site maitre Philippe Philippe de Lyon maitrephilippedelyon-chrismeMaître Philippe de Lyon, dans ses paroles et enseignements: pour que la prière soit entendue

Il faut prier pour apprendre à prier

On doit prier pour apprendre à prier. On apprend à un petit enfant sa prière ; quand il est devenu un vieillard, il se souvient encore de cette prière que ses parents lui ont apprise à deux ou trois ans, et c’est peut-être la seule chose dont il se souviendra de son jeune âge. Et cette prière, chaque fois que l’enfant la récitera, sera comptée à ses parents.

Le premier venu qui récite des Pater Noster est encore dans la voie, parce qu’il montre un geste d’humilité à la matière, humilité nécessaire pour que notre prière soit entendue. Il faut demander à Dieu d’abord ensuite à son ange gardien. Ne pas s’adresser à un esprit, s’adresser à Dieu.
Priez Dieu.
Peu vous importe si un ancien apôtre ou un saint qui se trouvera de l’autre côté vous aide à ce que votre prière parvienne, vous n’avez pas à vous en occuper. (21-4-1903)
La prière seule ne peut nous sauver, mais elle donne prise à notre ange gardien pour nous conduire. Il est nécessaire de prier souvent, avant le sommeil, au réveil, et enfin élever sans cesse notre âme vers Dieu.

Plus on va, plus on est frêle et plus il faut prier, parce que les attaques de l’ennemi sont plus nombreuses.
Il est utile de prier, non pour alléger ses peines, ses souffrances, mais pour demander la force, le courage.
Notre prière n’est pas toujours entendue, et c’est heureux, car, si Dieu entendait nos prières, elles l’offenseraient souvent.
Mais il est utile de prier parce que cela nous entretient en haleine. Cesser de prier, c’est ne plus pouvoir prier un jour.
Prions du fond du coeur car il est en nous des êtres insatiables qui s’abreuvent de la prière.
Si du fond du coeur part une prière, des êtres l’entendent. C’est le soleil pour eux, pour tout l’organisme. Si une mauvaise pensée nous empêche de prier, c’est un scandale pour ces êtres.

site Maitre Philippe Philippe de Lyon www.philippedelyon.frLa prière élève l’âme et il faut prier non seulement pour nous, mais pour ceux qui ne peuvent pas prier, pour ceux qui sont dans les ténèbres.
Il faut prier pour ceux qui ne savent pas ou ne peuvent le faire.

Point n’est besoin de prier pour les morts ; laissons-les où ils sont et restons où nous sommes.
Je vous affirme qu’en demandant pour ceux qui ne peuvent le faire, en demandant de supporter leurs peines, vous leur donnez alors l’exemple de supporter à leur tour celles de leurs frères. C’est le seul moyen d’entrer dans le Ciel.(20-9-1 894)

L’oraison dominicale, qui nous vient du Ciel par le Fils, ne peut se prononcer sans que celui qui la dit du fond du coeur soit uni d’intention avec Notre-Seigneur.
Elle a été donnée pour certains êtres, ceux à qui on parlait et pour les encourager.
Elle est encore la prière de la plupart, et cela parce qu’il y a autour des hommes des êtres que nous ne voyons pas, qui sont là et que cette parole fait réfléchir.
Ce sont ceux qui nous induisent en tentation. Au moment où nous prions et prononçons cette phrase, eux qui nous tourmentaient comme nous nous taquinerions un enfant, se ressaisissent et se disent : Pourquoi nous amuserions-nous à faire du mal à ce petit?

Mais le véritable soldat qui veut marcher de l’avant ne dit pas : Ne nous induisez pas en tentation. Ces paroles en effet n’ont jamais été prononcées, mais celles-ci : Ne nous laissez pas succomber à la tentation.
Dieu ne peut être l’auteur de nos tentations, mais Il permet que Satan nous tente, afin que nous reconnaissions que nous ne sommes rien sans Lui. La tentation à laquelle on résiste est notre meilleur moyen de travail.

