texte de la priere le Notre Père Nizier Philippe Le Notre Père. L’oraison dominicale, qui nous vient du Ciel par le Fils www.philippedelyon.frPhilippe de Lyon: texte de la priere le Notre Père
Le Notre Père. L’oraison dominicale, qui nous vient du Ciel par le Fils

« Avec la foi, on peut faire des miracles. Et pourtant chaque jour dans vos prières, vous dites : « mon Dieu je vous aime, je hais le péché pas amour de vous, je crois en vous ». Et chaque jour vous dites aussi : « qu’est-ce que nous allons faire l’année prochaine, dans 10 ans, et si le ciel tombait que deviendrions-nous ?» Pourquoi pensez-vous tout cela? Quelqu’un dit: Parce que nous n’avons pas la foi.

Oui.

Et si quelqu’un d’entre vous a la foi, tout est possible : de faire pleuvoir en temps de sécheresse; d’arrêter le vent qui souffle et cela trois heures après l’avoir demandé, et même tout de suite si c’est nécessaire. Mais pourquoi avoir peur, toujours peur ? Je suis devant vous et je suis derrière vous. J’ai été avant et je serai après, et partout où je suis, je suis chez moi, Et voilà pourquoi, quand vous êtes ici, vous êtes chez vous. »
Phrases relatives à la prière, extraites de l’édition de 1990, de « Le Maitre Philippe de Lyon Thaumaturge et Homme de Dieu » de Philippe Encausse.

Le Notre Père.
L’oraison dominicale, qui nous vient du Ciel par le Fils, ne peut se prononcer sans que celui qui la dit du fond du coeur soit uni d’intention avec Notre-Seigneur. Elle a été donnée pour certains êtres, ceux à qui on parlait et pour les encourager.
Le premier venu qui récite des Pater Noster est encore dans la voie, parce qu’il montre un geste d’humilité à la matière, humilité nécessaire pour que notre prière soit entendue.
Elle est encore la prière de la plupart, et cela parce qu’il y a autour des hommes des êtres que nous ne voyons pas, qui sont là et que cette parole fait réfléchir. Ce sont ceux qui nous induisent en tentation. Au moment où nous prions et prononçons cette phrase, eux qui nous tourmentaient comme nous nous taquinerions un enfant, se ressaisissent et se disent :
 » Pourquoi nous amuserions-nous à faire du mal à ce petit ?  » Mais le véritable soldat qui veut marcher de l’avant ne dit pas : « Ne nous induisez pas en tentation ».
Ces paroles en effet n’ont jamais été prononcées, mais celles-ci : « Ne nous laissez pas succomber à la tentation ». Dieu ne peut être l’auteur de nos tentations, mais Il permet que Satan nous tente, afin que nous reconnaissions que nous ne sommes rien sans Lui. La tentation à laquelle on résiste est notre meilleur moyen de travail.

La prière est inutile si elle est mal faite. Celui qui nous a mis sur la terre sait ce qu’il nous faut, et il ne faut Lui demander secours que lorsque nous n’en pouvons plus, tandis que nous Lui demandons secours, toujours secours, lors même que nous ne manquons absolument de rien.

Il en est de meme du site et de cette page, dont la prétention n’est pas de faire des miracles, mais de vous permettre de vous y sentir bien. Le propos est aussi de ne pas s’occuper de l’avenir dont personne ne peut dire ce qu’il en sera, mais seulement du pas suivant.

