par l\’hommage de Karlito, à Marie !

        L\’assomption

        Quelle merveilleuse Apothéose
        Sur des nuages aux reflets roses,
        La Reine du Monde s\’est envolée
        Dans un concert s\’est élevée !
        Tous les Anges du Ciel réunis
        D\’une Chaîne d\’ Amour s\’étaient unis.
        Ils chantaient pour la Mère des Cieux,
        Tendre Maman du Fils de Dieu.
        Lumière, Amour, et traits si purs.
        Pourtant soumise au sort très dur;
        De voir crucifier son enfant,
        Pour nous sauver tous du néant !
        Robe de blancheur immaculée.
        Avec une ceinture étoilée
        Créature, oh combien Divine,
        La Majesté du Lys s\’incline !
        Comprenez-vous que l\’ Univers,
        Oubliera les sombres hivers !
        Dans cette Vérité Première,
        Le Règne de la Dame de Lumière.

        Poèsie : Marie-Jeanne EDEL
        (Dans son ouvrage : « De L\’Autre Côté », Madame EDEL évoque Maître Philippe de Lyon)

        • 21 décembre 2013 à 10 h 08 min

          Merci de cet ajout Lucie!!
          Et en plus, tu m’offres un joli cadeau, un double meme cadeau….à l’insu de ton plein gré, je pense ;o)
          je m’explique:
          Grâce à toi, je vais ajouter Reine du Monde dans la prière du Je Vous Salue Marie
          ensuite, ton apport permet de réaliser qu’un autre livre fait allusion à Philippe de Lyon :o) que je vais rapidement ajouter à la bibliographie :o)

          double merci :o)

        • 15 août 2014 à 8 h 39 min

          Méditation pour ce jour :

          L’être le plus élevé de tous est la Vierge. C’est l’esprit le plus élevé du genre humain.
          Vous ne pouvez pas comprendre la Vierge.
          Si on comprenait la Vierge, on comprendrait l’ Esprit.

          Il en est qui disent que la Vierge est la Sagesse du Monde. C’est vrai, mais il faut le comprendre.
          (12-2-1902)
          (Extrait Vie et Paroles)

          • 15 août 2014 à 9 h 16 min

            Ah ! Si Vie et Paroles l’ a écrit, ce doit être vrai

            • 15 août 2014 à 9 h 34 min

              J’ai oublié d’ajouter :
              En ce qui concerne la Vierge, ces paroles me touche et j’adhère.

            • 15 août 2014 à 13 h 48 min

              je recherche, comme pour l’article de la séance commune, qui se trouve dans plusieurs livres, ces mots ailleurs.
              la possibilité qu’ils puissent figurer dans plusieurs sources différentes, permet d’avancer un peu plus de crédibilité quant à leur authenticité
              sans affirmer pour autant

              Néanmoins, personnellement, ces paroles me touchent suffisamment pour qu’elles figurent sur plusieurs articles.

  • 24 décembre 2013 à 14 h 21 min

    Le site/blog et moi-même souhaitons à toutes et tous, lectrices, lecteurs et participant(e)s, un temps de Noël aussi heureux que possible.
    Les prières et pensées pour les proches ou les familles qui sont dans la peine pour quelque raison que ce soit.
    Ce jour devrait etre un temps de rassemblement, d\’Union, de prières, d\’allégresse…. de célébration du Divin…
    Très bon Noël à tout le monde

    Existe t\’il des éléments permettant d\’avoir l\’approche de Noël par Philippe de Lyon? J\’aimerais en faire un article.

    • 26 décembre 2013 à 8 h 06 min

      Peut-être une piste…
      On peut avancer, si la date est juste, que Monsieur Philippe n\’est pas parti aux skis pendant les vacances de Noël :
      Dans Lumière Blanche de Marie Lalande (Edition 1948), MP était en consultation le Jeudi 27 décembre 1894 .

      • 26 décembre 2013 à 11 h 20 min

        Ca me fait penser aussi : quand il était gamin, est ce que pendant l\’hiver il faisait de la luge entre la Dent du Chat et Yenne, car forcément cela devait être le jeu des enfants de la région ?

        • 26 décembre 2013 à 12 h 43 min

          Bonjour Népo du Clos,
          Toujour selon Lumière Blanche (Edition 1948) :
          Un jour où nous attendions un mariage devant la petite église de Loisieux, qui surplombe la vallée du Rhône, il me dit en contemplant le paysage :
          « Que je me suis ennuyé, que je me suis donc ennuyé là ! « 

          • 23 avril 2014 à 6 h 12 min

            Etonnants tous ces points communs avec le curé d’Ars.
            Si légende quant à la visite au curé d’Ars…
            Certitude nous est donnée :
            Le curé d’ Ars était bien reconnu …
            Un saint parmi les saints.
            Peut-être même le plus Grand .

