site Maitre Philippe Philippe de Lyon www.philippedelyon.fr/Nizier-Anthelme-Philippe-ou-Maitre-Philippe-de-LyonPhilippe de Lyon avait-il le sens de l’humour? monsieur Philippe plaisantait-il?
C’est une question qui est souvent revenue dans le cadre des commentaires.

Je cherchais une phrase dans « Vies et Paroles » d’Alfred Haehl, qui me sert de référence sur de nombreux plans, et sur de nombreux sujets d’articles.
Je remercie d’ailleurs au passage les Amitiés Spirituelles et Livres mystiques de permettre à ce site, d’emprunter régulièrement des phrases, des témoignages et autres sources d’inspirations, en particulier sur cette source.
Il est alors possible de proposer en lectures, en découvertes et autres méditations éventuellement possibles, des textes ou des documents dont nous pouvons apprécier la qualité.
C’est par exemple, ce meme livre qui se trouve être à l’origine de l’article Toi, si tu avais fait la même chose, cela ne t’aurait servi de rien…, mais de nombreux autres sujets sur ce site, sont directement inspirés de ce meme ouvrage.

Autant puiser parmi les premièrs témoignages et tenter de compléter avec les plus récentes qui peuvent permettre d’enrichir le débat et de peut etre donner la possibilité, à tout un chacun, d’y puiser des ressources qui permettent une élévation de la pensée…

Cette fois, c’est une quête un peu plus originale qui a guidé mes yeux. Mais je cherchais sans a priori, sans avoir de but. Et c’est une phrase qui m’a interpellée. Je cite:

« Dans son activité inlassable il savait prendre le temps de faire une partie le soir en famille, à la brasserie, ou d’aller au théâtre avec les siens. Il plaisantait parfois avec bonhomie, le plus souvent pour faire naître une pensée élevée. »*

Existe-t’il des phrases ou des documents permettant d’évoquer cet aspect de la personnalité de Maitre Philippe? Il ne me semble pas que ce soit manquer de respect ou être hors sujet que de parler du sens de l’humour de Maitre Philippe.
L’humour n’empêche probablement pas de permettre l’évolution de nos réflexions, l’évolution de nos pensées.
Nous sommes probablement aussi sur ces pages, pour partager et proposer davantage encore, meme si c’est avec de l’humour, des messages de grandes qualités.

Tout le monde est mis à contribution. Que chaque commentaire puisse apporter un enrichissement, et enrichir le sujet. Je pense, au vu du nombre d’ouvrages sur Maitre Philippe, qu’il doit etre possible de trouver des anecdotes ou des citations.

Le thème premier étant: Philippe de Lyon avait-il le sens de l’humour?

*:Livre Vies et Paroles d’Alfred Haehl, page 17, dans le chapitre « portrait de Mr Philippe » dans la bibliographie

Autres lectures sur ce même sujet

Mr Philippe avait-il de l’humour?
Retrouvez ces themes sur philippedelyon.fr :

28 pensées sur “Mr Philippe avait-il de l’humour?

  • 10 juin 2013 à 13 h 28 min
    Permalien

    C’est certain : il en avait et j’ai la preuve qu’il en a encore…

    • 10 juin 2013 à 16 h 03 min
      Permalien

      Comme vous, Népomucène…
      Je suis certaine que MP avait de l’humour et qu’il en use encore…

  • 10 juin 2013 à 16 h 35 min
    Permalien

    J’en ai eu la preuve encore …hier !
    Mais chut cela reste entre nous…

    • 10 juin 2013 à 17 h 22 min
      Permalien

      Message bien reçu…
      Tout ce qui est d’ordre privé, doit le rester !
      Loyauté, droiture, ect… ect.
      Merci de votre confiance, Népomucène.
      Parfois, cette formule a des effets magiques …
      Les confidences, faut s’en méfier comme de la peste. (sourire)
      Mais, chut ! celà doit rester entre nous, n’est-ce pas ? !