Des miracles, il y en a à longueur de journée, dans toutes les circonstances de la vie. Mais empêtrés que nous sommes dans un matérialisme et un cartésianisme si envahissant que nous ne distinguons plus ce qui fait notre Essence. Nous avons oublié notre substantifique moelle. Nous avons oublié que la plus grande partie de notre être contient les parcelles de divinités grâce auxquelles nous faisons partie d’un grand tout. Nous ne voyons plus à quel point nous sommes guidés, en tout et pour tout. Nous sommes si inquiets de notre devenir……
Que nous souffrons tous de la peur. Et la Prière dans tout cela?…

…Prières Je Vous Salue Marie et du Notre Père…Que bien-sûr, personne n’est dans l’obligation de dire, de vivre….Chacun est libre…Nous pensons être libres, continuons sur la Voie. Même la brume matinale et les nuages montent vers le Soleil

Ce je vous salue Marie, dont les modifications sont parties d’une phrase de Philippe de Lyon, devrait être un hommage lumineux, un hommage sur lequel on s’attarde tout le temps nécessaire.
Même si ce n’est pas le sujet de cet article, c’est quand meme un texte de prière que voici

Texte de la prière Je Vous Salue Marie

texte de la priere je vous salue Marie Citations de Nizier Philippe prière dans tout cela? medaille miraculeuse de la viergeJe vous salue Marie
Pleine de Grâces
Le Seigneur est avec vous
Vous êtes bénie entre toutes les femmes, entre tous les hommes
Vous êtes la Reine du Ciel et de la Terre
Vous êtes la Reine des Anges
Vous êtes la Reine de tous les saints
Vous êtes la Reine de l’Univers
Vous êtes la Reine du Visible et de l’Invisible
Vous êtes la Reine de toutes choses
Vous êtes la Reine de la Paix, la Reine de la France
Et Yeshouah, le Fruit de votre Sein est béni
Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pêcheurs
Maintenant et à l’heure de notre Mort
Amen

Texte de la prière du Notre Père

lui aussi re-travaillé

texte Le Notre Père. L’oraison dominicale, qui nous vient du Ciel par le Fils site Maitre Philippe de Lyon www.philippedelyon.fr

Notre Père
Qui est aux Cieux
Que Votre nom soit Sanctifié
Que votre règne arrive
Que Votre Volonté me soit faite
Sur la Terre comme au Ciel
Donnez-nous aujourd’hui Notre Pain de ce jour
Pardonnez-nous nos offenses
Comme nous Pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés
Mais aidez-nous à ne pas succomber à la Tentation
Et Délivrez-nous du Mal
Car, c’est à Vous qu’appartiennent le Règne, la Puissance et la Gloire
Pour des Siècles, des Siècles

AMEN

D’autres propos sur la Prière

Ne pas s’adresser à un esprit, s’adresser à Dieu.

La prière seule ne peut nous sauver, mais elle donne prise à notre ange gardien pour nous conduire.

Il est nécessaire de prier souvent, avant le sommeil, au réveil, et enfin élever sans cesse notre âme vers Dieu. (23-2-1895)

Plus on va, plus on est frêle et plus il faut prier, parce que les attaques de l’ennemi sont plus nombreuses.

Cesser de prier, c’est ne plus pouvoir prier un jour.

Prions du fond du coeur car il est en nous des êtres insatiables qui s’abreuvent de la prière. (5-5-1902)

Elle a été donnée pour certains êtres, ceux à qui on parlait et pour les encourager.

Elle est encore la prière de la plupart, et cela parce qu’il y a autour des hommes des êtres que nous ne voyons pas, qui sont là et que cette parole fait réfléchir. Ce sont ceux qui nous induisent en tentation. Au moment où nous prions et prononçons cette phrase, eux qui nous tourmentaient comme nous nous taquinerions un enfant, se ressaisissent et se disent :  » Pourquoi nous amuserions-nous à faire du mal à ce petit?  » Mais le véritable soldat qui veut marcher de l’avant ne dit pas :  » Ne nous induisez pas en tentation « .

Ces paroles en effet n’ont jamais été prononcées, mais celles-ci :  » Ne nous laissez pas succomber à la tentation « . Dieu ne peut être l’auteur de nos tentations, mais Il permet que Satan nous tente, afin que nous reconnaissions que nous ne sommes rien sans Lui. La tentation à laquelle on résiste est notre meilleur moyen de travail.

