site Maitre Philippe de Lyon www.philippedelyon.fr PHILIPPE-DE-LYON Vers un hommage Son seul propos est de nous montrer l'Amour www.philippedelyon.frVers un hommage en poeme Son seul propos est de nous montrer l’Amour

Derrière les volutes de fumées
Un homme approche sans se presser
Il ne fera pas de long discours
Son seul propos est de nous montrer l’Amour

Depuis sa plus tendre enfance
Il a fait sienne notre souffrance
Guérissant parfois par sa seule présence
Ou d’un mot plus vite que la science

Des occultes ont cherchés, dans les livres, la vérité
Mais avant d’être dans l’ombre, précipités
Ils ont, à son contact, été sauvés et transpercés
Par la simplicité de cet homme qui les as transfigurés.

Dès lors chacun voulu tout partager dans des carnets
Pour rappeler ses mots et faire de nous des héritiers
Afin de cheminer sur la voie du coeur en liberté
En étant près de nous, juste à côté

Pour autant qu’il parla au Seigneur
Cet homme connu aussi la douleur,
Jusqu’à la perte d’une enfant, si cruelle
Pour nous montrer qu’il ne faut s’opposer au ciel

Fut ce cette douleur qui lui gonfla le coeur
Un matin il s’est levé quand sonna l’heure
….et là panne :o) j’ai l’image d’un arbre qui tombe

 

auteur: Karlito

Vous pouvez vous aussi participer en commentaire

Vous pouvez aussi donner le titre que vous voulez à ce poeme

Autres lectures sur ce même chapitre

Vers un hommage Son seul propos

3 pensées sur “Vers un hommage Son seul propos

  • 12 juillet 2013 à 6 h 26 min
    Permalien

    La simplicité de cet homme…
    Pour autant qu’il parla au Seigneur.
    Celà renvoie au message du curé d’ARS : Parler à Dieu comme à un homme.
    (sans faire de comparaison entre les deux hommes, le message est identique . )
    Vous avez eu l’image de l’arbre qui tombe.
    Lors d’une méditation à Monsieur Philippe, j’ai vu un arbre embrasé de lumière.
    Merci Karlito. Bel hommage.

  • 13 juillet 2013 à 8 h 19 min
    Permalien

    Les deux derniers vers (bon c’est vrai, c’est un peu tôt pour l’apéro…)

    « Et sur un pas tomba, comme un arbre sur le sol
    Pour faire à jamais résonner ses profondes paroles »

    Je trouve magique que des actes, des paroles qui ont touchés au coeur de leurs contemporains vibrent encore des années plus tard et nous touchent tout autant.
    Mais si aujourd’hui j’ai un geste déplacé d’un millimètre dans le temps il se sera déplacé de combien ? ;o)
    Autant que dans la parole, ne doit on pas être mesuré dans nos gestes ?

  • 13 juillet 2013 à 8 h 56 min
    Permalien

    les actes et paroles nous touchent au coeur à ce point, et vous inspirent par là même de tels ver(re)s, parce qu’ils sont émis par un homme qui disait de lui-meme:
    « Jésus est venu établir le règne de la charité et je suis venu pour consolider ses lois »

    le message et les actes étaient christique, dans toute la force du moindre mot, de la moindre pensée, du plus petit geste
    aujourd’hui, on pourrait avancer que bienheureux est celui qui ressent encore la portée de l’Amour par le geste et la parole

    et absolument d’accord pour la mesure en toutes choses

    de cet homme dont on ne pourrait envisager qu’il ne soit ni béatifié, ni canonisé, pour une raison simple: il est venu nous retransmettre et renforcer le message de Jésus
    quelqu’un a-t’il songé à canoniser Jésus??
    les messies sont « hors course » dans la quete humaine à vouloir créer des Saints. d’autant plus que nous ne suivons déjà pas le pas des plus grands mystiques.

    je suppose que l’allusion aux torchons et aux serviettes, fait éventuellement, (perso, pas sûre de l’avoir comprise) référence à ce type de quête humaine

    que d’autres auteurs se lancent dans leurs mots pour rendre eux aussi, chacun à sa manière, un hommage, une lettre ouverte à Philippe de Lyon. Peu importe la forme prise, le fond sera important à vos yeux, autant qu’aux nôtres…

Commentaires fermés.