site maitre Philippe Philippe de Lyon maitrephilippedelyon-chrismePhilippe de Lyon parle de la Priere chretienne notre pere.
Les Enseignements de Nizier Anthelme Philippe sur la Priere chretienne, Prière du Notre Père qui êtes aux Cieux

Le premier venu qui récite des Pater Noster est encore dans la voie, parce qu’il montre un geste d’humilité à la matière, humilité nécessaire pour que notre prière soit entendue. Il faut demander à Dieu d’abord ensuite à son ange gardien. Ne pas s’adresser à un esprit, s’adresser à Dieu.
Priez Dieu.
Peu vous importe si un ancien apôtre ou un saint qui se trouvera de l’autre côté vous aide à ce que votre prière parvienne, vous n’avez pas à vous en occuper. (21-4-1903)
La prière seule ne peut nous sauver, mais elle donne prise à notre ange gardien pour nous conduire. Il est nécessaire de prier souvent, avant le sommeil, au réveil, et enfin élever sans cesse notre âme vers Dieu.

Plus on va, plus on est frêle et plus il faut prier, parce que les attaques de l’ennemi sont plus nombreuses.
Il est utile de prier, non pour alléger ses peines, ses souffrances, mais pour demander la force, le courage.
Notre prière n’est pas toujours entendue, et c’est heureux, car, si Dieu entendait nos prières, elles l’offenseraient souvent.
Mais il est utile de prier parce que cela nous entretient en haleine. Cesser de prier, c’est ne plus pouvoir prier un jour.
Prions du fond du coeur car il est en nous des êtres insatiables qui s’abreuvent de la prière.
Si du fond du coeur part une prière, des êtres l’entendent. C’est le soleil pour eux, pour tout l’organisme. Si une mauvaise pensée nous empêche de prier, c’est un scandale pour ces êtres.

La prière élève l’âme et il faut prier non seulement pour nous, mais pour ceux qui ne peuvent pas prier, pour ceux qui sont dans les ténèbres.
Il faut prier pour ceux qui ne savent pas ou ne peuvent le faire.

Point n’est besoin de prier pour les morts ; laissons-les où ils sont et restons où nous sommes.
Je vous affirme qu’en demandant pour ceux qui ne peuvent le faire, en demandant de supporter leurs peines, vous leur donnez alors l’exemple de supporter à leur tour celles de leurs frères. C’est le seul moyen d’entrer dans le Ciel.(20-9-1 894)

L’oraison dominicale, qui nous vient du Ciel par le Fils, ne peut se prononcer sans que celui qui la dit du fond du coeur soit uni d’intention avec Notre-Seigneur.
Elle a été donnée pour certains êtres, ceux à qui on parlait et pour les encourager.
Elle est encore la prière de la plupart, et cela parce qu’il y a autour des hommes des êtres que nous ne voyons pas, qui sont là et que cette parole fait réfléchir.
Ce sont ceux qui nous induisent en tentation. Au moment où nous prions et prononçons cette phrase, eux qui nous tourmentaient comme nous nous taquinerions un enfant, se ressaisissent et se disent : Pourquoi nous amuserions-nous à faire du mal à ce petit?

Mais le véritable soldat qui veut marcher de l’avant ne dit pas : Ne nous induisez pas en tentation. Ces paroles en effet n’ont jamais été prononcées, mais celles-ci : Ne nous laissez pas succomber à la tentation.
Dieu ne peut être l’auteur de nos tentations, mais Il permet que Satan nous tente, afin que nous reconnaissions que nous ne sommes rien sans Lui. La tentation à laquelle on résiste est notre meilleur moyen de travail.

La prière est inutile si elle est mal faite. Celui qui nous a mis sur la terre sait ce qu’il nous faut, et il ne faut Lui demander secours que lorsque nous n’en pouvons plus, tandis que nous Lui demandons secours, toujours secours, lors même que nous ne manquons absolument de rien.
Que faites-vous quand vous priez? Vous demandez de n’avoir pas de tribulations, d’avoir tout ce dont vous avez besoin.
Eh bien! permettez-moi de vous dire que j’appelle ces prières de la paresse, et la paresse n’entre pas dans le Ciel. (3-7-1894)

Texte de la prière du Notre Père re-travaillée

site Maitre Philippe de Lyon www.philippedelyon.frNotre Père
Qui est aux Cieux
Que Votre nom soit Sanctifié
Que votre règne arrive
Que Votre Volonté me soit faite
Sur la Terre comme au Ciel
Donnez-nous aujourd’hui Notre Pain de ce jour
Pardonnez-nous nos offenses
Comme nous Pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés
Mais aidez-nous à ne pas succomber à la Tentation
Et Délivrez-nous du Mal
Car, c’est à Vous qu’appartiennent le Règne, la Puissance et la Gloire
Pour des Siècles, des Siècles

AMEN

Texte de la prière du Notre Père dite à la messe

site Maitre Philippe de Lyon www.philippedelyon.frNotre Père
Qui est aux Cieux,
Que Votre Nom soit Sanctifié,
Que votre règne vienne,
Que Votre Volonté soit faite sur la Terre comme au Ciel
Donnez-nous aujourd’hui, notre pain de ce jour,
Pardonnez-nous nos offenses
comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés,
Mais Ne nous Soumettez pas à la tentation et délivrez-nous du mal
Oui, délivrez-nous du mal Seigneur,
car c’est à Vous qu’appartiennent le Règne, la Puissance et la Gloire
Pour des siècles, des siècles

Je plaide coupable de ne placer que maintenant cette prière du notre Père sur ce site. Une raison: par lâcheté, je ne la pratique pas….
Je ne me récite que la prière du Je Vous salue Marie inspirée par Maitre Philippe de Lyon (et les Invisibles)…..Je ne demande que de l’aide, pas les obstacles…. C’est mon constat de lâcheté

La prière chrétienne du Notre Père est tout aussi mal faite, expédiée et vide de sens dans une messe, que la Prière Je Vous salue Marie….

Nombreuses paroles et enseignements :

LA PRIERE expliquée par Nizier Anthelme Philippe dans les séances aux nombreux fidèles et malades

Il y a à peu près deux mille ans Notre-Seigneur Jésus-Christ a dit à ceux qui l’entouraient :  » Veillez et priez « . Aujourd’hui je vous dirai la même chose :

 » Veillez et priez, le temps de la moisson est proche « .