La prière est inutile si elle est mal faite. Celui qui nous a mis sur la terre sait ce qu’il nous faut, et il ne faut Lui demander secours que lorsque nous n’en pouvons plus, tandis que nous Lui demandons secours, toujours secours, lors même que nous ne manquons absolument de rien.
Que faites-vous quand vous priez? Vous demandez de n’avoir pas de tribulations, d’avoir tout ce dont vous avez besoin.
Eh bien! permettez-moi de vous dire que j’appelle ces prières de la paresse, et la paresse n’entre pas dans le Ciel. (3-7-1894)

site Maitre Philippe Philippe de LyonCe que les gens désirent n’est pas toujours ce qui leur est bon. On dit : Que votre volonté soit laite, mais on pense : d’abord la mienne. En priant il ne faut demander l’allégement de ses souffrances que lorsque le fardeau qui nous est confié semble trop lourd. (20-9-1894)

Si nous disons : Mon Dieu, j’ai beaucoup d’ennuis, accordez-moi le calme et la tranquillité, il nous sera donné du courage, les peines seront un peu améliorées ; mais nous sommes obligés de passer par là parce que sur la terre le bonheur n’existe pas, il faut au contraire lutter, lutter sans cesse afin de grandir. (4-6-1896)

C’est dans les grandes adversités où on se croit perdu que de grands secours nous arrivent ; il ne faut donc jamais désespérer, mais lutter avec courage et résignation afin de surmonter les petits obstacles parce que de plus grands nous surviendront ; mais alors ils nous seront moins pénibles en ce que nous aurons plus de lumière et partant beaucoup plus de force. (4-2-1895)

Ce qui fait que Dieu n’entend pas la prière de tous ceux qui prient, ce n’est pas qu’Il soit loin d’eux, mais c’est qu’eux sont loin de Lui, car Il est partout. Priez ; mais lorsque vous priez ayez bien soin de chasser loin de vous la rancune, et lorsque vous dites : Pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons, rentrez en vous-mêmes, n’en voulant à personne, car ceux que vous ne voyez pas mais qui sont chargés de transmettre votre prière seraient scandalisés.
Lavez-vous les mains avant de prier, non pas avec de l’eau et du savon, mais lavez-les de toutes les impuretés, et alors votre prière sera exaucée ; et, si elle ne l’est complètement, Dieu qui sait ce qu’il nous faut, vous donnera autre chose en surplus. (27-13-1893)

Il est difficile de bien prier, c’est pourquoi on n’est pas toujours exaucé. Pour être exaucé, il faut : Aimer ses parents. Etre l’esclave du Père, se soumettre à sa volonté. Savoir que nous sommes tous enfants du Père, que nous ne sommes point nés de la chair ni de la volonté de l’homme, mais que c’est Dieu qui nous a envoyés. Aimer son prochain plus que soi-même. Ne pas juger son frère. (14-11-1900)

Il faut aussi avoir soin d’améliorer en nous tout ce dont nous sommes capables de vomir sur nos frères. Seulement alors le Ciel entendra notre voix. Pour que Dieu puisse entendre ta prière, ne sois pas toi-même, ne sois pas orgueilleux, sois le serviteur des serviteurs. Si nous pensons quelquefois à ces paroles, bien que nous ne les mettions pas en pratique, à l’heure de la mort nous verrons quelqu’un qui nous conduira et nous serons bien contents. (3-12-1896)

Si vous restiez seulement une demi-journée sans avoir de mauvaises pensées, de mauvaises paroles, sans parler des absents, sans juger personne, la prière que vous feriez après serait entendue du Ciel. J’ai dit souvent : Il vaut mieux ne pas prier que de prier mal, car si vous priez après avoir fait du mal à quelqu’un et que vous disiez : J’aime mon prochain , vous faites un mensonge et les mensonges sont formellement interdits par la loi du Ciel.
Mais priez, même ne seriez-vous pas entendus, si vous venez de vous emporter ou de commettre un autre péché, car par la prière vous améliorez le mal que vous venez de faire. Toutes vos mauvaises pensées, toutes vos paroles inutiles seront autant d’obstacles que vous trouverez un jour sur la route du Ciel.

Pour que la prière soit entendue, il faut qu’elle parte au fond du coeur. Pour cela il faut que nous ayons souffert, car la souffrance élève l’âme. Il faut ne pas éviter la peine, se soumettre à la volonté de Celui qui nous envoie et aimer son prochain. (3-1-1895 ; 6-3-1902)

LA PRIERE expliquée par Nizier Anthelme Philippe dans les séances aux nombreux fidèles et malades

Il y a à peu près deux mille ans Notre-Seigneur Jésus-Christ a dit à ceux qui l’entouraient :  » Veillez et priez « . Aujourd’hui je vous dirai la même chose :

 » Veillez et priez, le temps de la moisson est proche « .