La prière est inutile si elle est mal faite. Celui qui nous a mis sur la terre sait ce qu’il nous faut, et il ne faut Lui demander secours que lorsque nous n’en pouvons plus, tandis que nous Lui demandons secours, toujours secours, lors même que nous ne manquons absolument de rien.

Que faites-vous quand vous priez? Vous demandez de n’avoir pas de tribulations, d’avoir tout ce dont vous avez besoin. Eh bien ! permettez-moi de vous dire que j’appelle ces prières de la paresse, et la paresse n’entre pas dans le Ciel. (3-7-1894)

Ce que les gens désirent n’est pas toujours ce qui leur est bon. On dit : Que votre volonté soit laite, mais on pense : d’abord la mienne.

En priant il ne faut demander l’allégement de ses souffrances que lorsque le fardeau qui nous est confié semble trop lourd. (20-9-1894)

Autres lectures sur ce même chapitre

Texte de la priere le Notre Père

19 pensées sur “Texte de la priere le Notre Père

  • 26 octobre 2013 à 7 h 49 min
    Permalien

    Magnifique !

  • 26 octobre 2013 à 8 h 37 min
    Permalien

    La prière ? J\’en parlais justement jeudi non loin de l\’Arbresle. J\’expliquai que le hasard m\’ayant permis de rencontrer seul à seul Frère Roger, le Prieur-fondateur de Taizé, …parmi …6000 personnes, un jour de Pâques…, je lui demandai ce qu\’il fallait faire pour être fort ; et il me répondit, me regardant de ses yeux inoubliables de Lumière : la prière, c\’est la seule solution.

    • 26 octobre 2013 à 20 h 11 min
      Permalien

      La puissance et la force de la Prière…
      Quel grand mystère tout de même !

  • 7 janvier 2014 à 22 h 06 min
    Permalien

    Je n’ai découvert ce blog qu’aujourd’hui, bien que les dits de Monsieur Philippe m’aient « travaillés » au corps depuis plusieurs années déjà. En introduction ci-dessus, vous disiez : « Il en est de meme du site et de cette page, dont la prétention n’est pas de faire des miracles, mais de vous permettre de vous y sentir bien. » Voilà encore quelque chose qui m’a touché là ou il fallait; allez donc savoir pourquoi… Ces quelques mots pour vous dire MERCI du fond du coeur. Lire ces pages est comme un vent du large qui chasse les miasmes de la cave au grenier !

    Très affectueusement du Québec

    • 8 janvier 2014 à 5 h 39 min
      Permalien

      Bonjour Philippe D…Ou plutôt, bonne nuit…
      Nous sommes nombreux « travaillés aux corps » par les dires de Monsieur Philippe.
      Votre témoignage confirme qu’Il est bien présent parmi nous, aide précieuse sur le chemin qui mène au Chemin .
      Fraternellement
      Lucie

    • 8 janvier 2014 à 13 h 24 min
      Permalien

      Merci de vos mots Philippe D
      J’ai cependant voulu vous joindre par email, pour vous poser une question. Il m’a été impossible de vous contacter.
      Si cela ne vous embête pas trop, pourrez-vous, de votre côté, m’envoyer un mot depuis la page contact?
      Je vous en remercie par avance

      Très affectueusement de France :o)

  • 8 janvier 2014 à 14 h 46 min
    Permalien

    Bonjour Lucie, bonjour In,

    Belle surprise ce matin – par un petit -25 C… – de lire vos messages à mon intention. Cela me fait chaud au coeur, croyez le bien ! Lucie, le « Chemin », je le cherchais depuis mon enfance, sans me rendre compte qu’il était déjà là, en nous, depuis toujours. Monsieur Philippe (de Lyon) me l’a rappelé lui aussi au travers ses paroles et ses actes. C’est pourquoi, pour moi, la prière est devenu un acte spontané, issu du coeur. C’est comme une étreinte de tendresse qui relie le fini et l’infini, ce que beaucoup nomme Dieu, mais que je suis dans l’incapacité de nommer, de peur d’être réducteur. Et je pense chaque jour à cette belle pensée de Gandhi :  » La prière, c’est la clef du matin et le verrou du soir. » N’est-ce pas sublime de vérité ?