(Pour expliquer 1 Thessaloniciens, V, 2) – Un pommier dans un verger a des pommes ; les unes sont plus mûres, les autres vertes, les autres gâtées. Celles qui sont les plus mûres devraient rester et les mauvaises partir. Mais non ; les plus mûres (je veux dire les esprits qui sont d’un sentiment plus religieux) se disent : Nous allons partir et laisser les autres. Puis survient un vent. Croyez-vous qu’il vienne par hasard? Non. Il était nécessaire.

Il fait tomber certaines pommes par terre. Enfin le propriétaire vient et que va-t-il ramasser? Les pommes mûres, car il est dit : Nul ne connaît son heure. Veillez et priez. Et cela doit être dit trois fois, parce qu’il faut veiller sur son âme, sur son esprit et sur son corps.

Il est dit que le Christ viendra comme un larron.

Sur l’arbre toutes les pommes se croient bonnes ; mais les premières mûres se dévouent pour les autres parce qu’elles sont de la famille du propriétaire.

Lorsque le noir cherche à s’emparer de vous, il faut faire des efforts pour le vaincre, car le noir n’est pas autre chose que l’orgueil, la paresse et la méchanceté. (6-9-1 900)

C’est l’orgueil ou la paresse, la grande indulgence que nous avons pour nous-mêmes qui nous empêchent de bien faire. Nous ferions bien cela, mais on est las, on le fera demain. Pendant ce temps le mal prend possession de nos organes, il devient maître chez nous et chasse le bien. C’est pourquoi Jésus a dit : Veillez et priez afin que le démon n’entre pas en vous. (3-6-1897)

Quand l’homme voit les obstacles se multiplier autour de lui, c’est qu’il est livré à lui seul. Mais qu’il prie et il trouvera la force et la consolation dans la prière. Dieu n’abandonne jamais ses enfants, Il demande seulement que nous fassions des efforts pour devenir meilleurs et même Il n’abandonne pas celui qui refuse de devenir meilleur.

Les prières des hommes sont entendues et dépassent la matière depuis que le Verbe s’est fait chair (27-9-1901), car le Christ est venu pour que nous puissions nous adresser au Père. (5-3-1902)

Prier, ce n’est pas prononcer beaucoup de mots, mais c’est s’abîmer tous les sens en Dieu. Il faut d’abord se recueillir de façon que tout votre être, tout votre esprit prie avec vous et le sache bien.

Il faut que l’étincelle divine prie en nous.

On doit prier pour apprendre à prier. On apprend à un petit enfant sa prière ; quand il est devenu un vieillard, il se souvient encore de cette prière que ses parents lui ont apprise à deux ou trois ans, et c’est peut-être la seule chose dont il se souviendra de son jeune âge. Et cette prière, chaque fois que l’enfant la récitera, sera comptée à ses parents. (13-12-1894) .

Le premier venu qui récite des Pater Noster est encore dans la voie, parce qu’il montre un geste d’humilité à la matière, humilité nécessaire pour que notre prière soit entendue.

Il faut demander à Dieu d’abord ensuite à son ange gardien.

Ne pas s’adresser à un esprit, s’adresser à Dieu.

La prière seule ne peut nous sauver, mais elle donne prise à notre ange gardien pour nous conduire.

Il est nécessaire de prier souvent, avant le sommeil, au réveil, et enfin élever sans cesse notre âme vers Dieu. (23-2-1895)

Plus on va, plus on est frêle et plus il faut prier, parce que les attaques de l’ennemi sont plus nombreuses.

Cesser de prier, c’est ne plus pouvoir prier un jour.

Prions du fond du coeur car il est en nous des êtres insatiables qui s’abreuvent de la prière. (5-5-1902)

Elle a été donnée pour certains êtres, ceux à qui on parlait et pour les encourager.

Elle est encore la prière de la plupart, et cela parce qu’il y a autour des hommes des êtres que nous ne voyons pas, qui sont là et que cette parole fait réfléchir. Ce sont ceux qui nous induisent en tentation. Au moment où nous prions et prononçons cette phrase, eux qui nous tourmentaient comme nous nous taquinerions un enfant, se ressaisissent et se disent :  » Pourquoi nous amuserions-nous à faire du mal à ce petit?  » Mais le véritable soldat qui veut marcher de l’avant ne dit pas :  » Ne nous induisez pas en tentation « .

Ces paroles en effet n’ont jamais été prononcées, mais celles-ci :  » Ne nous laissez pas succomber à la tentation « . Dieu ne peut être l’auteur de nos tentations, mais Il permet que Satan nous tente, afin que nous reconnaissions que nous ne sommes rien sans Lui. La tentation à laquelle on résiste est notre meilleur moyen de travail.

La prière est inutile si elle est mal faite. Celui qui nous a mis sur la terre sait ce qu’il nous faut, et il ne faut Lui demander secours que lorsque nous n’en pouvons plus, tandis que nous Lui demandons secours, toujours secours, lors même que nous ne manquons absolument de rien.

Que faites-vous quand vous priez? Vous demandez de n’avoir pas de tribulations, d’avoir tout ce dont vous avez besoin. Eh bien ! permettez-moi de vous dire que j’appelle ces prières de la paresse, et la paresse n’entre pas dans le Ciel. (3-7-1894)

Ce que les gens désirent n’est pas toujours ce qui leur est bon. On dit : Que votre volonté soit laite, mais on pense : d’abord la mienne.

En priant il ne faut demander l’allégement de ses souffrances que lorsque le fardeau qui nous est confié semble trop lourd. (20-9-1894)

Si nous disons :  » Mon Dieu, j’ai beaucoup d’ennuis, accordez-moi le calme et la tranquillité « , il nous sera donné du courage, les peines seront un peu améliorées ; mais nous sommes obligés de passer par là parce que sur la terre le bonheur n’existe pas, il faut au contraire lutter, lutter sans cesse afin de grandir. (4-6-1896)

C’est dans les grandes adversités où on se croit perdu que de grands secours nous arrivent ; il ne faut donc jamais désespérer, mais lutter avec courage et résignation afin de surmonter les petits obstacles parce que de plus grands nous surviendront ; mais alors ils nous seront moins pénibles en ce que nous aurons plus de lumière et partant beaucoup plus de force. (4-2-1895)

Ce qui lait que Dieu n’entend pas la prière de tous ceux qui prient, ce n’est pas qu’Il soit loin d’eux, mais c’est qu’eux sont loin de Lui, car Il est partout.