(Pour expliquer 1 Thessaloniciens, V, 2) – Un pommier dans un verger a des pommes ; les unes sont plus mûres, les autres vertes, les autres gâtées. Celles qui sont les plus mûres devraient rester et les mauvaises partir. Mais non ; les plus mûres (je veux dire les esprits qui sont d’un sentiment plus religieux) se disent : Nous allons partir et laisser les autres. Puis survient un vent. Croyez-vous qu’il vienne par hasard? Non. Il était nécessaire.

Il fait tomber certaines pommes par terre. Enfin le propriétaire vient et que va-t-il ramasser? Les pommes mûres, car il est dit : Nul ne connaît son heure. Veillez et priez. Et cela doit être dit trois fois, parce qu’il faut veiller sur son âme, sur son esprit et sur son corps.

Il est dit que le Christ viendra comme un larron.

Sur l’arbre toutes les pommes se croient bonnes ; mais les premières mûres se dévouent pour les autres parce qu’elles sont de la famille du propriétaire.

Lorsque le noir cherche à s’emparer de vous, il faut faire des efforts pour le vaincre, car le noir n’est pas autre chose que l’orgueil, la paresse et la méchanceté. (6-9-1 900)

C’est l’orgueil ou la paresse, la grande indulgence que nous avons pour nous-mêmes qui nous empêchent de bien faire. Nous ferions bien cela, mais on est las, on le fera demain. Pendant ce temps le mal prend possession de nos organes, il devient maître chez nous et chasse le bien. C’est pourquoi Jésus a dit : Veillez et priez afin que le démon n’entre pas en vous. (3-6-1897)

Quand l’homme voit les obstacles se multiplier autour de lui, c’est qu’il est livré à lui seul. Mais qu’il prie et il trouvera la force et la consolation dans la prière. Dieu n’abandonne jamais ses enfants, Il demande seulement que nous fassions des efforts pour devenir meilleurs et même Il n’abandonne pas celui qui refuse de devenir meilleur.

Les prières des hommes sont entendues et dépassent la matière depuis que le Verbe s’est fait chair (27-9-1901), car le Christ est venu pour que nous puissions nous adresser au Père. (5-3-1902)

Prier, ce n’est pas prononcer beaucoup de mots, mais c’est s’abîmer tous les sens en Dieu. Il faut d’abord se recueillir de façon que tout votre être, tout votre esprit prie avec vous et le sache bien.

Il faut que l’étincelle divine prie en nous.

Il faut demander à Dieu d’abord ensuite à son ange gardien.

Ne pas s’adresser à un esprit, s’adresser à Dieu.

Il est nécessaire de prier souvent, avant le sommeil, au réveil, et enfin élever sans cesse notre âme vers Dieu. (23-2-1895)

Cesser de prier, c’est ne plus pouvoir prier un jour.

Prions du fond du coeur car il est en nous des êtres insatiables qui s’abreuvent de la prière. (5-5-1902)

Elle a été donnée pour certains êtres, ceux à qui on parlait et pour les encourager.

Elle est encore la prière de la plupart, et cela parce qu’il y a autour des hommes des êtres que nous ne voyons pas, qui sont là et que cette parole fait réfléchir. Ce sont ceux qui nous induisent en tentation. Au moment où nous prions et prononçons cette phrase, eux qui nous tourmentaient comme nous nous taquinerions un enfant, se ressaisissent et se disent :  » Pourquoi nous amuserions-nous à faire du mal à ce petit?  » Mais le véritable soldat qui veut marcher de l’avant ne dit pas :  » Ne nous induisez pas en tentation « .

Ces paroles en effet n’ont jamais été prononcées, mais celles-ci :  » Ne nous laissez pas succomber à la tentation « . Dieu ne peut être l’auteur de nos tentations, mais Il permet que Satan nous tente, afin que nous reconnaissions que nous ne sommes rien sans Lui. La tentation à laquelle on résiste est notre meilleur moyen de travail.