      • 10 juin 2013 à 18 h 59 min
        Permalien

        En effet il est venu nous faire une blague hier lors d’un repas de grande qualité avec une trentaine de personnes…Mais cela pourrait troubler certains qui ne comprendraient pas son humour…

        • 10 juin 2013 à 19 h 29 min
          Permalien

          Comme je vous comprends…
          Mieux vaut que celà reste entre nous, donc.
          Repas de grande qualité, dites-vous ?
          Auriez-vous eu des cailles au menu ?
          Bonne soirée.

          • 10 juin 2013 à 19 h 38 min
            Permalien

            Nenni, du poulet à la crème avec du gratin dauphinois (mais sans Mercure…)

            • 11 juin 2013 à 6 h 44 min
              Permalien

              Ô! Que c’est pas bien de manger des volatiles…
               » L’homme ne doit pas manger d’oiseaux; ils n’ont pas été créés pour sa nourriture ».
              Un jour viendra…Nous n’aurons plus d’oeufs !
              La dernière fois que j’ai mangé un coq au vin…C’était en rêve, il me semble bien. Hum…

        • 24 juin 2013 à 6 h 58 min
          Permalien

          Petite anecdote quant à l’humour de Monsieur Philippe et comment il a fini par remonter de la cave :
          Pendant plusieurs années ma mère occupa mon appartement. Pour ne pas lui imposer mes effets personnels, j’ai dû remisé une statue de Notre Dame (presque un mètre de hauteur),le coeur bien gros…l’âme en peine…La Dame dans un placard.
          La femme de ménage à son ouvrage, tombe sur la Dame. Secrètement, elle formule un voeu, qui presque immédiatement, se réalise. Elle raconte tout à ma mère qui me demande de venir au plus vite sans me préciser le pourquoi de l’urgence.
          Je rapplique donc, inquiète.
          C’est tout juste si elle ne m’accuse pas d’avoir enfermer la Dame dans le placard.
          A grande sueur, le coeur en joie, j’ai donc replacé la statue à la lumière.
          Mais, ce n’est pas tout…
          Le portrait de Monsieur Philippe, lui…dormait à la cave.
          Dans la même foulée, Mère d’un ton autoritaire:  » Il est où, ton bonhomme…?! »
          Toute penaude, je réponds…ben, à la cave…
          Sur le même ton, Mère :  » Mais qu’est-ce qui fout à la cave ?! »
          Le coeur en joie…j’ai donc remonté Monsieur Philippe, de la cave.
          Nous étions la veille des Rameaux.
          L’histoire n’est pas dans ses détails, pour ne pas vous assommer…
          Alors, n’est-ce point de l’humour, pour finir ?

          • 24 juin 2013 à 8 h 46 min
            Permalien

            J’adore !

  • 10 juin 2013 à 22 h 51 min
    Permalien

    La première fois que j’ai lu sur maître Philippe de Lyon, j’ai largement souris lorsqu’était évoqué la foudre qu’Il fit tomber au pied du docteur Encausse. J’y ai trouvé une sorte de taquinerie…moi pour faire briller mes chaussures de mille feux, je les cire…

    • 11 juin 2013 à 8 h 54 min
      Permalien

      Faire tomber la foudre…c’est encore un coup des Druides ?
      Moi aussi je fais briller moi-même mes chaussures, pour, comme Raymond Devos, me regarder dedans.
      Quant au cirage de pompes, cela existe encore couramment, même à l’Arbresle…et sans coup de foudre…

  • 11 juin 2013 à 0 h 48 min
    Permalien

    certaines anecdotes, comme cette foudre qui tombe, à petite distance de Papus (Gérard Encausse) et de monsieur Philippe, dans la cour du 35 rue tete d’or, me font un peu douter des faits, parce que cet « épisode » ne figure, dans ce que je lis en tous cas, que dans le livre de Philippe Encausse.

    Je n’avance pas que ce n’est pas vrai, mais je me demande pourquoi il est le seul à en parler….. alors que certaines paroles sont répétées dans tous les livres.

    Encore que le fait de dire qu’il fait tomber la foudre, n’est pas ce qui est fidèle aux propos du livre.
    Le récit décrit ceci:
    « Le 26 Mai 1898, à 17H15, Gérard d’Encausse était en compagnie de M. Philippe dans la cour du 35 de la rue de la Tête-d’Or à Lyon.

    Il fumait; il me dit, tout à coup:

    – «Tu n’as pas peur?».
    – « Non, répondit Papus, j’espère; pas avec vous!»