Priez ; mais lorsque vous priez ayez bien soin de chasser loin de vous la rancune, et lorsque vous dites :  » Pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons « , rentrez en vous-mêmes, n’en voulant à personne, car ceux que vous ne voyez pas mais qui sont chargés de transmettre votre prière seraient scandalisés. Lavez-vous les mains avant de prier, non pas avec de l’eau et du savon, mais lavez-les de toutes les impuretés, et alors votre prière sera exaucée ; et, si elle ne l’est complètement, Dieu qui sait ce qu’il nous faut, vous donnera autre chose en surplus. (27-13-1893)

Il est difficile de bien prier, c’est pourquoi on n’est pas toujours exaucé.

Pour être exaucé, il faut : Aimer ses parents.

Etre l’esclave du Père, se soumettre à sa volonté.

Savoir que nous sommes tous enfants du Père, que nous ne sommes point nés de la chair ni de la volonté de l’homme, mais que c’est Dieu qui nous a envoyés.

Aimer son prochain plus que soi-même.

Ne pas juger son frère. (14-11-1900)

Il faut aussi avoir soin d’améliorer en nous tout ce dont nous sommes capables de vomir sur nos frères. Seulement alors le Ciel entendra notre voix.

Pour que Dieu puisse entendre ta prière, ne sois pas toi-même, ne sois pas orgueilleux, sois le serviteur des serviteurs.

Si nous pensons quelquefois à ces paroles, bien que nous ne les mettions pas en pratique, à l’heure de la mort nous verrons quelqu’un qui nous conduira et nous serons bien contents. (3-12-1896)

Si vous restiez seulement une demi-journée sans avoir de mauvaises pensées, de mauvaises paroles, sans parler des absents, sans juger personne, la prière que vous feriez après serait entendue du Ciel. J’ai dit souvent :  » Il vaut mieux ne pas prier que de prier mal « , car si vous priez après avoir fait du mal à quelqu’un et que vous disiez :  » J’aime mon prochain « , vous faites un mensonge et les mensonges sont formellement interdits par la loi du Ciel. Mais priez, même ne seriez-vous pas entendus, si vous venez de vous emporter ou de commettre un autre péché, car par la prière vous améliorez le mal que vous venez de faire. Toutes vos mauvaises pensées, toutes vos paroles inutiles seront autant d’obstacles que vous trouverez un jour sur la route du Ciel. (14-4-1903)

Pour que la prière soit entendue, il faut qu’elle parte au fond du coeur. Pour cela il faut que nous ayons souffert, car la souffrance élève l’âme. Il faut ne pas éviter la peine, se soumettre à la volonté de Celui qui nous envoie et aimer son prochain. (3-1-1895 ; 6-3-1902)

Autres lectures sur ce même sujet

La Priere chretienne le Notre Pere

58 pensées sur “La Priere chretienne le Notre Pere

  • 18 avril 2013 à 19 h 31 min

    La puissance de la Prière est considérable, encore faut-il qu’elle ne soit pas récitée automatiquement, comme une machine. Elle doit se vivre pleinement. Je ne considérerai ici, et encore succintement que le Notre Père, Pater noster, la version en latin étant plus…magique. Magique ou plutôt théurgique, c’est là que nous rejoignons Nizier-Anthèlme Philippe qualifié de thaumaturge, dans ses propos, dans ses idées et dans ses actes de guérison.
    Des études spécifiques et très précises ont permis de mettre en valeur les énergies que le Notre père, par exemple, canalise. Il s’agit d’une véritable descente de la Lumière sur celui qui le prononce avec conscience, avec une progression de l’énergie descendant sur la tête (les orientalistes parleraient de chakras) et cela est dit ! Notre Père qui es aux cieux, il n’y a pas besoin de chercher ! Et cela jusqu’à la descente du délivre-nous du mal matérialisé par la région sexuelle. Au fur et à mesure de la progression des paroles, la descente de la Lumière se fait et procède ainsi à une transformation du corps en un corps de Lumière. Et l’on constate en fin le Règne, la Puissance et la Gloire du Père qui est en nous.

  • 19 avril 2013 à 6 h 21 min

    Se brancher au Créateur…
    « Au fur et à mesure que la personne branche son moi sur les forces créatrices, elle devient capable d’être canal, au point qu’elle peut amener une guérison instantanée par l’imposition des mains. »
    « En guérissant les autres, on se guérit soi-même ! »
    Extrait (L’univers d’Edgar Cayce, Tome 1 par Dorothée Koechlin de Bizemont)

    Les chakras sont très à la mode.
    Surprenant que MP ne semble pas avoir eu ces connaissances…
    On peut s’intérroger ?
    Peut-être bien que le secret de la vie éternelle passe par les chakras ?
    Le  » Notre Père… » est en voie de devenir très à la mode, pour la longévité, qui sait ?
    Peut-on s’imaginer Jean Chapas ouvrir et refermer les chackras ?
    (sourire)
    Allez, pour les simples d’esprit mieux vaut s’en tenir :
     » Les hommes voient les apparences, le Ciel voit les coeurs. »

    Fraternellement

  • 19 avril 2013 à 8 h 37 min

    Je ne pense pas que MP ait eu une connaissance approfondie des chakras selon les orientalistes ou des séphirots selon les kabalistes (lorsque j’évoque ces termes je ne pense pas à la mode nouvelageuse mais aux deux Tradirions réelles). Mais cela devait être partie de ses connaissances innées ou intuitions, puisqu’il ne fait pas de doute, dans les descriptions par les témoins, qu’il « nettoyait » les malades par la Prière.
    Justement, les tenants, pratiquants et prêtres de la Religion catholique ont perdu ces connaissances. Et pourtant ! Le Sacrement de l’extrême-onction n’est ni plus ni moins qu’un rituel de fermeture des chakras pour accompagner le mourant, pour accompagner l’Ame ! Il suffit d’en relire la pprocédure et le texte : cela est évident. Et c’est d’ailleurs un Lama tibétain qui nous le fait remarquer !!! (Sogyal Rimpotché).
    De même la position de la prière permet la circulation de l’énergie de la Lumière dans le corps. Et le comble est la très ancienne tonsure des moines qui marque exactement le point de ce qui est appelé le chakra coronal !!!
    Si MP n’avait pas la connaissance et les études de ces fonctionnement, il devait en avoir conscience. Cela rappelle maintenant le fonctionnement des groupes de prière instaurés par Maguy Lebrun.

  • 19 avril 2013 à 9 h 52 min

    Beaucoup ont perdu ces connaissances…
    Ce qui n’empèche pas la lumière…
    Sogyal Rinpoché, tant vénéré pour ses enseignements…
    En coulisses, ça commence à jaser sur ses pratiques en tant qu’individu terrestre.
    Passons… Nous sommes là pour MP, n’est-ce pas ?!
    Quant aux groupes d’accompagnement de Maguy Lebrun, effectivement…
    On a là, un exemple de la puissance de la prière.
    Connaissance des chakras ou pas…
    L’Amour du prochain, par le coeur.
    Finalement, tout est fort simple pour finir.