    In, pardonnez moi pour cette erreur dans l’écriture de cette adresse courriel. C’est bien de ma faute, car je l’ai composé telle qu’elle était anciennement. La voilà maintenant rectifiée. Mais ne l’utilisez pas sur l’instant, car je vous adresse d’ici quelques minutes un message via mon adresse courriel de la maison, ce qui est plus direct. A tout bientôt donc !

    Affectueusement vôtre,

    Philippe D

    • 8 janvier 2014 à 17 h 13 min
      Permalien

      Moins 25° au Québec !
      Aujourd’hui à Lyon, soleil, ciel bleu… plus 15° !
      Merci Philippe D pour cette pensée de GANDHI.
      Je confirme : Sublime de vérité !

      La clé du matin
      Je ne suis pas un homme de lettres ou de sciences.
      Je prétends nullement être un homme de prières.

      C’est la prière qui a sauvé ma vie.
      Sans la prière, j’aurais depuis longtemps perdu la raison.
      Si je n’ai pas perdu la paix de l’âme malgré les épreuves,
      c’est que cette paix vient de la prière.
      On peut vivre quelques jours sans manger, mais non sans prier.
      La prière est la clé du matin et le verrou du soir.

      Voilà mon témoignage personnel.
      Que chacun tente l’expérience et il trouvera
      Que la prière quotidienne ajoute
      Quelque chose de neuf à sa vie
      Quelque chose qui n’a d’équivalent nulle part ailleurs.

      GANDHI

      Si je puis me permettre, Philippe D, et si vous le voulez bien…
      Comment Monsieur Philippe est arrivé jusqu’à vous, au Canada ?
      Fraternellement
      Lucie

  • 8 janvier 2014 à 19 h 06 min
    Permalien

    Chère Lucie,

    Moins vingt-cinq c’est… chaud, car il a fait jusqu’à moins cinquante pas si loin d’ici il y a peu. Alors plus quinze chez vous, on doit étouffer ! (Rire)

    Votre question ne m’embarasse nullement. Monsieur Philippe est arrivé au Canada… avec moi, en provenance de Suisse romande ou j’étais domicilié auparavant. Il y a donc bien des années qu’il est entré dans ma vie, sans que je m’en rendre compte. Il est resté longtemps pour moi un simple nom, une référence dans ma mémoire, un monsieur qui était spécial et qui avait fait impression sur Papus en son temps, et qu’un ami martiniste avait eu la bonne idée de me faire connaitre. Puis, de nombreuses années plus tard, je suis revenu vers lui, lisant différentes choses à son sujet. Et là encore, je l’ai laissé derrière moi, trop occupé à chercher ailleurs ce qui était déjà en moi. Et puis finalement, la troisième fois fut la bonne. Je ne sais pas si c’est lui qui vint à ma rencontre ou l’inverse, et cela ne m’intéresse pas vraiment. Je sais simplement qu’il est présent dans ma vie maintenant, non comme une icône à adorer, mais comme l’expression de la grandeur du Ciel, discrètement mais si puissamment. Puisse-t’il en être de même encore pour beaucoup d’autres qui cheminent depuis si longtemps !

    Affectueusement à vous,

    Philippe D

    • 9 janvier 2014 à 4 h 28 min
      Permalien

      Merci beaucoup pour votre témoignage authentique, Philippe D .
      Beaucoup se reconnaitront sans doute, dans leur parcours avec Monsieur Philippe.
      Il me revient cette réflexion de Phaneg (Georges Descormiers) à propos de MP qui se trouve dans l’ouvrage :
      PHILIPPE DE LYON (Renée-Paule Guillot)
      « Plusieurs recevront alors son aide puissante, et quelques lumières faibles d’abord, mais vraiment divines viendront illuminer leurs coeurs… »
      Fraternellement
      Lucie

      • 9 janvier 2014 à 14 h 52 min
        Permalien

        Bonjour chère Lucie,

        Merveilleuse citation extraite d’un ouvrage que je ne connais pas. Mais ce ne sont pas vraiment des mots, n’est-ce pas ?