La prière est inutile si elle est mal faite. Celui qui nous a mis sur la terre sait ce qu’il nous faut, et il ne faut Lui demander secours que lorsque nous n’en pouvons plus, tandis que nous Lui demandons secours, toujours secours, lors même que nous ne manquons absolument de rien.

Que faites-vous quand vous priez? Vous demandez de n’avoir pas de tribulations, d’avoir tout ce dont vous avez besoin. Eh bien ! permettez-moi de vous dire que j’appelle ces prières de la paresse, et la paresse n’entre pas dans le Ciel. (3-7-1894)

Ce que les gens désirent n’est pas toujours ce qui leur est bon. On dit : Que votre volonté soit laite, mais on pense : d’abord la mienne.

Si nous disons :  » Mon Dieu, j’ai beaucoup d’ennuis, accordez-moi le calme et la tranquillité « , il nous sera donné du courage, les peines seront un peu améliorées ; mais nous sommes obligés de passer par là parce que sur la terre le bonheur n’existe pas, il faut au contraire lutter, lutter sans cesse afin de grandir. (4-6-1896)

C’est dans les grandes adversités où on se croit perdu que de grands secours nous arrivent ; il ne faut donc jamais désespérer, mais lutter avec courage et résignation afin de surmonter les petits obstacles parce que de plus grands nous surviendront ; mais alors ils nous seront moins pénibles en ce que nous aurons plus de lumière et partant beaucoup plus de force. (4-2-1895)

Ce qui lait que Dieu n’entend pas la prière de tous ceux qui prient, ce n’est pas qu’Il soit loin d’eux, mais c’est qu’eux sont loin de Lui, car Il est partout.

Priez ; mais lorsque vous priez ayez bien soin de chasser loin de vous la rancune, et lorsque vous dites :  » Pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons « , rentrez en vous-mêmes, n’en voulant à personne, car ceux que vous ne voyez pas mais qui sont chargés de transmettre votre prière seraient scandalisés. Lavez-vous les mains avant de prier, non pas avec de l’eau et du savon, mais lavez-les de toutes les impuretés, et alors votre prière sera exaucée ; et, si elle ne l’est complètement, Dieu qui sait ce qu’il nous faut, vous donnera autre chose en surplus. (27-13-1893)

Il est difficile de bien prier, c’est pourquoi on n’est pas toujours exaucé.

Pour être exaucé, il faut : Aimer ses parents.

Etre l’esclave du Père, se soumettre à sa volonté.

Savoir que nous sommes tous enfants du Père, que nous ne sommes point nés de la chair ni de la volonté de l’homme, mais que c’est Dieu qui nous a envoyés.

Aimer son prochain plus que soi-même.

Ne pas juger son frère. (14-11-1900)

Il faut aussi avoir soin d’améliorer en nous tout ce dont nous sommes capables de vomir sur nos frères. Seulement alors le Ciel entendra notre voix.

Pour que Dieu puisse entendre ta prière, ne sois pas toi-même, ne sois pas orgueilleux, sois le serviteur des serviteurs.

Si nous pensons quelquefois à ces paroles, bien que nous ne les mettions pas en pratique, à l’heure de la mort nous verrons quelqu’un qui nous conduira et nous serons bien contents. (3-12-1896)

Si vous restiez seulement une demi-journée sans avoir de mauvaises pensées, de mauvaises paroles, sans parler des absents, sans juger personne, la prière que vous feriez après serait entendue du Ciel. J’ai dit souvent :  » Il vaut mieux ne pas prier que de prier mal « , car si vous priez après avoir fait du mal à quelqu’un et que vous disiez :  » J’aime mon prochain « , vous faites un mensonge et les mensonges sont formellement interdits par la loi du Ciel. Mais priez, même ne seriez-vous pas entendus, si vous venez de vous emporter ou de commettre un autre péché, car par la prière vous améliorez le mal que vous venez de faire. Toutes vos mauvaises pensées, toutes vos paroles inutiles seront autant d’obstacles que vous trouverez un jour sur la route du Ciel. (14-4-1903)