    Fraternellement

  • 19 avril 2013 à 11 h 12 min

    Que de mots et d’explications bien compliqués. Jésus à donné le Notre Père, et pas en latin semble t’il ? Il faut relire les Evangiles, ne l’a t’il pas donné qu’à certains ?

    La prière c’est « décrocher le téléphone » comme le disait Marcel Renébon. Quand on parle à quelqu’un, à un ami, et encore plus à notre Père, on ne se demande pas si l’énergie passe, si les chakras s’ouvrent ou se ferment, on parle c’est tout. Le curé d’Ars le disait avec ses mots : nous devisons.

    Il serait plus intéressant ici de retrouver les paroles que Monsieur Philippe a dites sur le Notre Père et sur la prière.

    Nous sommes chrétiens, les « lumières » de l’Orient ne sont pas pour nous ; bien nombreux sont ceux qui nous ont mis en garde.

    • 19 avril 2013 à 21 h 03 min

      Bien d’accord,

      Je pense que deux ou trois phrases suffisent si on les met en pratique.
      La méthode ou la mission de MP n’a rien, absolument rien à voir avec les pseudo phénomènes que l’on a pu plus ou moins observer chez certains ou avec les groupes de prière de Maggy Lebrun.
      C’est un peu comme comparer un joyau de chez Lalique et une verroterie de chez Casa.

      Olivier

      • 20 avril 2013 à 5 h 31 min

        De part le monde, beaucoup d’êtres vouent leurs existences à la prière, pour le bien de l’humanité. Humilité et discrètion.
        Il semblerait que les groupes d’accompagnement aux malades Maguy Lebrun ne dispensent aucun enseignement si ce n’est l’aide au prochain…Sur le terrain.
        Il n’y a donc aucune comparaison à faire.
        Très tendance les groupes de prière, en pleine lumière…Mieux vaut que ça se sache.
        Très spirituel, en somme.
        Pourvu que le Ciel entende nos prières, pour finir.

        Fraternellement

        • 20 avril 2013 à 8 h 00 min

          Il y a une vingtaine d’année j’avais approché ce groupe d’enseignement.
          Je pense donc que ce n’est pas du tout le même registre que MP et on ne peut écrire que « cela rappelle le fonctionnement des groupes de priere de Maggy Lebrun ».
          Après qu’il y avait des gens sincères et de valeur dans ce groupe c’est un autre débat.

          Olivier

          • 20 avril 2013 à 8 h 56 min

            Dire que les Groupes de prières Maguy Lebrun sont un groupe d’enseignement est tout simplement faux et une telle qualification démontre une totale méconnaissance du sujet.
            De plus ce que Maguy Lebrun a témoigné a toujours été écrit par elle-même et non le rapport de ses paroles par ses « disciples ».

          • 20 avril 2013 à 9 h 16 min

            Effectivement, il n’y a aucune comparaison à faire, puisque ces groupes ne dispensent aucun enseignement .
            Comme dans tous groupements, certains vont et viennent…
            Par curiosité, en quète spirituelle…
            Certains sont sincères dans l’aide au prochain …
            D’autres ont des motivations moins lumineuses.

            Fraternellement

      • 20 avril 2013 à 8 h 59 min

        Alors d’accord : des preuves vite !
        Car dans ce cas de simples affirmations ne suffisent pas !
        Qui a prétendu que Maguy Lebrun faisait (elle aussi) des miracles ?

        • 20 avril 2013 à 9 h 28 min

          Surprenant, Népomucène…
          Votre post ci dessus, ne semble pas adapter à ce qui nous occupe : MP

          Fraternellement

        • 20 avril 2013 à 13 h 42 min

          En tout cas elle a écrit plusieurs livres de témoignage donc c’est un début d’enseignement.
          Mais il est vrai que le terme groupe d’enseignement est peut être inapproprié.
          Dans mon souvenir Maguy Lebrun était en contact avec l’esprit d’Etty une résistant morte dans un camp
          On est loin de MP qui déconseillait le spiritisme sous toutes ses formes.

          Olivier

          • 20 avril 2013 à 14 h 19 min

            Maguy Lebrun, il me semble…magnétiseuse de grande renommée.
            Son mari, il me semble…médium de grande valeur.
            Comme beaucoup de monde, j’ai lu ses ouvrages.
            Témoignage d’une vie consacrée à l’amour du prochain… Sur le terrain.
            Une femme très ordinaire qui a « mouillé sa chemise. »
            Ses livres ont aider beaucoup de monde, et il me semble…encore aujourd’hui !
            Une clef pour se mettre en chemin…
            Pour ceux qui n’ont encore pas de bagage…
            Les très instruits passeront sans doute leur chemin.
            Effectivement, il ne s’agit pas de groupes d’enseignement, puisqu’il s’agit de groupes : d’accompagnement. Enfin…Si j’ai lu correctement, bien sûr.

            Fraternellement

          • 20 avril 2013 à 14 h 43 min

            Le spiritisme est une chose.
            Être médium en est une autre.
            Tous les médiums n’ont pas reccours au spiritisme.
            La doctrine spirite d’Allan Kardec est un enseignement bien précieux pour se mettre en route… Vivre en humanité…Valeurs morales.

            Fraternellement

          • 20 avril 2013 à 16 h 30 min

            En effet, Maguy Lebrun a été tellement passionnée par Jean-Marie Vianney Curé d’Ars que cette passion s’est transmis aux membres des 2 groupes lyonnais. Ce qui fait que chaque année le grand groupe de Lyon va à Ars en pélerinage en hommage à Maguy Lebrun !
            Justement Maitre Philippe avait 10 ans quand le Curé d’Ars est mort : comme les témoignages abondent, a-t-on parmi eux des indications de son approche de Jean-Marie Vianney ? D’autant que Ars n’est pas très éloigné et que son village natal (Dardilly) est encore plus près !

          • 20 avril 2013 à 19 h 45 min

            Que l’enseignement d’Allan Kardec soit intéressant je l’admet aisément.
            En revanche MP a dit tant de chose contre la voyance, les communications avec l’invisible que si l’on suit le chemin indique par MP on doit a mon avis se tenir à l’écart de ces aspects médiumniques sauf autorisation spéciale, que bien peu de monde reçoit.