            • 23 avril 2014 à 9 h 10 min

              Et comme j’aime toujours aller au fond des choses, après m’être pris d’admiration (comme pour Jeanne-Marie-Victoire Philippe) pour Bernadette Soubirous en son couvent de Nevers, j’ai eu la même admiration pour le Maitre spirituel de Jean-Marie Vianney ; et j’engage quiconque d’aller lui rendre visite.
              Jean-François Régis repose à La Louvesc en Ardèche. Par des amis très proches j’ai même eu la joie de le suivre sur les chemins de la région de Satilleu, lors de son dernier voyage, dans une église romane oubliée, sur les chemins de la montagne et de la forêt.
              Et Jean-François Régis(canonisé au XVIII°) fut un personnage extra-ordinaire en son temps, dans les années 1600, attirant des foules de milliers de personnes, multipliant les actions caritatives ; Jean-Marie Vianney le choisit donc comme Maitre et alla faire le pélerinage entièrement à pied.
              Excusez moi pour cette belle digression…

  • 21 avril 2014 à 21 h 08 min

    Il est des sites dont les manières laissent plus qu’à désirer
    C’est le cas notamment du site:
    onnouscachetout.com qui porte bien son nom…
    Dans un premier temps, prend autant de données sur Philippe de Lyon sur ce site que sur des documents numérisés.
    Mais je viens seulement de voir, que toutes les données venant des articles ne pointent plus du tout vers les articles concernés
    Entre autre, le texte de la prière, affiché sur cet article se retrouve au milieu de plein de phrases et données récupérées et qui elles sont toujours avec des liens vers la source
    Tout ce qui venait de ce site n’a plus aucune source…L’intervention a été faite en novembre 2013, sauf que je ne m’en aperçois que maintenant…. :-(
    J’ai tenté de m’inscrire, mais ce n’est plus possible.
    J’ai meme tenté de joindre le créateur, le webmaster….l’adresse a été détruite!
    Il n’est plus possible de le joindre
    J’ai meme tenté par une recherche sur le nom de domaine…Il est situé à Panama…
    Bonjour les manières dès qu’il s’agit de Philippe de Lyon….
    J’allais leur demander, soit de remettre toutes les sources, soit de tout enlever….C’est ainsi que l’on procède en pareille situation.
    onnouscachetout.com….

    • 22 avril 2014 à 8 h 43 min

      Encore une fois nous nous trouvons face à des manières de faire qui sont loin des préceptes que ce site essait de suivre ; il semblerait que le plus souvent de tels adeptes du secret et de la copie malhonnête ne soient motivés que par des intérets purement commerciaux, ce qui se retrouve ,hélas, partout sur internet. Et, en plus, ils n’ont même pas le courage de leurs actes !
      Ou alors, dans le cas spécifique de Nizier-Anthèlme Philippe on veut apparaitre nous cacher des choses  » nous connaissons de grands secrets, et pas vous, na ! « . Si secrets il y a, la question se pose alors de savoir par quel procédé ils se les ont procurés ; et si secret il n’y a pas, nous les laisserons à leurs délires égotiques..
      Mais il faut qu’ils soient très prudents, car de tels propos pourraient être éventés et même démentis formellement d’une manière officielle…
      A chacun ses secrets…

  • 15 août 2014 à 9 h 40 min

    En ce jour du 15 août En ce jour du 15 août 2014 prions notre mère à tous.

    Ressentir la prière comme une énergie vivante garder le lien avec l’éternel
    être attacher à la source nourricière de l’invisible pour soulager les maux de nos frères et soeurs.
    se rassembler en prière pour sauver la terre et la souffrance des hommes

    • 15 août 2014 à 11 h 22 min

      Il est bien dommage que cette notion de Mère divine ait été monopolisée depuis 2000 ans alors qu’elle existe universellement dans toutes croyances et religions (qui…relient…), de tous temps et de tous continents. Et si nous remontons loin, très loin, nous retrouvons le culte des déesses-mères dont de nombreux témoignages sont parvenus jusqu’à nous ; cela a commencé par des vulves gravées depuis au moins 32000 ans, puis par des figurations plus ou moins réalistes (grotte de la Madeleine) et des statues dites de Vénus aux seins lourds et au ventre arrondi.
      Le tout étant figuratif des rites de fécondité où partout la Mère est glorifiée.
      Un ouvrage superbe et érudit de Myriam (Marie ?) Philibert est paru il y a bien longtemps chez Dangles : la naissance du symbole, dans lequel ce culte de la Mère est formidablement bien décrit avec illustrations.

      • 15 août 2014 à 21 h 18 min

        Aussi loin que remonte l’humain, il y a la femme, celle qui donne la vie, donc la mère, principe de vie universel, nourricier, et donc universellement symbolisé au fil des âges et selon les cultures…..
        Après, à chacun, s’il le veut, de lui donner forme et nom….

Commentaires fermés.