Autres lectures sur ce même sujet

Paroles et enseignements sur la prière

5 pensées sur “Paroles et enseignements sur la prière

  • 5 novembre 2011 à 15 h 20 min
    Permalien

    Je fais réponse à votre article. Concernant la communication, soit avec un esprit, soit avec notre guide, Dieu le défend totalement. C’est à lui seul, et à Jésus-Christ, puis à Saint e Marie que l’on doit s’adresser, car ils sont indissociable, même si certaines religions, l’ignorent. Par aillieurs, nous devons prier, non seulement le matin, à jeun, le soir au coucher, mais surtout la nuit,c’est la raison, pour laquelle, nous sommes réveillés, puis, les esprits dormants, laissent une « tranquilité »… permettant  »intrusion’ de la prière auprès des esprits qui sont ‘qualifiés’ pour cela. Par ailleurs, nous ne devons pas demander à Dieu, Jésus-Christ et à Marie, de supporter les épruves d’autres esprits et âmes. Nous avons notre propre karma Nous n’en connaissant pas la teneur jusqu’à notre fin de vie = surcharge. Ils ont comme nous, à surpasser LEURS PROBLEMES, qu’ils auront indubitablement à surmonter pour évoluer = régression. Pour les prières de toutes religions, beaucoup contiennent des erreurs. A bientôt de vous lire !

  • 5 novembre 2011 à 15 h 28 min
    Permalien

    Bonjour Stocco,

    Il peut être donné de communiquer avec notre guide ou avec un esprit. J’ai eu, ce que je considère être une grande chance, de pouvoir le vivre.
    Pour ce qui est de la prière, pour ma part, j’ai réécrit ma propre prière du Je vous salue Marie.
    Elle est en ligne d’ailleurs sur plusieurs pages, que ce soit sur mon blog et sur mon premier site. Maitre Philippe, par certaines de ses paroles, m’en a inspirée une partie. Le reste a été mis sur ma route sous différentes formes d’écrits, et ensuite par les ressentis.

    Vous faites aussi allusion au karma. J’ai eu un énorme message qui sera aussi en ligne.
    Ce site est très récent, beaucoup d’articles sont à venir.

    Au plaisir de vous lire.

  • 5 novembre 2011 à 17 h 08 min
    Permalien

    Merci de bien vouloir me répondre dans ma boite email; je promets de vous répondre. Ce site n’est pas toujours accessible, contrairement au mien. Il vous a été « donné » de connaître un moyen de « communication » avec des êtres invisibles. Aussi, je vous invite à relire les propos de Maitre Philippe qui stipulent : laissez les êtres invisibles et les morts où ils sont, et restez dans votre monde. Vous ne pouvez être sûr de l’entité avec laquelle vous communiquez = danger. Pourquoi prendre des intermédiaires autres, que Dieu, Jésus Christ et Marie. Pour avoir étudié le coran, la torat et la bible (je suis deux fois méditérannéenne, sans chauvisme car je suis universelle), il est écrit : Tu n’appartiens qu’à moi (DIEU). Jésus-Christ, étant par définition, le fils de DIEU, et de Sainte Marie, ils sont donc indissociables, et nous n’appartenons, donc qu’à eux. A vous de voir. A bientôt.

  • 5 novembre 2011 à 17 h 52 min
    Permalien

    Je vous ai répondu par email également.
    Ce site nest pas toujours accessible ??? Normalement si, il n’y pas de raisons.
    Je ne demande pas de communications, elles viennent toutes seules.
    D’où les messages en ligne ou non d’ailleurs.
    Je ne cherche pas à savoir quelle entité, quel invisible me permet de ressentir.
    A bientôt oui

  • 9 novembre 2011 à 15 h 38 min
    Permalien

    Bjr. Je n’ai pas trouvé dans ma boite email votre réponse, aussi, je vous la nomme à nouveau : ……. Mon prénom est marie-josée. Concernant les communications avec les esprits, que nous n’avons aucun moyen de connaitre réellement ‘l’identité’les entités qu’elles soient du bas astral ou de l’au delà, car tout dépend de l’évolution après la mort de l’entité. Il y a donc danger,d’une part; puis cela rentre dans le cadre de l’ésotérisme, d’autre part. Les manifestations qui en découlent sont souvent graves et dramatiques. J’ai connus des personnes pensants communiquer avec une entité connue et qui ont eues de très mauvaises surprises. A vous de voir; d’ailleurs Maitre Philippe l’a dit, ne vous préoccupez pas des morts et des anges gardiens, ils sont dans leur monde et vous dans le votre. A bientôt de vous lire dans ma boite email.

Commentaires fermés.