            Olivier

    • 6 mai 2013 à 13 h 13 min

      En effet il est bien connu que le Notre Père de tradition chrétienne est repris de prières plus anciennes de l’époque pré-rabbinique, c’est à dire d’avant l’occupation romaine de la Judée. Il s’agit du Qadish ou « sanctification du Nom », et des Shemonei ‘Esrei ou « dix-huit bénédictions ».

      Le Notre Père est une compilation des deux prières, on a pu également en retrouver des traces dans l’hymne égyptien à Aton le dieu solaire. Dans l’évangile de Matthieu, il apparait une petite différence : on dit que ton Nom soit sanctifié alors que dans l’antique prière hébraïque il est dit que son grand Nom soit magnifié et sanctifié.

  • 19 avril 2013 à 11 h 30 min

    Merci Jean Fauchard !
    C’est exactement ce que j’aurai aimé dire !
    « Je l’avise…Il m’avise. »
    Ces paroles ne sont pas du curé d’ARS…
    Il semblerait qu’elles soient devenues siennes…
    Fraternellement

  • 19 avril 2013 à 11 h 51 min

    Le temps n’est-il pas venu de descendre Jésus de la croix…
    N’est il pas vivant au milieu de nous?!
    Les crucifix font peur aux enfants, pour finir.

  • 19 avril 2013 à 12 h 02 min

    Extrait de Vies et Paroles de Maitre Philippe, par Alfred Haehl, sur la prière, et sur le Notre Père en particulier…

    « L’oraison dominicale, qui nous vient du Ciel par le Fils, ne peut se prononcer sans que celui qui la dit du fond du cœur soit uni d’intention avec Notre-Seigneur. Elle a été donnée pour certains êtres, ceux à qui on parlait et pour les encourager.

    Elle est encore la prière de la plupart, et cela parce qu’il y a autour des hommes des êtres que nous ne voyons pas, qui sont là et que cette parole fait réfléchir. Ce sont ceux qui nous induisent en tentation. Au moment où nous prions et prononçons cette phrase, eux qui nous tourmentaient comme nous nous taquinerions un enfant, se ressaisissent et se disent : »

    Pourquoi nous amuserions-nous à faire du mal à ce petit ? « Mais le véritable soldat qui veut marcher de l’avant ne dit pas : « Ne nous induisez pas en tentation ».

    Ces paroles en effet n’ont jamais été prononcées, mais celles-ci : « Ne nous laissez pas succomber à la tentation ». Dieu ne peut être l’auteur de nos tentations, mais Il permet que Satan nous tente, afin que nous reconnaissions que nous ne sommes rien sans Lui. La tentation à laquelle on résiste est notre meilleur moyen de travail.

    La prière est inutile si elle est mal faite. Celui qui nous a mis sur la terre sait ce qu’il nous faut, et il ne faut Lui demander secours que lorsque nous n’en pouvons plus, tandis que nous Lui demandons secours, toujours secours, lors même que nous ne manquons absolument de rien.
    Que faites-vous quand vous priez ? Vous demandez de n’avoir pas de tribulations, d’avoir tout ce dont vous avez besoin. Eh bien ! Permettez-moi de vous dire que j’appelle ces prières de la paresse, et la paresse n’entre pas dans le Ciel

    Ce que les gens désirent n’est pas toujours ce qui leur est bon. On dit : Que votre volonté soit laite, mais on pense : d’abord la mienne.
    En priant il ne faut demander l’allégement de ses souffrances que lorsque le fardeau qui nous est confié semble trop lourd. (20-9-1894)
    Si nous disons : « Mon Dieu, j’ai beaucoup d’ennuis, accordez-moi le calme et la tranquillité », il nous sera donné du courage, les peines seront un peu améliorées ; mais nous sommes obligés de passer par là parce que sur la terre le bonheur n’existe pas, il faut au contraire lutter, lutter sans cesse afin de grandir. (4-6-1896)

    C’est dans les grandes adversités où on se croit perdu que de grands secours nous arrivent ; il ne faut donc jamais désespérer, mais lutter avec courage et résignation afin de surmonter les petits obstacles parce que de plus grands nous surviendront ;
    mais alors ils nous seront moins pénibles en ce que nous aurons plus de lumière et partant beaucoup plus de force. (4-2-1895)
    Ce qui fait que Dieu n’entend pas la prière de tous ceux qui prient, ce n’est pas qu’Il soit loin d’eux, mais c’est qu’eux sont loin de Lui, car Il est partout.

    Priez ; mais lorsque vous priez ayez bien soin de chasser loin de vous la rancune, et lorsque vous dites : « Pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons », rentrez en vous-mêmes, n’en voulant à personne, car ceux que vous ne voyez pas mais qui sont chargés de transmettre votre prière seraient scandalisés. Lavez-vous les mains avant de prier, non pas avec de l’eau et du savon, mais lavez-les de toutes les impuretés, et alors votre prière sera exaucée ; et, si elle ne l’est complètement, Dieu qui sait ce qu’il nous faut, vous donnera autre chose en surplus. (27-13-1893)

    Il est difficile de bien prier, c’est pourquoi on n’est pas toujours exaucé.
    Pour être exaucé, il faut : Aimer ses parents.
    Être l’esclave du Père, se soumettre à sa volonté.
    Savoir que nous sommes tous enfants du Père, que nous ne sommes point nés de la chair ni de la volonté de l’homme, mais que c’est Dieu qui nous a envoyés.
     Aimer son prochain plus que soi-même.
    Ne pas juger son frère.

    Il faut aussi avoir soin d’améliorer en nous tout ce dont nous sommes capables de vomir sur nos frères. Seulement alors le Ciel entendra notre voix.
    Pour que Dieu puisse entendre ta prière, ne sois pas toi-même, ne sois pas orgueilleux, sois le serviteur des serviteurs.
    Si nous pensons quelquefois à ces paroles, bien que nous ne les mettions pas en pratique, à l’heure de la mort nous verrons quelqu’un qui nous conduira et nous serons bien contents.

    Si vous restiez seulement une demi-journée sans avoir de mauvaises pensées, de mauvaises paroles, sans parler des absents, sans juger personne, la prière que vous feriez après serait entendue du Ciel. J’ai dit souvent : »
    Il vaut mieux ne pas prier que de prier mal », car si vous priez après avoir fait du mal à quelqu’un et que vous disiez : « J’aime mon prochain », vous faites un mensonge et les mensonges sont formellement interdits par la loi du Ciel. Mais priez, même ne seriez-vous pas entendus, si vous venez de vous emporter ou de commettre un autre péché, car par la prière vous améliorez le mal que vous venez de faire.