        Affectueusement,

        Philippe D

  • 13 janvier 2014 à 6 h 21 min
    Permalien

    En effet, Philippe D
    Les paroles de Phaneg confirment le parcours de beaucoup d’entres- nous.
    Monsieur Philippe,un guide pour certains.
    Une icône à adorer pour d’autres.
    Peut-être aussi un marché bien juteux dans les temps à venir, pour certains.
    La sagesse ne serait-elle pas le message premier de Monsieur Philippe.
    S’en remettre au Christ, uniquement.
    Chemin faisant, nous n’en sommes pas tous au même point, sur le Chemin.
    Philippe D, pardonnez ma curiosité…
    Vous dites :  » Il y a bien des annèes qu’il est entré dans ma vie… »
    Plus loin, « Puis, de nombreuses années plus tard, je suis revenu vers lui… »
    On dirait que vous étes bien vieux ? (sourire du matin)
    Lucie

    • 13 janvier 2014 à 12 h 59 min
      Permalien

      Ah l’âge, quel mystère n’est-ce pas ? Non, je suis bien jeune relativement à d’autres, très certainement. versus, à moins que je ne sois fort vieux ? Qui sait vraiment ? Ne sommes nous pas tous dans ce cas là, en transit dans cette temporalité qui nous donne une apparence au regard d’autrui, apparence qui capta tant notre attention que nous y voilà pris tel un moucheron dans la toile de l’illusion des « c’est moi, c’est lui, du dedans et du dehors » ?. La vérité atteint toujours son objectif lorsque les conditions requises pour cela sont matures. Mais après ces quelques bêtises matinales, Lucie, que pourrais-je vous répondre d’intelligent à votre interrogation ? Je ne sais vraiment…

      • 13 janvier 2014 à 13 h 51 min
        Permalien

        Ah les bêtises, je crains que ce ne soit mon lot.
        C’est bien ce que je pensais, Philippe D…
        Peut-être bien plus jeune que moi, quoique plus vieux .
        Merci de votre réponse très éclairante .

        • 13 janvier 2014 à 14 h 22 min
          Permalien

          Ou l’inverse, chère Lucie ! Parlant de bêtises, il s’agissait bien des miennes, comme vous l’avez compris très certainement; mais par prudence, il est souhaitable que je le signale. Excellente journée à vous mon amie.

          Philippe D

  • 21 janvier 2014 à 7 h 41 min
    Permalien

    Je ne sais pas si c’est la voie du cœur, la voix de Barnabé ou celle d’Alphonse, mais je pense que la prière la plus intense est un cri de l’intérieur, avec toutes nos larmes, nos peurs, nos compassions, comme un enfant appel à laide ses chers parents.

    • 21 janvier 2014 à 12 h 44 min
      Permalien

      L’incertitude relève du mental; l’élan d »appel à l’infini amour du Ciel vient du coeur, cela se sent bien, c’est tellement plus vrai, nous vidant et nous emplissant du même coup. Chacun ressentant ce phénomène suivant sa sensibilité propre à travers toute l’historicité de la complexité qui le constitue. C’est si beau, si bon…

      (Bon, je suis à peine réveillé là…, pardon du grosso-modo du langage).

      • 21 janvier 2014 à 13 h 08 min
        Permalien

        Oooh…Philippe D ,
        Même au saut du lit, votre langage est très agréable et très chaleureux.
        Merci beaucoup de votre présence éclairante et lumineuse.
        Lucie

        • 21 janvier 2014 à 14 h 46 min
          Permalien

          Chère Lucie,

          Vos mots à vous sont très touchants et me vont droit au coeur. Quelle belle lumière pour traverser cette nouvelle journée; merci !!

          Philippe D

Commentaires fermés.