    Et, à la seconde, la foudre tomba à 2 mètres de nous en éparpillant le gravier ».

    – «C’est quelque chose que l’on est venu me dire» expliqua M. Philippe.

    Et il continua à fumer. Le temps était parfaitement clair. »

    quoi qu’en cherchant sur internet, on aboutit au livre d’Alfred Haehl, mais arrivée sur la page…je ne trouve plus rien

  • 11 juin 2013 à 8 h 42 min
    Permalien

    Karlito….sourires compris….je ne suis pas sûre que la foudre, au passage, pas demandée par M.Philippe mais qui lui a été annoncée, était envoyée pour leur « cirer les chaussures »

    Il m’était venue que c’était comme si les Eléments envoyaient des preuves à Papus des connexions de Philippe de Lyon avec les différents plans et les différents univers….

  • 11 juin 2013 à 21 h 23 min
    Permalien

    Marie Emmanuel Lalande dans la « Lumière blanche » rappelle ce fait également.
    En fait, j’ai pensé en lisant ce passage que comme Papus était un occultiste, Maître Philippe lui avait ainsi montré qu’il y avait une autre voie pour « maîtriser » (pardonnez moi je ne trouve pas de mot moins excessif) les éléments. Une peite leçon spectaculaire qui aurait valu mieux que des discours en quelque sorte.

  • 11 juin 2013 à 21 h 39 min
    Permalien

    oui certainement
    c’est aussi comme ça que je l’a lu: des preuves de l’extraordinaire

    d’autant que Papus était extrêmement reconnu, respecté, et compétent dans les domaines ésotériques
    Philippe de Lyon devait donner des arguments de poids pour démontrer le pouvoir possible sur les éléments
    il n’avait pas les memes éléments à donner à Papus, qu’à Lalande, qu’à Sédir…..etc
    chacun était dans un parcours.
    comme chacun de nous
    nous n’avons pas tous les memes besoins, ni les memes connaissances
    nous cheminons chacun(e) avec les rencontres nécessaires et les éléments dont on a besoin

  • 22 mars 2014 à 12 h 22 min
    Permalien

    Nous savons qu’après son retour de la Cour de Russie, Nizier-Anthèlme Philippe était sous surveillance policière constante, notamment par l’un de ses proches jamais identifié qui rapportait tout aux services de police.
    A cette occasion Philippe et Papus ont fait preuve d’humour. Jean Prieur nous rapporte dans son superbe ouvrage l’Europe des Médiums et des Initiés (passage qui prouve, de plus, que ses correspondances continuèrent avec la famille impériale) :
    Même sa correspondance avec Papus, qui lui aussi maintenait des contacts avec la Russie, était sous contrôle ; une lettre à Madame Gérard Encausse en fait foi : « Je vous demande de m’écrire au 6 de la rue du Boeuf ; là, je suis sûr de ne subir aucune indiscrétion avec la police. » Pour la dépister, Papus et lui avaient établi le code suivant en intervertissant les sexes, ce qui devait provoquer pour les censeurs les quiproquos les plus vaudevillesques :
    -S.M.Nicolas II = Olga
    -L’Impératrice = Michel
    -Grand-Duc Pierre = Justine
    -Grand-Duc Nicolas = Marie
    -Grande-Duchesse Militza = Edouard
    -Grande-Duchesse Stana = Jacques
    -Monsieur Philippe = Bon Ami, ou tout simplement la lettre grecque Phi.

    • 22 mars 2014 à 23 h 14 min
      Permalien

      Merci Nepomucène de cet apport
      toute source est interessante et enrichit notoirement le sujet et la discussion
      merci :o)