     Toutes vos mauvaises pensées, toutes vos paroles inutiles seront autant d’obstacles que vous trouverez un jour sur la route du Ciel.
    Pour que la prière soit entendue, il faut qu’elle parte au fond du cœur. Pour cela il faut que nous ayons souffert, car la souffrance élève l’âme. Il faut ne pas éviter la peine, se soumettre à la volonté de Celui qui nous envoie et aimer son prochain. »

  • 19 avril 2013 à 12 h 16 min

    Tout est dit, MERCI !

  • 19 avril 2013 à 14 h 09 min

    Bonjour,
    Le Notre-père n’a pas été transmis par Jésus en latin, effectivement (!) mais en araméen. Si cela vous intéresse, je vous l’écris en phonétique.
    On y retrouve d’ailleurs les termes propres à l’arbre des Séphirots de la Kabbale mentionnée dans un commentaire plus haut.
    Par exemple « dans les cieux, » arméen: douachmayo (Kether, 1ére séphira)),
    Ton Règne, araméen: malkoutoh (Makhout, 10 ème séphira).

    La doxologie ajoutée plus tard fait référence aussi à l’arbre des Séphiroths: « car c’est à Toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire pour les siècles des siècles » où l’on retrouve les séphiroths 5, 8 et 10, Guevourah, Hod et Malkouth.

    Ceci parlera à certains puisqu’une allusion à la Kabbale a été faite plus haut….

    Voici en Araméen, si cela vous tente de le dire, comme à l’origine, par Jésus:

    Aboune douachmayo netqadoch shmor ti-té malkoutor, néoué tséouyounor aïkano dwashmayo of bara.
    Hawoulane larmo dsounqounane yaoumano ouashwouqlane raoubayine ouartahine aïkano dofnane schwaqine lhayobayin olo ta-alane lnesyiouno èlo pashoune mène bisho.

    Doxologie, en Araméen:
    métoldiyi lari malkhouto ouraïlo outeshbouto lolame èlmine amine.

    Voilà donc, si cela vous tente, peut-être vos ressentis seront-ils différents du texte français….

    Jésus n’ était guère plus loin de l’Orient que de chez nous………n’est-ce pas…. et si vous connaissez « l’Evangile selon Thomas », évangile découvert en 1945 en Haute-Egypte (avec quelques 50 autres traités coptes et gnostiques pour la plupart), vous verrez que ses paroles sonnent souvent à la façon de la sagesse orientale et des « koans » bouddhiques.

    Bien à vous tous

    • 19 avril 2013 à 21 h 18 min

      Que Dieu soit universel cela ne fait pas de doute, et donc il est logique de trouver dans les paroles du Boudha ou dans le TAO ( traduit pas le gendre de MP) des passages qui font écho aux évangiles. En revanche les exercices « bouddhique » ne sont pas notre chemin.
      C’est pourquoi il faut je crois rester a l’écart de cette partie du bouddhisme.
      Quand aux évangiles apocryphes, le secrétaire de Sedir, Émile Besson a publié un livres les récapitulant en 1924 : les loggias agrapha. Il a aussi écrit un livre qui s’appelle Bouddhisme et Christianisme et qui, même si il date un peu, fait apparaître les differences entre ces deux religions.
      Sedir lui a écrit la dispute de Shiva contre Jésus…

      Olivier

    • 20 avril 2013 à 8 h 48 min

      à …110 %
      Il existe même une vidéo magnifique du Pater chanté en araméen avec des très belles images…
      Et n’oublions pas que les 4 Evangiles officiels ont été rédigés par des Collèges collectifs et écrits en Grec entre 65 et 110 après l’Anno Domini , fixée rappelons-le, seulement au VI ième siècle !
      Quant aux manuscrits de la Mer morte, ce sont une source incroyable puisque datant d’années très proches de l’Anno Domini, ; et de ce fait ils n’ont pu être modifiés et remodifiés au cours des siècles.
      J’ai appris par un grand spéciliste de la question que d’autres documents intéressants se trouveraient au Monastère Sainte Catherine dans le Sinaï et dans les bibliothèques du Mont Athos…

      • 20 avril 2013 à 9 h 58 min

        Il serait intéressant d’avoir le lien de cette vidéo du Pater chanté en araméen.
        Fraternellement

          • 20 avril 2013 à 17 h 42 min

            Bien agréable musique de fond pour accompagner ce Notre Père, chanté en araméen.
            Toutefois, si je puis me permettre d’émettre une opinion toute personnelle…
            Le Notre Père en araméen parlé…
            Son de cloche en musique de fond…
            Quoique…Peut-être, un peu trop grégorien, pour finir.
            Si seulement quelqu’un savait les gouts en matière de musique, de MP ?
            Merci philippe1

          • 20 avril 2013 à 20 h 00 min

            La religieux souvent, et le religieux catholique particulièrement ont été associés à l’art, n’est ce pas là une erreur fondamentale ? L’art peut créer les conditions d’une élévation intérieure, mais éloigne toujours du réel, puisque c’est une interprétation, une esthétisation de celui-ci.

            Dans le meilleur des cas se sont les réussites de l’art Roman, du plain-chant et de Giotto ; et puis quand le goût se perd, cela donne le baroque, les statues en plâtres du XIXème et « Jésus vient sur les places » chanté dans les années 1970. Sédir, mystique dès plus exigeant, explique bien en quoi toutes ces choses peuvent nous aider, mais peuvent devenir également des béquilles dont on ne peut plus se passer, et dans le pire des cas des chausse-trappes et des impasses.

            L’approche, me semble t-il, que Monsieur Philippe et Monsieur Chapas à sa suite développent, c’est une spiritualité au-delà du monde émotionnel, et même de la pensée ; une spiritualité nue. J’imagine mal Maître Philippe chanter le Notre Père en séance rue Tête d’Or.

  • 20 avril 2013 à 18 h 28 min

    Désolée, Népomucène Landarosa…
    Ce post n’est pas à sa place (Répondre est absent ?)
    La vocation du curé d’ARS, manifestement …
    Ramener les « âmes perdues » à l’église.
    Le bon Dieu et la Sainte Vierge qu’il aimait tant, lui ont donné un sacré coup de main !
    ARS est un chemin qui conduit au Chemin.
    Lui aussi, sans doute victime de légendes, de coups de gomme par ci par là…
    L’important demeure l’essentiel :
    Il a aider et aide encore.
    L’inspiration est sans doute un mystère qui transporte…
    Mais qui n’a rien à voir avec la passion ni l’idolâtrie.
    Il est vrai que les mots employés peuvent tant défigurer le paysage…

    Fraternellement

    • 21 avril 2013 à 8 h 37 min

      En effet, il appert que la mention répondre avait disparu : c’est pour cette raison que j’ai répondu plus haut (message daté du 20/4 à 16h30).
      Donc je reviens sur ma question : puisque Jean-Marie Vianney avait annoncé la naissance de Nizier-Anthèlme à sa mère, qu »en est-il des rapports de ce dernier au Curé d’Ars, car il avait 10 ans à sa mort et sa réputation n’était plus à faire ?
      D’autant plus quand on connait la dévotion populaire immense de la région pour le petit Curé !

  • 20 avril 2013 à 21 h 19 min

    L’art peut être une expression du religieux, par exemple les icônes. Il faut peut-être voir l’art « religieux » comme n’étant pas seulement une manifestation esthétique, même si elle l’est, notamment l’architecture utilisant la géométrie sacrée dont les proportions favorisent l’élévation de l’âme.
    L’humain, est fait de telle manière qu’il a besoin d’une représentation, y compris dans le domaine spirituel ou religieux.
    Une spiritualité nue, si elle ne fait entrer ni l’émotionnel ni la pensée exclue donc la prière et toute représentation mentale et élan du coeur. On se trouve alors dans une approche de méditation sans objet. Qu’on m’explique comment faire…

    • 21 avril 2013 à 6 h 34 min

      En réponse à Olivier :

      La médiumnité est une disposition naturelle à divers degrés.
      Les médiums sont donc voyants, naturellement.
      Facultés innées.
      La plupart des voyants utilisent des supports et ne sont pas médiums au delà d’un certain seuil.
      Il semblerait bien qu’utiliser la divination soit contre nature.
      Un manque de confiance au Ciel.
      Cependant, pour celui qui la pratique… le marché est très juteux…Chacun en son âme et conscience, pour finir.

      Fraternellement

      • 21 avril 2013 à 8 h 54 min

        Divination et communication avec l’invisible (ce que j’appelle peut être a tort médiumnité) sont deux sujets différents.
        MP parle de manque de confiance en Dieu pour la divination.
        Vis a vis des communications avec l’invisible, ses mises en garde sont encore plus sévères je trouve.

        Olivier

        • 21 avril 2013 à 9 h 42 min

          En effet, à l’époque de MP, le spiritisme « de foire » battait son plein…
          Les tables tournantes ect…
          D’ailleurs, il me semble qu’en Russie…Ce fut pire encore que par chez nous.
          Dommage… Tout ce battage à fait beaucoup de tort.
          Finalement, peu se sont intéresser à l’enseignement sérieux de la doctrine d’Allan Kardec…
          Quoi que…Au Brésil…
          Rappelons au passage…
          Hyppolite Rivail allias Allan Kardec est un Lyonnais.
          Que de lumières à Lyon, pour finir. (sourire)

          Fraternellement

    • 21 avril 2013 à 8 h 47 min

      Le spécialiste du symbole sont unanimes sur ce sujet : dès le début de l’Homme, celui-ci a utilisé l’art pour expression du Sacré (voir par exemple les ouvrages de Annick de Souzenelle) . Et ce support a été utilisé ainsi pendant de nombreux siècles, ce n’est que peu à peu qu’est apparu un Art que je voudrais qualifier d’expression laïque, bien que ce terme ne me satisfat point.
      Peu nombreux furent ceux qui purent exprimer totalement une Spiritualité sans support à l’exemple des Pères du désert. Et la règle la plus habituelle est l’expression du Sacré dans un Art, d’autant plus que très nombreux sont des croyants de toutes Religions qui sont encore persuadés que Dieu est ailleurs qu’en eux-mêmes.

      • 21 avril 2013 à 9 h 02 min

        A mon avis la spiritualité de MP est sans support.
        Et j’y trouve personnellement un rapport avec les pères du désert.
        Mais ce n’est qu’un avis personnel.

        Olivier

        • 21 avril 2013 à 10 h 03 min

          Il semblerait que nous ayons, pour la plupart, encore bien besoin d’images…
          De représentations pour soutenir…Entretenir notre relation au Ciel.
          Et puis, n’oublions pas que nous n’en sommes pas tous au même point.
          Les images peuvent aider nos frères moins avancés…
          D’ou : « Nous avons tous besoin les uns des autres. »
          Eh oui…Beaucoup cherchent Dieu à l’extérieur…
          Il est si bon de parler à Dieu comme à un homme… Selon notre bon curé d’ ARS.
          Faut dire que ARS était une petite bourgade…de gens si simples….
          Attention, j’ai pas dit de simplets.

          Fraternellement

        • 21 avril 2013 à 17 h 14 min

          C’est justement la réflexion que j’avais hier par ailleurs : une vision spirituelle proche des Pères du désert, une sorte de retour aux sources.
          Et je me posai la question : connaissait-il ces Pères du désert ou ne s’agit-il pas plutôt d’une forte inspiration personnelle ? Il me semble qu’il n’y a pas de réponse à cela, car…je me méfie énormément de ce qui a été rapporté, même de bonne foi car nous avons toujours le filtre de la personnalité.
          Pour donner un exemple qui me conforte dans ces doutes : les visions de Anne-Catherine Emmerich. Pendant longtemps j’ai juré par elle, en plus elles sont bien considérées en Eglise et hors Eglise…Jusqu’au jour où j’ai appris qu’elles avaient été transcrites par Clemens Brentano poète et écrivain romantique allemand à la très forte personnalité qui aurait quelque peu arrangé les choses à sa façon.
          Voilà pourquoi je suis très prudent, d’autant plus que nous n’avons aucun écrit du Maitre, mis à part des carnets codés remis à Sédir, quelqu’un aurait-il des informations à ce sujet ? (une règle de décodage aurait été remise en même temps)

          • 23 avril 2013 à 18 h 07 min

            bonjour
            j’ai cette règle de décodage, mais que diable pourriez-vous bien en faire…?
            Philippe

            • 6 mai 2013 à 14 h 23 min

              pouvoir gagner au loto

              • 6 mai 2013 à 18 h 31 min

                Message modifié à la demande de Lucie

              • 6 mai 2013 à 19 h 05 min

                Hum…
                Reconnaitre l’arbre à ses fruits…
                Je vous l’accorde, Népomucène.
                Quand le malheur et la tristesse accompagnent certains êtres…
                Alors, oui ! nous devons nous intérroger en notre âme et conscience.
                Pouvons nous servir deux maîtres à la fois?
                « Seigneur, pardonne leur…Ils ne savent pas ce qu’ils font. »

            • 6 mai 2013 à 20 h 35 min

              Il conviendrait peut être de lire attentivement ce que j’ai écrit : cela permettrait peut être de ne pas poser des questions complètement à côté du sujet et de surcroit agressives. JAMAIS je n’ai prétendu être intéressé de près ou de loin par ses documents codés et leur règle, cela est écrit et je me questionne à ce sujt. Adepte du copié/collé je republie ci-dessous ma phrase exacte : Voilà pourquoi je suis très prudent, d’autant plus que nous n’avons aucun écrit du Maitre, mis à part des carnets codés remis à Sédir, quelqu’un aurait-il des informations à ce sujet ? (une règle de décodage aurait été remise en même temps)
              Elle est sufisamment explicite pour constater quelle est ma demande. Et maintenant il est étonnant que ce fait ait été caché par un historien jusqu’à présent et par quel chemin a suivi cette règle de décodage pour arriver jusqu’à vous ? Cela ne peut être caché car fait partie intégrante de l’histoire de Maitre Philippe et n’est ce pas le propos de ce site ?