    • 30 mars 2014 à 13 h 12 min
      Permalien

      Pour information complémentaire : en page 281 de l’édition 1985 du livre de Philippe Encausse sur Maitre Philippe est publié un fac similé de la main de Papus donnant la liste de ces codes de correspondances.
      Nous savons par divers auteurs les nombreux contacts que Philippe avait avec l’étranger ; Jean Prieur nous en établit une liste, outre la Cour de Russie :
      -Edouard VII d’Angleterre en tant que Prince de Galles
      -le Bey de Tunisie
      -l’empereur d’Autriche
      -le Roi d’Italie
      -correspondances ave le Sultan de Constantinople et l’Empereur Guillaume II d’Allemagne.
      Avec un peu d’humour on peut se demander quelle était son agence de voyages à laquelle il devait donner beaucoup de travail ; on peut rélféchir aussi à une certaines quantité de documents officiels lui permettant de franchir les frontières.
      Enfin, si certaines de ces Cours parlaient très bien le Français, on peut facilement imaginer que ce n’était pas le cas partout : alors, connaissait-il toutes ces langues ou avait il un ou plusieurs traducteurs attitrés ?

  • 1 avril 2014 à 9 h 10 min
    Permalien

    Je ne savais où poser ce témoignage, alors je l’ai fait ici.
    Un ami de la région mâconnaise, Sacha Ikikoff, dont l’arrière-grand père travailla avec Monsieur Philippe, est en possession de différents documents : lettres manuscrites, carnets de compte du Clos Landar, et surtout son passeport. Cela est connu dans certains milieux tant et si bien qu’un banquier russe installé dans une superbe propriété au bord du lac près de Genève, vient de lui en offrir 5000 euros. Actuellement il réfléchit à cette propostion.
    Sur ce, je vous souhaite de passer un bon premier jour du mois d’Avril.

    • 1 avril 2014 à 11 h 11 min
      Permalien

      Eh bien, je profite de ce 1er Avril pour un anniversaire :
      Mon premier commentaire sur ce magnifique site :
      Dimanche des Rameaux 1er Avril 2012.
      Poisson d’ Avril ? Hum…

      • 1 avril 2014 à 11 h 15 min
        Permalien

        Oui, ravie de fêter avec toi ce souvenir qui semble déjà presque lointain :-)
        Je ne le considère pas du tout comme un moment d’humour :-), mais comme une possibilité de remonter, comme le poisson, dans le courant dans lequel les livres nous ont emportés.
        Deux ans déjà…..
        Ravie pour ma part :-)

    • 1 avril 2014 à 11 h 20 min
      Permalien

      Le lieu est très bien choisit
      Je ne savais pas que les banquiers avaient de l’humour….

      • 1 avril 2014 à 11 h 30 min
        Permalien

        J’ai été étonné qu’un banquier installé en Suisse propose des euros ; et j’ai vérifié, il n’ est pas gagnant du fait du change car 5000 euros équivalent à plus de 6000 francs suisses. C’est donc la preuve qu’il n’a pas le seul intérêt de l’argent. Et rappelons-nous que de nombreux membres de l’aristocratie Russe (qui furent en rapport avec Maitre Philippe) s’exilèrent en Suisse, notamment à Genève.
        Nous pouvons donc remercier ce S.I., lui même d’origine russe, de ce témoignage.

        • 1 avril 2014 à 12 h 20 min
          Permalien

          Pardon, j’aurais dû préciser:
          Je ne remet aucunement en cause le fait qu’il puisse y avoir un banquier Russe établit au bord d’un lac près de Genève.
          Mais le montant qu’il offre pour ces documents
          Et en effet, merci à vous deux pour la transmission de ce témoignage

          • 2 avril 2014 à 8 h 50 min
            Permalien

            J’ai appris par mon ami S.I. que le banquier russe en question est un passionné de pêche au bord du Léman, notamment de l’omble chevalier. J’ai fait passer à la dame HL une photo de sa dernière prise qu’elle pourra utiliser pour illustrer -image du poisson Nemo- ce commentaire.
            http://www.philippedelyon.fr/wp-content/uploads/avril.jpg

            edit ln…dommage, j’aurais donné suite :-)

            • 2 avril 2014 à 9 h 46 min
              Permalien

              En fait, il faudrait donc pister le pêcheur pour tomber sur le gros poisson ?
              Un élément d’importance :
              Côté Suisse uniquement.
              Côté France, il est interdit de pêcher l’omble chevalier.

            • 2 avril 2014 à 17 h 36 min
              Permalien

              Ichtus !
              Symbole du premier chrétien.
              J’ignorais que le Commencement avait eu lieu au beau milieu du lac Léman.

Commentaires fermés.