              • 6 mai 2013 à 21 h 07 min

                Pour moi l’utilité de ce site est de permettre a ceux qui le souhaitent d’essayer de suivre MP en ayant des références solides.
                MP a fait beaucoup de choses qui dépassent notre entendement.
                Ce qui demeure aujourd’hui important pour nous me parait le renouvellement du message Christique qu’il nous rend ainsi plus accessible.

                Olivier

  • 21 avril 2013 à 8 h 54 min

    ….aparté

    le mot « répondre » n’a pas disparu……..mais les sous reponses sont limitées à 5 sous niveaux
    au delà, on ne trouve plus le mot « repondre »
    je peux le régler sur plusieurs sous niveaux…..mais va-t’on s’y retrouver?
    hier, j’étais meme tentée d’enlever le mot répondre…..de ne plus laisser de sous-niveaux
    manifestement la question reste entière.

    la question reste pleine et entière manifestement

    • 22 avril 2013 à 14 h 34 min

      Bon, maintenant qu’on le sait ce n’est pas important. Il suffit au lieu de répondre à la réponse de créer un autre commentaire, et ainsi les sous-niveaux pourront toujours rester à 5.

  • 22 avril 2013 à 15 h 00 min

    je cherchais des idées pour publier quelque chose …

    Ici, j’avais tapé une question sur Jeanne Chapas, dont je m’aperçois qu’elle peut arriver en article…

    Accessoirement, j’avais pensé bien faire hier, à installer une possibilité de faire la correction orthographique ou des modifications sur un message, pendant 5 minutes avant sa publications. Possibilité également était de revenir le modifier, meme après envoi.
    j’ai enlevé cette possibilité parce que la manoeuvre, non annoncée clairement a surpris. Je suis donc revenue à la formule simple actuelle.
    S’il y a des demandes pour la remise en place, je le replacerai.

    Egalement, pour les sous niveaux, je les ai fais passer à 7. Sauf qu’en effet, meme personnellement, je préfère poster en suivant et non en répondant.
    Je crains que les sous-niveaux ne complexifient la lecture des messages.
    donc c’est tout à fait ça, Népomucène…..quel pseudo!!!!

    • 22 avril 2013 à 18 h 36 min

      En effet, pour les sous-niveaux…Tout celà est bien complexe.
      Mieux vaut ne pas complexifier davantage.
      Merci de nous parler de Jeanne Chapas et de sa soeur Martine dont elle était si proche, il parait.
      Etonnant, non ?

      Fraternellement

    • 23 avril 2013 à 8 h 38 min

      Et bien oui, Népomucène c’est pour éviter les confusions…quoiqu’ici, Philippe c’est plus sûr…

  • 23 avril 2013 à 6 h 31 min

    MP aurait dit à Jean Chapas :
    « Dorénavant, caporal, tu appellera ta fille Martine. »
    Victoire Chapas meurt à l’âge de 8 mois. (Martine)

    Le 24 juin 1902, Jeanne, la seconde fille de Jean Chapas, vient au monde.
    Jusqu’à son décès le 30 novembre 1986, Jeanne appelle sans cesse sa soeur défunte.
    On peut penser que les deux soeurs furent en contact étroit par delà les Voiles du Temps.
    ( Eléments extraits de la vie de Jean Chapas.)

    Jeanne Chapas était-elle adepte du spiritisme?
    Médium à un certain degré ?
    On peut s’interroger ?
    Peut-être ceux qui l’ont connu peuvent nous éclairer…
    1986 n’est pas si loin.

    Fraternellement

    • 23 avril 2013 à 18 h 19 min

      Lucie,
      Jeanne Chapas, que j’ai bien connue, n’a jamais cessé d’appeler sa sœur Martine, et ce jusqu’à sa mort… ne veut pas dire qu’elle était en contact médiumnique avec sa sœur ; cela signifie qu’elle a ignoré jusqu’à la fin que sa sœur s’appelait en réalité Victoire. Elle l’a ainsi toujours appelé Martine.

  • 23 avril 2013 à 18 h 43 min

    En effet, votre version ne semble pas correspondre à ce qui est dit dans le texte de mon post ci-dessus, qui laisse supposer tout autre…
    On peut s’interroger ?
    Merci Philippe de nous transmettre ces éléments.

    Fraternellement

    • 23 avril 2013 à 18 h 54 min

      Cela confirme qu’ n’y a pas de rapport entre le chemin qu’indique MP et ce que j’appele « la phénoménologie médiumnique ».

      Olivier

      • 23 avril 2013 à 19 h 05 min

        Bonsoir Olivier,

        Il n’y a pas de phénomènologie…
        Tout est dans la nature, nous ne sommes pas en mesure de tout expliquer…Pour l’heure.
        Celà est bien différent.

        Fraternellement

  • 23 avril 2013 à 19 h 57 min

    Je ne suis pas d’accord mais chacun est libre de ses opinions !
    Je le répète MP n’a rien a voir avec les phénomènes médiumniques.
    Après que cela puisse exister c’est un autre problème.
    C’est simplement un chemin de traverse parmi d’autres.

    Olivier

  • 23 avril 2013 à 20 h 06 min

    Olivier,
    Vous avez sans doute suivi…
    Le sujet qui nous occupe présentement :
    Jeanne Chapas et sa soeur Martine .

    Fraternellement

  • 24 avril 2013 à 6 h 01 min

    Au sujet de Jeanne Chapas, j’ai en mémoire une photo…
    Dame Chapas, Jean Chapas et la fillette.
    Dans quel ouvrage se trouve t’elle donc ?

    Fraternellement

Commentaires fermés.